Partager cette page: 

  • Troisième d’une série de débats sur l’avenir de l’Europe entre les dirigeants de l’UE et les députés
  • La convergence est essentielle pour l’unité de l’Europe, déclare António Costa
  • Soutien du Premier ministre à la position du Parlement sur le budget à long terme de l’UE et les ressources propres
Débat sur l'avenir de l'Europe avec le Premier ministre du Portugal, António Costa © European Union 2018 - EP 

Le Premier ministre portugais, António Costa, a débattu mercredi de l’avenir de l’Europe avec les députés et le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker.

‘‘On ne peut pas attendre plus de l’Europe sans donner plus à l’Europe’’, a-t-il déclaré, soutenant la position du Parlement sur le cadre financier pluriannuel (CFP). ‘‘Le Portugal est prêt à augmenter sa contribution’’ au budget, a-t-il déclaré aux députés.

 

António Costa a réitéré son soutien à la politique de cohésion et à la politique agricole, en déclarant que grâce à ces politiques ‘‘l’Europe avait atteint chaque village, chaque partie de son territoire, des plus grandes métropoles aux régions ultrapériphériques’’, et amené l’UE dans la vie quotidienne de ses citoyens.

 

‘‘Au Portugal, nous avons défini une politique d’austérité alternative, fondée davantage sur la croissance économique, des emplois plus nombreux et de meilleure qualité et davantage d’égalité’’, a-t-il dit, soulignant que la confiance des citoyens avait besoin d’être rétablie. Pour y parvenir, l’UE doit construire une ‘‘Union plus cohésive’’ aux niveaux économiques, sociaux et politiques.

 

António Costa a souligné la nécessité d’achever l’Union économique et monétaire et d’équiper l’UE de ressources lui permettant d’être à la hauteur de ses responsabilités et des défis à venir.

 

‘‘Plus qu’une monnaie unique, qu’un marché intérieur, l’Europe est une communauté de valeurs’’, a-t-il déclaré, ajoutant que ‘‘c’est au sein de l’UE, et avec tous ceux qui le souhaitent, que nous voulons construire notre avenir’’.

 

En accueillant M. Costa, le Président du Parlement, Antonio Tajani, a déclaré: ‘‘Le Portugal a toujours joué un rôle clé dans l’intégration européenne et son peuple a toujours été engagé en faveur de notre Union. Les dernières données économiques du pays démontrent bien que la solidarité européenne et l’engagement à réaliser des réformes peuvent payer.’’

 

‘‘En tant que pont entre l’Europe et l’Afrique, ainsi que l’Amérique latine, nous comptons sur le Portugal pour être à l’avant-garde dans la promotion de liens plus étroits avec nos amis dans le monde entier’’, a-t-il ajouté.

 

Certains des dirigeants des groupes politiques du Parlement ont salué le Premier ministre portugais et les efforts progressifs de son gouvernement pour éloigner le pays des pires dommages causés par la crise financière de 2008, précisant que la responsabilité budgétaire ne signifiait pas qu’il fallait abandonner la justice sociale. D’autres ont souligné qu’une politique sociale moderne nécessitait également une politique fiscale moderne et ont appelé à une législation fiscale davantage paneuropéenne ainsi qu’à une réforme de la zone euro, dotée de capacité budgétaire et d’une structure de gouvernance propre.

 

Vidéos des différentes interventions

 

António Costa, Premier ministre du Portugal

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne

Manfred Weber, PPE

Maria João Rodrigues, S&D

Ulrike Trebesius, ECR

Guy Verhofstadt, ADLE

Philippe Lamberts, Verts/ALE

Tania González Peñas, GUE/NGL

Jiří Payne, EFDD

Marcel de Graaff, ENL

Contexte

Le Premier ministre portugais était le troisième dirigeant de l’UE à s’adresser à la plénière sur l’avenir de l’Europe, après le Premier ministre irlandais Leo Varadkar le 17 janvier et le Premier ministre croate Andrej Plenković le 6 février. Le prochain débat sur l’avenir de l’Europe, avec le Président français Emmanuel Macron, est prévu pour la session plénière d’avril. Les débats suivants se tiendront avec Charles Michel (Belgique) et Xavier Bettel (Luxembourg) en mai.