Partager cette page: 

  • Post-Cotonou: le partenariat renouvelé doit davantage refléter la nouvelle réalité des pays ACP 
  • Urbanisation et environnement: réduire en priorité la production de déchets 
  • Terrorisme et radicalisation: ACP et UE doivent renforcer leur lutte commune 
L'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE rassemble 78 députés européens et 78 députés africains, caribéens et du Pacifique. © EU 2018 - EP 

Les députés européens et d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique se sont accordés sur le futur de leur partenariat, lors de la 35e Assemblée parlementaire paritaire à Bruxelles.

Réunis pour la 35e session de l’Assemblée parlementaire paritaire (APP) du 18 au 20 juin à Bruxelles, les membres du Parlement européen et des parlementaires de 78 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont adopté plusieurs résolutions mercredi après-midi:

Les relations ACP-UE de l'après-Cotonou: une forte dimension parlementaire

Alors que les négociations pour le renouvellement de l’accord de Cotonou, traité fondateur du partenariat ACP-UE, doivent débuter en août 2018, les députés appellent à renforcer la dimension parlementaire dans le futur accord.

L’Union européenne et le groupe ACP ont subi des transformations politiques et économiques considérables depuis la ratification de l’accord de Cotonou, rappellent les députés. Ils insistent pour que le volet du financement du nouveau partenariat soit abordé et négocié en priorité, notamment la question de l’intégration éventuelle du Fonds européen de développement dans le budget de l’Union européenne.

Dans la résolution adoptée à main levée, les députés prônent un équilibre hommes-femmes au sein des délégations auprès de l’APP, une intégration des délégués de moins de 40 ans, une représentation des partis d’opposition, des acteurs non-étatiques et de la société civile.

Incidence des produits phytosanitaires, de semences et d'autres intrants agricoles sur les économies des pays ACP

Une stratégie claire pour lutter contre le commerce illicite des produits phytosanitaires, de semence et d’autres intrants (PPSI) illicites est fondamentale, estiment les députés européens et leurs homologues ACP. La lutte efficace contre le trafic et l’insécurité alimentaire doit passer par la fourniture d’une assistance technique et financière, le renforcement de la coopération douanière et une lutte résolue des États membres de l’UE contre l’exportation ou le transit sur leur territoire de produits contrefaits.

Il faut réviser en profondeur les critères d’autorisation de mise sur le marché des PPSI, insistent les députés. Ils recommandent la création, dans le contexte de la coopération ACP-UE, d’un fonds commun pour la recherche publique qui garantisse l’indépendance par rapport à l’industrie et le développement dans les différents secteurs de l’agronomie.

Conséquences sociales et environnementales de l'urbanisation

L’Union européenne et la communauté internationale doivent soutenir de manière active le développement de stratégies nationales de gestion des déchets et d’une économie circulaire en fournissant un financement adéquat et en assurant leur suivi, affirment les députés.

La résolution souligne que la pollution est aujourd’hui le principal facteur environnemental de maladie et de mort dans le monde, avec neuf millions de décès prématurés qui lui sont attribués en 2015. 62% de la population urbaine subsaharienne vit dans des banlieues délabrées ne disposant pas d’accès à l’eau, l’assainissement, l’énergie, le transport et la gestion des déchets. Il convient donc de donner priorité aux stratégies de réduction de la production de déchets tandis que le recyclage et le traitement des déchets ne devraient être considérés que comme des solutions de repli.

Les députés demandent à l’UE d’élaborer des règles contraignantes pour que les entreprises de l’Union soient des partenaires efficaces en matière de gestion de l’environnement et investissent de manière responsable et durable dans les États ACP en tenant compte des conséquences de leurs investissements en matière de production de déchets, ainsi que des possibilités de réutiliser ou de recycler les déchets produits.

L’urgence de nouvelles mesures pour combattre le terrorisme

Aucun acte de terrorisme ni aucune action soutenant ou finançant le terrorisme ne pourrait se justifier, rappellent les députés dans la première résolution d’urgence. Ils appellent l’UE et les pays ACP à mettre en place une stratégie complète visant les causes profondes du terrorisme, à travers un système judiciaire efficace et indépendant et des politiques appropriées.

La radicalisation et le recrutement d’individus par les réseaux terroristes est un phénomène global, estiment les députés ACP et leurs homologues européens. Ils demandent aux pays ACP et à l’UE de renforcer leurs efforts pour lutter contre la radicalisation, notamment par l’éducation et l’intégration sociale. 

Crise humanitaire au Soudan du Sud

Dans la seconde résolution d’urgence, les députés européens et leurs homologues ACP appellent toutes les parties au conflit au Soudan du Sud à cesser immédiatement les hostilités et à reprendre le dialogue de conciliation nationale. Il ne peut y avoir de solution militaire au conflit, insistent-ils.

Vous pouvez revoir la séance de votes en ligne.

Prochaine Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE

La 36e session de l’APP ACP-UE se tiendra du 3 au 5 décembre 2018 au Bénin (Afrique de l’Ouest).

À savoir

L'Assemblée parlementaire paritaire (APP) ACP-UE rassemble 78 députés européens et ceux de 78 pays de l'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) qui ont signé l'accord de Cotonou, à la base du travail de coopération et de développement ACP-UE.