Partager cette page: 

Les députés ont tiré la sonnette d’alarme quant à l’influence de la propagande russe sur l’UE et ont appelé à renforcer l’équipe de communication stratégique de l’UE.

Les fuites, les fausses informations, les campagnes de désinformation et les cyberattaques contre l’UE et ses États membres orchestrées par Kremlin ont augmenté depuis la guerre en Ukraine, ont souligné les députés lors d’un débat d’actualité mercredi avec le commissaire en charge de l’union de la sécurité, Sir Julian King. Ils ont rappelé l’ingérence russe dans le Brexit, mais également lors des récentes élections en France, en Allemagne et en Espagne.

 

Les députés ont regretté la faiblesse de la réponse de l’UE, soulignant qu’une petite équipe de stratégie de communication de l’UE composée de 14 personnes était chargée de lutter contre les outils de propagande russe, comme Sputnik ou Russia Today, qui reçoivent des milliards d’euros de soutien financier.

 

Pour renforcer la résistance de l’UE face à ces outils, les députés en ont appelé à des mesures permettant d’améliorer l’éducation aux médias, de sensibiliser, de promouvoir un journalisme d’investigation et indépendant, et de réviser la directive audiovisuelle de l’UE afin de donner aux régulateurs nationaux le pouvoir d’appliquer la tolérance zéro vis-à-vis des discours de haine.

 

Les députés ont aussi rappelé la nécessité d’accroître la transparence relative aux propriétaires des médias, au financement des partis politiques et de leurs campagnes. Les médias sociaux étant en train de devenir la principale source d’information, ils devraient être soumis aux mêmes règles que les autres médias, ont ajouté certains députés.

 

Le commissaire King a précisé que la doctrine militaire russe et les généraux considéraient les fausses données et la propagande déstabilisatrice comme des outils légitimes au service des forces armées. Il a salué les propositions des députés visant à renforcer l’équipe de communication stratégique de l’UE et a déclaré que la Commission présenterait au printemps prochain une stratégie relative aux fausses nouvelles.

 

Pour visionner les déclarations des différents intervenants, cliquez ci-dessous: