Partager cette page: 

  • L’Afghanistan reste en proie à un conflit grave
  • Une réconciliation intérieure et un processus de paix mené par les Afghans sont nécessaires
  • L’UE est invitée à soutenir les efforts afghans pour désarmer, démobiliser et réintégrer les insurgés

Les progrès politiques et économiques en Afghanistan sont visibles mais restent fragiles. Ils pourraient être réduits à néant par les défis sécuritaires croissants, ont averti les députés.

Le PIB par habitant a été multiplié par cinq, l’espérance de vie a augmenté de presque 15 ans et le nombre de filles scolarisées est également en hausse. Cependant, ces progrès sont très fragiles et réversibles, soulignent les députés.

 

La résolution précise que malgré les importants efforts internationaux, l’Afghanistan est toujours en proie à un conflit grave. La sécurité s’est détériorée et les attentats terroristes se sont multipliés, atteignant le plus grand nombre de victimes depuis 2009, explique le texte. Les députés s’inquiètent vivement de l’actuelle expansion territoriale des talibans ainsi que du récent renforcement des groupes terroristes se réclamant d’Al-Qaïda et de l’État islamique.

 

Les députés affirment que la réconciliation intérieure et un processus de paix mené par les Afghans sont la seule manière d’avancer. Ils exhortent le gouvernement afghan à poursuivre les réformes, à encourager les relations stables avec les voisins et à lutter contre la corruption, la radicalisation, le terrorisme et son financement.

 

La résolution salue les efforts de l’UE visant à promouvoir la paix et la stabilité, à renforcer la démocratie et l’État de droit ainsi qu’à promouvoir la bonne gouvernance et l’émancipation des femmes en Afghanistan. Elle appelle à "soutenir activement un programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion des anciens insurgés".