Partager cette page: 

  • Une enquête indépendante et complète est nécessaire, avec la pleine association d’Europol
  • Des meilleures règles européennes et nationales pour garantir la sécurité des journalistes
  • Un contrôle plus efficace de la façon dont les fonds de l’UE sont dépensés
Des milliers de personnes ont allumé des bougies en Slovaquie en hommage à Ján Kuciak et Martina Kušnírová. ©Bundas Engler/AP Photos/EU-EP 

Europol devrait être pleinement associé à l’enquête sur le meurtre du journaliste slovaque Ján Kuciak et de sa fiancée, et l’UE devrait mieux protéger ses journalistes et lanceurs d’alerte.

Tel était le principal message adressé lors du débat qui s’est tenu mercredi suite au meutre du journaliste d’investigation slovaque Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová.

 

Les députés en ont appelé à une enquête indépendante, internationale et complète qui permettra de traduire les auteurs en justice et ont plaidé pour des règles nationales mais aussi européennes pour garantir la sécurité des journalistes, des blogueurs et des lanceurs d’alerte.

 

Les députés ont également débattu des révélations faites par M. Kuciak dans son dernier article, publié à titre posthume, à propos de possibles utilisations abusives des fonds européens en Slovaquie et des liens potentiels entre des organisations criminelles et des politiciens slovaques. Les députés ont appelé à une enquête approfondie sur ces allégations, impliquant également l’OLAF (Office européen de lutte antifraude), et ont exhorté la Commission européenne à recommencer à publier le rapport annuel anticorruption de l’UE.

 

Retrouvez les déclarations individuelles de la première série d’orateurs:

 

L’enregistrement vidéo du débat sera prochainement disponible sur le site de la plénière et sur EP Live.

 

Le débat s’appuyait sur les conclusions de la délégation ad hoc de six députés européens qui s’est rendue en Slovaquie les 8 et 9 mars pour examiner la situation sur le terrain. Il fera l’objet d’une résolution qui sera mise aux voix lors de la session plénière d’avril (16-19) à Strasbourg.

 

Le Parlement a honoré la mémoire de M. Kuciak et de Mme Kušnírová en respectant une minute de silence lors de sa session plénière le 28 février. Son Président, Antonio Tajani, a fermement condamné les meurtres, soulignant que la liberté de la presse devait être garantie et appelant les autorités slovaques à ‘‘révéler la vérité’’.