Partager cette page: 

L'opération iraquienne pour libérer Mossoul du groupe djihadiste "État islamique" (EI) a été soutenue par les députés jeudi. Ils ont appelé les autorités irakiennes à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils, les hôpitaux et les écoles, à mesure qu'elles progressent vers Mossoul. Les atrocités et le génocide contre les chrétiens, les Yézidis et d'autres minorités perpétrés par le groupe EI doivent être portés à la Cour pénale internationale, ont ajouté les députés.


Les députés soutiennent l'opération lancée par l'Irak et les forces peshmerga kurdes, soutenue par la coalition internationale de lutte contre le groupe "État islamique", pour libérer Mossoul du groupe "État islamique", qui tient la ville d’une main de fer depuis 2014.


Les députés se disent profondément préoccupés "face aux informations qui font continuellement état de l'utilisation, par le groupe "État islamique", d'enfants, de personnes âgées, de femmes et de personnes vulnérables comme boucliers" contre les opérations de libération militaire en cours dans le nord de l'Irak et condamnent la violence extrême que cela génère autour de l'Irak. La résolution rappelle que le groupe "État islamique" se livre à un génocide des chrétiens, des Yézidis et d’autres minorités ethniques et religieuses, et appelle les États membres de l'UE à renvoyer cette affaire devant la Cour pénale internationale.


Protéger les civils


Les députés soulignent que 1,5 million de personnes courent un risque imminent de déplacement en conséquence directe de l’opération visant à reprendre Mossoul et appellent les autorités irakiennes à protéger les civils et à éviter leur mort et les violations des droits de l’homme durant l'opération en cours. Ils demandent instamment à toutes les parties au conflit d'ouvrir des couloirs d'aide humanitaire et de garantir une assistance, et suggèrent également la mise en place d'un mécanisme de surveillance extérieur des Nations unies.


Soutenir la stabilisation


À ce jour, l’Union européenne a fourni à l’Irak une aide humanitaire de 134 millions d’euros, dont 50 millions d’euros pour Mossoul, dit le texte, qui appelle les États membres de l'UE à "intensifier les efforts de stabilisation des zones libérées".


Considérant la diversité ethno-religieuse historique de l'Irak du Nord, les députés demandent également à la communauté internationale de soutenir une structure durable et inclusive à l’issue du conflit avec une plus grande autonomie pour les régions de la plaine de Ninive, Sinjar et Tal Afar.


La résolution sur le nord de l’Irak et Mossoul a été adoptée par 488 voix en faveur, 11 contre, avec 128 abstentions.


Procédure: résolution non contraignante