Partager cette page : 
Duster plane on agricultural field        
L'utilisation de produits phytopharmaceutiques classiques est de plus en plus l'objet de discussions publiques, déclarent les députés - ©AP Images/European Union - EP 

Les pesticides biologiques à faible risque, y compris ceux à base de bio-organismes, de phéromones ou d’huiles essentielles, pourraient remplacer les pesticides conventionnels, suspectés de nuire à l’environnement et à la santé humaine. Les députés se demandent pourquoi certains États membres hésitent ou se refusent à les approuver et souhaitent que la Commission européenne propose une révision des règles afin d’accélérer le processus d’approbation.

Dans une résolution votée mercredi, les députés remarquent que l’utilisation de produits phytopharmaceutiques classiques est de plus en plus l’objet de discussions publiques, en raison des risques potentiels qu’ils font peser sur la santé humaine, sur les animaux et sur l’environnement. Toutefois, seules sept substances actives classées comme étant "à faible risque" ont à ce jour été approuvées pour une utilisation dans l’UE.


Par ailleurs, certains États membres ont refusé d’autoriser ces substances alternatives à faible risque, en raison de leur efficacité considérée comme inférieure, sans tenir compte ni des avantages en termes d’efficacité de l’utilisation des ressources pour l’agriculture biologique ni des coûts sanitaires et environnementaux des autres produits.


Les députés exhortent la Commission à présenter d’ici à fin 2018 une proposition législative afin d’accélérer la procédure d’évaluation, d’autorisation et d’enregistrement des pesticides à faible risque.


Note aux journalistes

 

Les députés soulignent qu’il est possible de trouver des traces de résidus de pesticides dans le sol, l’eau et certains produits agricoles. Ils déclarent que les produits phytopharmaceutiques à faible risque pourraient constituer une alternative viable et contribuer à une agriculture plus durable, en particulier les produits d’origine biologique.

 

Les pesticides d’origine biologique sont souvent à base de micro-organismes, de substances botaniques, de produits chimiques conçus à partir de matériaux biologiques ou de substances sémiochimiques, comme les phéromones ou les huiles essentielles.

 

Procédure: question avec demande de réponse orale à la Commission, avec résolution

Faits 
  • Les pesticides d’origine biologique sont souvent à base de micro-organismes, de substances botaniques, de produits chimiques conçus à partir de matériaux biologiques ou de substances sémiochimiques, comme les phéromones ou les huiles essentielles.