Partager cette page: 

De nombreux travailleurs du secteur textile sont confrontés à de longues heures de travail, des salaires bas, l’incertitude quant à leur avenir, des actes de violence et des conditions dangereuses ©AP Images/European Union-EP  

Des règles européennes sont nécessaires pour contraindre les fournisseurs de textiles et du secteur de l’habillement à respecter les droits de leurs travailleurs, ont affirmé les députés dans une résolution adoptée jeudi.

Au niveau international, les travailleurs du secteur textile - qui sont souvent des jeunes femmes ou des enfants - sont confrontés à de longues heures de travail, des salaires bas, l’incertitude quant à leur avenir, des actes de violence et des conditions dangereuses. Ces pratiques nuisent également à l’industrie européenne étant donné qu’elles débouchent sur du dumping social, ont fait remarquer les députés dans une résolution non législative adoptée par x voix pour, x voix contre et x abstentions.


Afin d’encourager "l’initiative phare" qui vise à éviter des catastrophes telles que celle de l’effondrement du Rana Plaza en 2013 au Bangladesh, les députés présentent une série de propositions:


  • des obligations de diligence raisonnable: la Commission européenne devrait présenter une proposition législative en faveur d’un système obligatoire de diligence raisonnable, basé sur les lignes directrices de l’OCDE et similaires à celles relatives aux minerais issus des zones de conflit, couvrant l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement;

  • des préférences commerciales conditionnées: l’UE devrait veiller à ce que les pays d’exportation des textiles disposant d’un accès préférentiel au marché unique de l’UE respectent les obligations et fabriquent des textiles durables; tandis que les États membres de l’UE devraient promouvoir les droits des travailleurs dans leurs relations avec les pays en développement partenaires;

  • des étiquettes sur les vêtements: rendre les conséquences sociales de la production visibles sur les vêtements pourrait contribuer à introduire un changement durable; et

  • montrer l’exemple: les institutions européennes devraient faire figure d’exemple dans leurs marchés publics de textiles.

Citation de la députée en charge du dossier


"Nous ne pouvons pas nous permettre de fermer les yeux si nos vêtements sont fabriqués au coût de la souffrance humaine. Seules des règles contraignantes pourraient garantir que les produits vendus sur les marchés européens ne violent pas la dignité et les droits de millions de travailleurs. L’UE a les moyens d’agir et nous demandons à la Commission de prendre des mesures", a déclaré le rapporteur Lola Sánchez Caldentey (GUE/NGL, ES).


La résolution a été adoptée par 505 voix pour, 49 voix contre et 57 abstentions.


Contexte


Selon les chiffres de l’Organisation mondiale du commerce, plus de 70% des importations de textiles et de vêtements dans l’UE viennent d’Asie - la Chine, le Bangladesh, l’Inde, le Vietnam, le Cambodge et l’Indonésie étant les plus grands producteurs. La plupart des acheteurs sont des marques internationales cherchant des prix bas et des délais de production serrés. Les conséquences sont souvent ressenties par les travailleurs du secteur.


Après la tragédie du Rana Plaza, lors de laquelle plus de 1100 personnes ont perdu la vie suite à l’effondrement d’une usine à Dhaka au Bangladesh, la Commission européenne s’est engagée à présenter une initiative phare de l’Union, mais n’a encore rien proposé jusqu’à présent. Le Parlement souhaite encourager la Commission à présenter cet ensemble de propositions.

Faits 
  • La plupart des marques internationales cherchent des prix bas et des délais de production serrés, et les conséquences sont souvent ressenties par les travailleurs du secteur.  

1129 personnes  ; ont perdu la vie le 24 avril 2013 suite à l’effondrement du Rana Plaza à Dhaka, au Bangladesh

Partager cette citation: