Partager cette page: 

Une consommation élevée d’AGT est un facteur de risque de développement de maladie coronarienne, responsable de 660.000 décès annuels - ©AP Images/European Union - EP 

L’UE devrait limiter l’utilisation des acides gras trans dans l’alimentation, ceux-ci pouvant augmenter le risque pour les consommateurs de développer problèmes cardiovasculaires, infertilité, maladie d’Alzheimer, diabètes et obésité, selon un projet de résolution adoptée mercredi. Les acides gras trans sont des graisses non saturées présentes principalement dans les huiles végétales partiellement hydrogénées produites industriellement.

Les députés rappellent que selon la Commission, seulement un tiers des consommateurs dans l’Union européenne connaissent les acides gras trans (AGT) ce qui montre que les seules mesures d’étiquetage, quand elles existent, ne sont pas suffisantes. L’étiquetage des AGT est important mais doit être accompagné de limites contraignantes, estiment-ils. La Commission européenne est ainsi appelée à proposer avant deux ans une limite européenne pour les AGT présents dans tous les aliments.


Les députés soulignent qu’il a été prouvé que la mise en place, par le Danemark, en 2003, d’un taux maximal légal d’AGT d’origine industrielle, limitant à 2% la présence d’acides gras trans dans les huiles et les matières grasses, a été couronnée de succès et a permis de réduire, de manière considérable, le nombre de décès causés par des maladies cardiovasculaires.


Les AGT sont généralement présents dans les aliments les moins chers, ce qui signifie que les personnes à plus faible revenu sont davantage exposées. Cela contribue à creuser les inégalités en matière de santé, indiquent les députés.


La résolution a été adoptée par 586 voix contre 19 et 38 abstentions.

 

Note aux rédacteurs

 

Les acides gras trans sont des graisses non saturées présentes naturellement dans les viandes de certains ruminants et dans leur lait, dans certains produits alimentaires d’origine végétale, mais aussi dans les huiles végétales partiellement hydrogénées produites industriellement. Leur consommation a été associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire, en particulier de maladie coronarienne, qui provoque près de 660.000 décès annuels dans l’Union, et représente 14% de la mortalité, selon la Commission.

 

Le Danemark a été le premier pays de l’UE à limiter législativement le contenu en acides gras trans, en 2003. Des mesures similaires ont depuis été introduites en Autriche (2009), en Hongrie (2013) et en Lettonie (2015). Des mesures volontaires pour réduire la quantité d’AGT présents dans les aliments sont en place en Belgique, en Allemagne, aux Pays- Bas, en Pologne, au Royaume-Uni et en Grèce. Des recommandations diététiques nationales ont été publiées en Bulgarie, à Malte, en Slovaquie, au Royaume-Uni et en Finlande.

 

En juin 2015, ’aFood and Drug Administration (FDA) américaine a publié une décision déterminant que les huiles partiellement hydrogénées, qui sont la principale source d’AGT dans les aliments transformés, ne sont" plus reconnues comme sans danger" à la consommation et seront interdites d’ici juin 2018.





Procédure: questions orale au Conseil et à la Commission avec résolution

40 à 50 gr  ; la quantité d’AGT présente dans 100g de gras de certains biscuits et popcorn

Partager cette citation: 
Les aliments suivants peuvent contenir des niveaux élevés d’acides gras trans: 
  • - la graisse à frire, à usage industriel 
  • - certaines margarines utilisées en pâtisserie 
  • - les produits de boulangerie pré-emballés, gâteaux, biscuits, gaufrettes, 
  • - le pop-corn pour micro-ondes  
  • - les aliments frits 
  • - certaines soupes et sauces 

"Les groupes vulnérables (...) et les enfants sont plus enclins à manger des aliments à teneur élevée en acides gras trans"

. 
Partager cette citation: