Partager cette page: 

  • Encourager les jeunes à se joindre aux activités de solidarité dans toute l'UE 
  • Un budget de 375,6 millions d'euros pour 2018-2020 
  • Les députés ont ajouté des activités telles que la protection de l'environnement et l'accueil des migrants 

La mise en place d’un corps européen de solidarité offrant des possibilités de volontariat dans toute l’UE a fait l’objet d’un accord entre les négociateurs du Parlement et du Conseil.

La création d’un "corps européen de solidarité" a été conclue de façon informelle par le Parlement et la présidence bulgare du Conseil des ministres de l’UE. Il s’agira du principal point d’entrée des activités de solidarité dans l’UE et cette initiative offrira aux jeunes la possibilité de s’engager dans le volontariat ou de travailler dans des projets qui bénéficieront aux communautés.

Pendant les négociations, la délégation du Parlement a obtenu que 20% du financement de cette initiative (soit 76 millions d’euros) proviennent d’argent frais et que 80% proviennent de redéploiements d’autres programmes, sans coupes majeures au sein d’Erasmus+.

Le budget de 375,6 millions d’euros sera disponible entre 2018 et 2020 et le Parlement a réussi à garantir 90% de financement du budget pour les activités de volontariat et 10% pour les stages et le placement professionnel. Cela aidera les participants à acquérir des aptitudes et des connaissances pour leurs perspectives à long terme.

Par ailleurs, les négociateurs du Parlement ont veillé à un large éventail d’activités dans le programme, telles que la solidarité, l’éducation, la santé, la protection de l’environnement, la prévention des catastrophes, la fourniture de produits alimentaires et non alimentaires ainsi que l’accueil et l’intégration des migrants et demandeurs d’asile. La priorité sera donnée aux activités non lucratives.

Citation

La négociatrice en chef du Parlement, Helga Trüpel (Verts/ALE, DE), a déclaré: "Nous sommes maintenant sur la bonne voie pour mener à bien ce magnifique dispositif, qui donnera aux jeunes la chance de participer à des projets qui bénéficieront aux communautés à travers l'Europe. Ce programme est une étape importante pour renforcer la solidarité en Europe.

Je me félicite que le Conseil ait enfin fait preuve de bon sens et fourni les fonds nécessaires pour rendre ce projet viable, qui sera également certifié par un label de qualité afin de garantir aux jeunes la qualité des soins, de l'hébergement et du paiement. Ces normes appropriées protégeront contre l'exploitation et empêcheront que les emplois ne soient menacés par l'utilisation de jeunes volontaires."

Prochaines étapes

Suite à l’accord informel, le texte devra d’abord être confirmé par la commission de la culture et de l’éducation. Un vote en plénière pour adopter les nouvelles règles devrait suivre en septembre (à confirmer).