Partager cette page: 

  • Inclure des règles exécutoires en matière de droit du travail et de droits de l’homme dans les accords commerciaux de l’UE
  • Étiqueter les biens pour montrer l’impact social de la production
  • Protéger les lanceurs d’alerte qui dévoilent le travail forcé et la traite d’êtres humains

Le commerce doit être plus équitable, dans le but de contribuer à la lutte contre l’exploitation des travailleurs dans les pays les plus pauvres, ont déclaré les députés mardi.

Alors que la structure du commerce international a considérablement évolué au cours des dernières décennies et que la redistribution inéquitable des bénéfices fait l’objet de critiques croissantes de la part du grand public, les députés proposent une série de mesures visant à protéger les travailleurs et l’environnement à travers le monde en réformant les "chaînes de valeur mondiales". Parmi leurs suggestions figurent les points suivants:

 

  • renforcer la responsabilité sociale des entreprises, en incluant des règles en la matière dans les accords de commerce et d’investissement négociés par l’UE;

 

  • contraindre la Commission européenne à envisager de prendre des mesures poussées de "diligence raisonnable" dans les chaînes d’approvisionnement, similaires à celles utilisées pour les "minerais de conflit" et l’approvisionnement en bois;

 

  • inclure des règles exécutoires en matière de droit du travail et de droits de l’homme dans les accords commerciaux;

 

  • développer une stratégie européenne pour protéger les lanceurs d’alerte qui dévoilent des cas de travail forcé et de traite d’êtres humains; et

 

  • rendre l’"impact social de la production" visible sur les biens, afin de sensibiliser les consommateurs et de contribuer à un changement durable.

 

La résolution a été adoptée par 497 voix pour, 124 voix contre et 56 abstentions.

 

Citation

 

Le rapporteur Maria Arena (S&D, BE) a déclaré après le vote: "L’UE, premier bloc commercial au monde, a un rôle clé à jouer pour garantir le respect des droits de l’homme et de l’environnement. Nous demandons des règlementations contraignantes, qui obligeraient les multinationales à respecter ces droits, tel que c’est le cas pour les minerais de conflit et l’approvisionnement en bois. Quel que soit l’endroit où elles opèrent et peu importe le commerce concerné, toutes les entreprises internationales doivent répondre à ces normes et participer à un système d’obligations de diligence raisonnable".

 

À savoir

 

Dans l’économie interconnectée d’aujourd’hui, la production s’organise de plus en plus au sein de chaînes de valeur mondiales où les processus de production couvrent plusieurs pays. Cela peut permettre à de nouvelles entreprises et à de nouveaux employés de contribuer à réduire la pauvreté, mais aussi compliquer et obscurcir la responsabilité en termes de produits et d’accidents. L’UE doit mettre à jour ses politiques commerciales afin de prévenir des tragédies telles que l’effondrement en 2013 du Rana Plaza, une usine de confection au Bangladesh. Quelque 21 millions de personnes dans le monde sont victimes de travail forcé, qui génère 150 milliards de dollars de profits illégaux chaque année.

 

 

Procédure: résolution non législative

Statistiques 
  • 21 millions de personnes sont victimes de travail forcé dans le monde, ce qui génère chaque année 150 milliards de dollars de bénéfices illégaux 

L’UE, premier bloc commercial au monde, a un rôle clé à jouer pour garantir le respect des droits de l’homme et de l’environnement.

Maria Arena (S&D, BE), rapporteur 
Partager cette citation: