Partager cette page: 

  • L’UE doit mettre au point une stratégie ‘‘zéro émission’’ à l’horizon 2050
  • Des sources additionnelles de financement pour les investissements permettant de réduire les émissions
  • Les députés participeront à la conférence des Nations unies sur le climat en novembre prochain

Alors que le prochain cycle de négociations sur le climat se tiendra à Bonn du 6 au 17 novembre, les députés appellent l’UE à présenter une stratégie ‘‘zéro émission’’ à l’horizon 2050.

Dans une résolution adoptée mercredi, les députés se sont accordés sur les recommandations aux institutions de l’UE et aux États membres en amont de la COP23 qui se tiendra à Bonn en novembre. Ils appellent les dirigeants de l’UE à mettre en œuvre l’accord via une législation européenne et à revoir à la hausse les objectifs de l’UE en matière d’objectifs et d’instruments politiques.

 

Alors que l’ensemble des parties de la CCNUCC doivent communiquer leurs objectifs à long-terme d’ici 2020, les députés exhortent également la Commission à préparer d’ici 2018 une stratégie européenne ‘‘zéro émission’’ à l’horizon 2050, avec pour objectif de limiter l’augmentation de la température bien en-deçà des 2°C et de poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5°C. La procédure devrait débuter dès que possible, précisent-ils.

 

La décision américaine, un ‘‘pas en arrière’’

 

Les députés ont exprimé leur déception face à la décision du Président Trump de se retirer de l’accord de Paris. ‘‘Cette décision est un pas en arrière’’, ont-ils précisé, tout en saluant néanmoins les réactions fortes des gouvernements de nombreux pays en faveur de la mise en œuvre de l’accord de Paris.

 

Financement de l’action climatique

 

Les députés en appellent à des engagements européens et internationaux concrets afin de trouver d’autres sources de financement. Les prêts et les pratiques d’investissement devraient être alignés sur l’objectif du maintien d’une hausse des températures bien en-deçà des 2°C, notamment en se désengageant des combustibles fossiles et en supprimant progressivement les crédits à l’exportation (incitations financières) pour les investissements liés aux combustibles fossiles, déclarent-ils.

 

Marchés mondiaux du carbone

 

Les députés saluent le développement de systèmes d’échange de quotas à travers la planète, 18 d’entre eux étant actuellement opérationnels sur quatre continents. Ils encouragent la Commission à promouvoir les liens entre le SEQE de l’UE et les autres marchés du carbone, afin de réduire le risque de fuite de carbone.

 

Réunion de Bonn

 

Les députés attendent de la conférence de Bonn qu’elle clarifie la structure du dialogue de facilitation 2018, qui a pour objectif d’examiner les efforts des gouvernements pour atteindre les objectifs à long terme.

 

Prochaines étapes

 

La résolution a été adoptée par un vote à main levée. Une délégation du Parlement, menée par la présidente de la commission de l’environnement, Adina-Ioana Vălean (PPE, RO), se rendra à la conférence du 13 au 17 novembre.

 

À savoir

 

Le Parlement travaille actuellement sur trois législations mettant en œuvre l’accord de Paris: la réforme du marché du carbone de l’après-2020 (SEQE de l’UE) (rapporteur Julie Girling), le règlement relatif à la répartition de l'effort pour les objectifs 2030 (rapporteur Gerben-Jan Gerbrandy), et le règlement sur les émissions de gaz à effet de serre et les absorptions liées à l'utilisation des terres, au changement d'affectation des terres et à la foresterie (rapporteur Norbert Lins).