Partager cette page: 

  • Les députés demandent un fonds fiduciaire pour l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie
  • Ils proposent un modèle de "partenariat oriental+" pour donner aux partenaires orientaux l’accès à l’union douanière ou l’union de l’énergie
  • Ils appellent à une pression collective sur la Russie afin de résoudre les conflits dans le voisinage oriental de l’UE

Le sommet du partenariat oriental de novembre devrait créer un fonds fiduciaire pour les partenaires orientaux et récompenser leurs réformes en octroyant l’accès à l’union douanière.

C’est ce qu’ont affirmé les députés de la commission des affaires étrangères mardi 10 octobre. Ils ont salué les progrès importants réalisés depuis le dernier sommet du partenariat oriental organisé à Riga en 2015. Ils ont souligné qu’un certain nombre de partenaires orientaux avaient adopté des réformes majeures et que la Géorgie, l’Ukraine et la Moldavie bénéficiaient du régime de libre-échange et de libéralisation des visas avec l’UE.

 

Pour le prochain sommet du partenariat oriental, les députés de la commission des affaires étrangères recommandent de:

 

  • créer un fonds fiduciaire pour l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, qui pourrait se concentrer sur les investissements publics et privés dans l’infrastructure sociale et économique;
  • établir un modèle de "partenariat oriental+" pour les pays associés qui ont réalisé des progrès considérables en matière de réformes européennes, afin de leur donner la possibilité de rejoindre l’union douanière, l’union de l’énergie, l’union numérique, voire l’espace Schengen, ou d’abolir les frais d’itinérance;
  • soutenir les réformes économiques qui visent à supprimer progressivement les monopoles, limitant le rôle de l’oligarchie et empêchant le blanchiment de capitaux et l’évasion fiscale;
  • maintenir la pression collective sur la Russie dans le but de résoudre le conflit dans l’est de l’Ukraine, dans les territoires occupés de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, ainsi qu’en Transnistrie; et
  • soutenir le déploiement d’une mission de police armée de l’OSCE dans l’est de l’Ukraine.

 

Citations

 

Le co-rapporteur Laima Andrikienė (PPE, LT) a déclaré: "Le sommet du partenariat oriental devrait créer une nouvelle dynamique, établir une vision politique claire et rester pertinent pour les six partenaires orientaux qui ont différentes aspirations. Nous proposons un modèle de ‘partenariat oriental+’ attractif à long terme pour les pays associés qui ont réalisé d’importants progrès dans la mise en œuvre des réformes".

 

Le co-rapporteur Knut Fleckenstein (S&D, DE) a ajouté: "Le partenariat oriental, c’est plus que la signature d’accords lors de sommets bisannuels. Il s’agit de soutenir les partenaires européens orientaux de l’UE en mettant en œuvre d’importantes réformes dans les domaines de la démocratie, de la primauté du droit et des libertés fondamentales. Nous voulons voir davantage de progrès en matière de réformes ainsi qu’une meilleure application des initiatives conclues précédemment".

 

Prochaines étapes

 

La résolution sur les recommandations concernant le partenariat oriental a été adoptée par 40 voix pour, 6 voix contre et une abstention. Le Parlement dans son ensemble devrait se prononcer sur le projet de texte lors de sa session plénière de novembre à Strasbourg.

 

À savoir

 

Le partenariat oriental a été lancé en 2009 pour renforcer les liens politiques et économiques entre l’UE et six partenaires orientaux: l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Belarus, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine.

 

Le 5e sommet du partenariat oriental se tiendra le 24 novembre 2017 à Bruxelles.