Partager cette page: 

M. Juncker a dévoilé la proposition de la Commission pour le prochain budget à long terme de l'UE, juste après son adoption par le Collège. 

La plupart des députés ont salué le projet de la Commission d’augmenter les contributions nationales à hauteur de 1,11% du RNB et d’introduire de nouvelles sources de recettes.

‘‘Dans la présentation faite par la Commission, la nécessité d’un budget politique a été soulignée, tout comme le principe de la valeur ajoutée européenne. L’importance des ressources propres, l’un des points clés dans les résolutions du PE, a été mise en avant. Davantage de fonds pour Erasmus+, la recherche, les PME et le changement climatique, voilà des signes positifs. Nous aurions souhaité un budget qui représente 1,3% du RNB. Compte tenu des réductions budgétaires pour l’agriculture et la cohésion, nous ferons tout notre possible pour défendre nos positions. Il est essentiel que la Commission ait souligné le rôle des ressources, conformément aux positions du Parlement’’, a déclaré le Président du Parlement européen, Antonio Tajani.

 

Les propositions de la Commission vont dans le bon sens, ont déclaré la plupart des députés, qui saluent l’accent mis, en majorité, sur le financement de nouvelles priorités, comme la recherche, la gestion des frontières et la migration, le soutien aux jeunes, la défense et la sécurité, même si ces propositions sont moins ambitieuses que celles du PE. De nombreux députés ont aussi accueilli favorablement le projet de lier les fonds de l’UE au respect de l’État de droit.

 

Une large majorité des députés ont également réagi de façon positive à la proposition visant à introduire de nouvelles ressources propres pour l’UE, basées sur un nouveau régime fiscal des entreprises, les revenus issus du système d’échange de quotas d’émission de l’UE et une taxe sur les plastiques, afin de réduire les contributions directes des États membres fondées sur le RNB.

 

Les propositions visant à réduire le financement de la politique régionale et de la politique agricole commune devront être débattues avec les bénéficiaires, ont souligné les députés, mais les régions européennes et la communauté des agriculteurs ne doivent pas être sacrifiées. Certains ont déploré le manque de vision ou de mesures plus ambitieuses pour lutter contre les inégalités sociales grandissantes ou contre le changement climatique. Mais d’autres auraient préféré que la Commission propose un budget à long terme pour 2021-2027 réduit, plutôt que renforcé, et ont protesté contre ce qu’ils perçoivent comme une pression politique de l’UE à l’encontre des gouvernements nationaux au travers de la politique de migration et de la proposition de conditionnalité des financements au respect de l’État de droit.

 

Par ailleurs, les députés ont rappelé que les propositions liées au budget à long terme et aux ressources propres ainsi que les différents programmes (agriculture, cohésion, recherche…) qui seront présentés en mai et juin seraient traités comme un seul ‘‘paquet’’ lors des négociations à venir avec le Conseil.

 

Le Parlement européen a déjà établi ses positions sur le cadre financier pluriannuel (CFP) et sur les ressources propres de l’UE le 14 mars dernier, en adoptant deux résolutions sur la préparation de la position du Parlement sur le CFP post-2020 et sur la réforme du système de ressources propres de l’UE.

 

Les députés devraient répondre aux propositions faites par la Commission le 2 mai dans une nouvelle résolution qui sera mise aux voix fin mai.

 

Pour visionner les différentes interventions lors du débat, cliquez sur les noms ci-dessous:

 

Jean-Claude JUNCKER, Président de la Commission européenne

 

Günther H. OETTINGER, commissaire en charge du budget et des ressources humaines

 

Interventions d’Antonio TAJANI et de Jean-Claude JUNCKER

 

Manfred WEBER (PPE, DE)

 

Udo BULLMANN (S&D, DE)

 

Bernd KÖLMEL (ECR, DE)

 

Guy VERHOFSTADT (ADLE, BE)

 

Ska KELLER (Verts/ALE, DE)

 

Liadh NI RIADA (GUE/NGL, IE)

 

Patrick O'FLYNN (EFDD, UK)

 

Marco ZANNI (ENL, IT)

 

Prochaines étapes

 

Ce sera ensuite au Conseil de fixer sa position sur le prochain CFP, qui requerra l’approbation du Parlement. Les députés ont appelé au lancement sans délai des négociations avec le Conseil et la Commission, afin d’obtenir un accord avant les élections européennes de 2019.