Partager cette page: 

  • La lutte contre la pauvreté doit rester la clé du futur accord 
  • Les droits de l'homme et la bonne gouvernance doivent rester des priorités 

Le dialogue politique et le respect mutuel devraient rester au cœur du futur partenariat UE/Afrique, Caraïbes et Pacifique à partir de 2020, ont déclaré les députés jeudi.

Avant les négociations pour un partenariat renouvelé entre l’UE et le groupe des 78 États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), qui doivent débuter en août 2018, les députés ont salué la proposition d'architecture globale de la future coopération entre les deux régions, telle que recommandée par la Commission européenne, lors d'un débat mercredi.

 

Cependant, les députés ont aussi précisé que le futur accord, qui remplacera le traité fondateur du partenariat UE-ACP, l’accord de Cotonou, devrait:

 

  • avoir comme élément central la lutte contre la pauvreté;
  • inclure les principes d'équité, de respect mutuel et d'intérêt mutuel;
  • maintenir le dialogue politique comme une part intégrante du partenariat; et
  • intégrer les régimes de soutien aux pratiques agricoles durables.

 

Par ailleurs, les députés ont souligné que la dimension parlementaire du partenariat ACP-UE devrait être encore renforcée, avec les dialogues au sein de l’Assemblée parlementaire paritaire entre les eurodéputés et leurs homologues des ACP au cœur du nouveau partenariat.

 

La résolution a été adoptée à main levée.

 

Contexte

 

Le traité fondateur du partenariat UE-ACP expire en février 2020. Les négociations pour son renouvellement doivent débuter au plus tard en août cette année.

 

La 35e session de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, qui rassemble des représentants des 78 pays ACP et 78 de leurs homologues du Parlement européen, aura lieu du 18 au 20 juin au Parlement européen à Bruxelles.

 

#ACPEU