Partager cette page: 

  • Davantage d’efforts nécessaires de la part de l’UE et des États membres pour réduire le chômage des jeunes
  • Cibler les jeunes qui ne travaillent pas, qui ne suivent pas d’études ou de formation
  • Un meilleur contrôle pour plus d’efficacité

La commission du contrôle budgétaire appelle l’UE et les États membres à faire davantage pour lutter contre le chômage des jeunes, bien trop élevé dans certaines parties de l’Europe.

La garantie pour la jeunesse et l’initiative pour l’emploi des jeunes ont été mises en place en 2013. Depuis 2014 et jusqu'en 2020, elles fournissent plus de 8 milliards d’euros de fonds européens pour lutter contre le chômage des jeunes et contribuent à faire chuter le nombre de jeunes sans travail. Toutefois, les députés regrettent qu’un jeune sur cinq dans l’UE soit toujours au chômage à la mi-2016. En Grèce et en Espagne, ce chiffre se maintient toujours au-dessus de 40%.

 

Afin d’optimiser le rapport coût/efficacité de ces dispositifs de soutien, les députés suggèrent que:

 

  • l’accent soit mis prioritairement sur les ‘‘NEET’’, les jeunes qui ne travaillent pas, qui ne suivent pas d’études ou de formation;
  • de l’argent supplémentaire soit pris sur les budgets nationaux et le Fonds social européen;
  • les services publics d’emploi soient plus efficaces dans leur soutien aux jeunes ayant le plus de difficulté à trouver un emploi et qu’ils partagent leurs bonnes pratiques;
  • les États membres améliorent la qualité des offres d’emploi, de formation et d’éducation faites aux jeunes;
  • la Commission et les États membres mettent en place un système de contrôle qui permette de mieux évaluer les progrès réalisés; et
  • la Commission fournisse des informations plus précises ainsi qu’un rapport annuel sur le rapport coût/efficacité de la garantie pour la jeunesse et sur la façon dont la mise en œuvre du programme est contrôlée au niveau des États membres.

 

Plus tôt ce mois-ci, les députés ont alloué 500 millions d’euros supplémentaires pour lutter contre le chômage des jeunes.

 

Citation

 

Le rapporteur, Derek Vaughan (S&D, UK), a déclaré: ‘‘Malgré la reprise économique, les jeunes européens ont toujours du mal à trouver du travail. L’UE a déjà fait beaucoup, mais nous devons aller plus loin. Il faut certes poursuivre nos efforts d’un point de vue financier, mais il faut aussi mieux partager les bonnes pratiques et mieux contrôler les dépenses. Les États membres doivent utiliser l’aide disponible et consacrer une part plus importante de leurs ressources nationales à la lutte contre le chômage des jeunes.’’

 

Prochaines étapes

 

La commission a adopté la résolution par 15 voix pour, 1 contre et 3 abstentions. Le Parlement dans son ensemble devrait se prononcer sur ce rapport lors de la session d’Octobre II à Strasbourg.

 

À savoir

 

La garantie pour la jeunesse est un engagement pris par l’ensemble des États membres afin de s’assurer que tous les jeunes de moins de 25 ans reçoivent une offre d’emploi, une formation, un apprentissage ou un stage de qualité dans les quatre mois qui suivent leur perte d’emploi ou la fin de leurs études formelles. L’initiative pour l’emploi des jeunes est l’une des principales ressources financières de l’UE pour aider à la mise en œuvre des dispositifs de garantie pour la jeunesse. Elle a été lancée pour apporter un soutien aux jeunes vivant dans les régions où le taux de chômage des jeunes dépassait 25% en 2012.

 

Selon la Commission européenne, depuis 2013, l’initiative pour l’emploi des jeunes a permis de fournir un soutien direct à plus d’1,4 million de jeunes. Depuis 2014, 16 millions de jeunes ont bénéficié des dispositifs de la garantie pour la jeunesse. 10 millions d’entre eux ont accepté une offre (pour la majorité d’entre eux, une offre d’emploi).

 

Selon Eurofound, l’investissement nécessaire à la mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse en Europe est estimé à 50,4 milliards d’euros par an. Par ailleurs, les pertes économiques annuelles résultant du désengagement des jeunes du marché du travail en Europe pourraient atteindre au moins 153 milliards d’euros.

 

Vous pouvez télécharger des données sur ce sujet pays par pays en cliquant ici.

 

Le projet de rapport fait suite à plusieurs rapports de la Cour des comptes de l’UE, le dernier d’entre eux soulignant ‘‘des progrès et des résultats limités, en deçà des espérances, concernant la présentation d’offres de qualité à tous les jeunes qui ne travaillent pas, qui ne suivent pas d’études ou de formation’’.