Partager cette page: 

  • Le Parlement européen ne reconnaît pas la nouvelle assemblée constituante au Venezuela
  • L’UE devrait geler les actifs européens de tous les Vénézuéliens impliqués dans de graves violations des droits de l’homme
  • Amérique latine et Caraïbes sont plus que jamais un partenaire clé de l'UE
  • Mais le dialogue politique doit être renforcé et les négociations commerciales accélérées

L’UE devrait geler les actifs européens de tous les Vénézuéliens impliqués dans de graves violations des droits de l’homme dans le pays et restreindre leur accès au territoire de l'UE.

Dans un rapport d'initiative adopté par 526 voix pour, 96 voix contre et 59 abstentions, les députés condamnent les élections du 30 juillet 2017 au Venezuela en vue de la formation d’une assemblée constituante comme étant une violation de la séparation des pouvoirs. Ils ne "reconnaissent pas les mesures et décisions prises par l’assemblée nouvellement créée, en raison de son manque de légitimité".

 

Les députés exhortent la chef de la politique étrangère de l'UE, Federica Mogherini, et le Conseil européen à envisager le gel des actifs de toutes les personnes impliquées dans de graves violations des droits de l’homme au Venezuela et de restreindre leur accès au territoire de l'UE.

 

Relations entre l’UE et l’Amérique latine

 

Dans le texte, les députés soulignent la nécessité de renforcer les liens commerciaux de l’UE et la coopération avec la région d’Amérique latine et Caraïbes (ALC), sur base de valeurs, d'intérêts et d'agendas politiques communs, afin de relever les défis mondiaux tels que la migration de masse, le terrorisme, le changement climatique et la pauvreté. Ils préconisent de:

 

  • accélérer les négociations en cours pour mettre à jour les accords UE-Mercosur, UE-Mexique et UE-Chili,
  • échanger automatiquement des informations fiscales et lever le secret bancaire,
  • renforcer la coordination policière et militaire, en mettant l'accent sur le partage de l'information,
  • développer des corps spéciaux d'aide d'urgence pour faire face aux catastrophes naturelles et humanitaires,
  • stimuler le programme Erasmus+, et
  • coopérer sur les questions environnementales, en insistant sur le passage à des énergies plus propres et à la décarbonatation.