Partager cette page: 

Les députés veulent que la région de l'Arctique reste protégée et sûre - ©AP Images/European Union-EP 

Le changement climatique entraîne de nouveaux défis environnementaux et sécuritaires dans l'Arctique, car la calotte glaciaire ouvre de nouvelles voies de navigation et de pêche, et la concurrence pour ses ressources naturelles s’accroît, affirment les députés dans une résolution votée jeudi. Ils demandent des mesures pour protéger l'écosystème vulnérable de l'Arctique, y interdire l’exploitation pétrolière et le maintenir comme une zone de coopération et à l’abri des tensions.

"La région de l’Arctique est très sensible et vulnérable. Si nous détruisons cette zone en utilisant ses ressources de façon non durable, nous ne détruirons pas seulement une région unique mais nous accélèrerons aussi le changement climatique et nous polluerons une source d’eau propre. Les conséquences sur les stocks de poisson au niveau mondial seraient également désastreuses", a déclaré le co-rapporteur Sirpa Pietikainen (PPE, FI).


Les députés soulignent que l'Arctique se réchauffe environ deux fois plus vite que la moyenne mondiale et que la glace de mer a diminué de manière significative depuis 1981, jusqu’à environ 40% de moins que son niveau d'été il y a 35 ans.


Quatre millions de personnes vivant dans la région arctique, ainsi que sa faune et sa flore, sont les premières victimes des conséquences négatives de la pollution accrue. Ainsi, "l'environnement vulnérable de l'Arctique et les droits fondamentaux des populations autochtones doivent être respectés et protégés par des garanties plus strictes", disent les députés.


Ils demandent que "l’extraction pétrolière soit interdite dans les eaux arctiques gelées de l’Union et de l’Espace économique européen" étant donné que l’utilisation des combustibles fossiles accélère le changement climatique. Les députés réitèrent également leur appel lancé en 2014 pour mettre fin à l’utilisation et au transport de fioul lourd comme combustible marin à bord de bateaux naviguant sur les mers arctiques. Si cela ne s'avère pas réalisable au niveau international, la Commission devrait élaborer des règles pour interdire l'utilisation et le transport de fioul lourd pour les navires faisant escale dans les ports de l'Union européenne avant ou après toute navigation dans les eaux arctiques, ajoutent-ils.


Zone à l’abri des tensions


Le co-rapporteur du PE, Urmas Paet (ADLE, EE) a déclaré: "L’importance géopolitique de l’Arctique ne fait qu’augmenter. Notre principal objectif est de garder la région à l’abri des tensions et d’empêcher sa militarisation".


Les députés notent la présence accrue dans l'Arctique des forces russes qui, depuis 2015, "avaient établi au moins six nouvelles bases au nord du cercle arctique, notamment six ports en eau profonde et treize terrains d’aviation". Ils accordent également une attention à l'intérêt de la Chine pour l'accès aux nouvelles routes maritimes et aux ressources énergétiques.


Les députés préconisent des efforts pour maintenir l'Arctique à l’abri des tensions et soulignent "l’importance du rôle du Conseil de l'Arctique" dans "le maintien d'une coopération constructive, de la paix et de la stabilité" dans la région.


La résolution est adoptée par 483 voix en faveur, 100 contre, avec 37 abstentions.