Partager cette page: 

La commission spéciale sur les pesticides a commencé à examiner la procédure d'autorisation de l'UE lors de sa première réunion de travail jeudi.

Les députés ont examiné l'état des lieux de la procédure avec le Directeur exécutif de l'EFSA Bernhard Url et la Commission européenne.

“Nous devons tout oser et rien nous interdire sur cette véritable question de société : nous parlons de la santé des 500 millions d'européens!“ a déclaré le Président de la commission parlementaire Eric Andrieu (S&D, FR). “42% des aliments sont identifiés sans pesticides... la marge est grande !“ a-t-il ajouté.

 

“En décembre, lors du vote de notre rapport, nous devrons prendre l'engagement auprès des citoyens que les aliments qu'ils mangent et que l'air qu'ils respirent ne sont pas dangereux pour leur santé.

 

Notre Commission spéciale doit jeter les bases de nouvelles pratiques garantissant transparence et indépendance. Elle devra surtout rétablir la confiance des citoyens dans le processus européen“ a-t-il conclu.

 

"Voir comment la théorie fonctionne dans la pratique"

 

"L'objectif principal de la commission PEST est d'examiner la procédure d'autorisation sous tous les angles et d'identifier les améliorations possibles sur la base d'une approche scientifique", a déclaré le co-rapporteur Norbert Lins (PPE, DE).

 

"La Commission et l'EFSA nous ont donné une bonne vue d'ensemble de la législation actuelle, ce qui a constitué un bon point de départ pour comprendre le processus. Néanmoins, nous aurons besoin de plus de contributions de toutes les parties prenantes pour voir comment la théorie fonctionne dans la pratique. Il est particulièrement intéressant pour moi de mettre en place un processus efficace et efficient qui ne se concentre pas seulement sur la transparence, mais qui assure la sécurité pour l'environnement et la santé et renforce l'innovation" a-t-il ajouté.

 

"Une occasion de se plonger dans le travail des agences"

 

"Cette nouvelle commission nous donne l'occasion de nous pencher sur le travail des différentes agences européennes et nationales, la qualité des preuves utilisées, le rôle de l'industrie et l'indépendance et la transparence de l'ensemble du processus d'évaluation", a déclaré le co-rapporteur Bart Staes (Verts/ALE, BE).

 

"La protection de la santé publique et de l'environnement doit être au cœur des décisions de l'UE. Nous voulons nous assurer qu'il n'y aura pas de répétition de la saga du glyphosate. La ré-autorisation du glyphosate a mis en évidence de sérieux problèmes avec le processus actuel. Nous allons maintenant examiner les preuves en détail et formuler des recommandations afin de nous assurer que la procédure d'autorisation des pesticides dans son ensemble est adaptée à l'objectif visé, de sorte que les décisions futures soient totalement transparentes et respectent la réglementation européenne pertinente", a-t-il déclaré. 

 

Prochaines étapes

 

La commission spéciale tiendra sa prochaine réunion le 26 avril.