Partager cette page: 

  • Deuxième d’une série de débats sur l’avenir de l’Europe entre les dirigeants européens et les députés
  • La solidarité doit demeurer une des pierres angulaires de notre action
  • Construire un avenir fondé sur l’égalité - des États, des citoyens et des chances
Le Premier ministre croate Andrej Plenković a débattu de l'avenir de l'Europe avec les députés 

Le Premier ministre de Croatie, Andrej Plenković, est le deuxième dirigeant européen à être venu débattre de l’avenir de l’Europe avec les députés ce mardi.

Andrej Plenković a déclaré: ‘‘Nous devons aller de l’avant, pas faire marche arrière’’. La Croatie est entrée dans l’UE pour construire et développer le projet européen avec ses partenaires, afin de préparer un avenir fondé sur l’égalité - des États, des citoyens et des chances.’’

 

En présentant sa vision de l’avenir de l’Europe, le Premier ministre a souligné que la solidarité devait demeurer ‘‘l’une des pierres angulaires de nos actions’’ et qu’une Europe unie était essentielle, ‘‘car nous ne pourrons aller de l’avant que si nous sommes ensemble’’.

 

Andrej Plenković a également évoqué l’importance de la croissance et de la cohésion et le fait que tous les États membres de l’UE devaient avancer de façon équitable. ‘‘Tous nos citoyens devraient ressentir les bénéfices de l’adhésion à l’UE, s’engager et participer activement à la poursuite de cette construction’’, a-t-il déclaré. Le Premier ministre a souligné que l’UE devait investir dans l’éducation, la culture et la création, dans la recherche et le développement, tout en fournissant en même temps une stabilité financière qui protège les citoyens d’éventuelles crises financières.

 

En remerciant le Premier ministre croate après son intervention, le Président du Parlement Antonio Tajani a déclaré: ‘‘Dans son discours, le Premier ministre Plenković a présenté une vision de l’avenir de l’Europe positive, prospective, au sein de laquelle la Croatie et l’UE, en travaillant ensemble, permettront une Union plus efficace. Il a présenté d’excellents arguments en faveur de l’adhésion à l’UE et démontré combien cela avait bénéficié à la Croatie. En même temps, il a avec justesse pointé du doigt certains des défis que nous devons affronter ensemble, comme la sécurité, la migration incontrôlée et l’emploi des jeunes.''

Une majorité des chefs des groupes politiques a salué l’engagement de M. Plenković pour une Europe plus démocratique, démontrant que la rupture du pays avec son histoire récente tourmentée illustrait bien le fait qu’avec du travail et de la détermination, un avenir au sein de l’UE était non seulement possible, mais également prometteur.

Certains députés ont rappelé l’importance de préserver les identités nationales des citoyens de l’UE, combinées à une forte identité européenne, sans que les nationalistes puissent y voir une contradiction. D’autres ont réaffirmé la nécessité de disposer de davantage d’investissements pour créer des emplois, des conditions de vie décentes et une Europe plus responsable socialement. Les députés en ont également appelé à des réformes institutionnelles, comme l’introduction d’une circonscription transnationale, et ont réitéré leur engagement ferme de se tenir aux côtés des autres pays des Balkans occidentaux souhaitant rejoindre l’UE, une fois que tous les différends liés aux frontières seront résolus et que les critères de la Commission seront respectés.

Contexte

Il s’agissait du deuxième d’une série débats entre les chefs d’État ou de gouvernement et les députés sur l’avenir de l’UE. Ces débats se poursuivront tout au long de l’année 2018.


Cliquez ci-dessous pour revoir les interventions en plénière: