Partager cette page : 

Les députés se sont opposés mercredi au projet de la Commission européenne d’autoriser les importations de produits contenant ou dérivés d’un maïs et d’un coton génétiquement modifiés afin de résister à certains herbicides.

  • Inquiétudes sur les effets des résidus d’herbicides liés à ces OGM
  • Le Parlement demande une révision de la procédure d’autorisation

 

Une résolution s’opposant à la mise sur le marché de produits issus du maïs génétiquement modifié DAS-40278-9 souligne les inquiétudes de la recherche indépendante quant aux risques de la substance active herbicide 2,4-D, auxquels ce maïs est résistant, pour le développement de l’embryon et la perturbation endocrinienne, entre autres.


Les États membres ont par ailleurs formulé de nombreuses observations critiques lors de la période de consultation de trois mois, portant sur des données manquantes ou insuffisantes, des déclarations contradictoires ou encore une mauvaise conception des tests.


La résolution non contraignante a été adoptée par 435 voix contre 216 et 34 abstentions.


Dans une résolution séparée, adoptée par 425 voix contre 230 et 27 abstentions, les députés estiment que l’importation de produits issus du coton génétiquement modifié GHB119 ne devrait pas être autorisée, car elle encouragerait l’utilisation dans le monde d’herbicides basés sur le glufosinate d’ammonium (auxquels ce coton est résistant), cette substance étant classifiée comme reprotoxique dans l’Union.


Contexte

 

Le Parlement s’est opposé en octobre 2015 à une autre législation de l’UE qui permettrait à tout État membre de restreindre ou d’interdire sur son territoire la vente et l’utilisation de denrées alimentaires ou d’aliments pour animaux génétiquement modifiés approuvés par l’UE. Les députés s’inquiètent de cette loi qui pourrait s’avérer inapplicable ou qui mènerait à la réintroduction des contrôles aux frontières entre les pays pro ou anti OGM. Ils exhortent la Commission à présenter une nouvelle proposition.