Partager cette page: 

  • Bénévolat et travail pour les jeunes de 18 à 30 ans dans toute l'Europe 
  • 375,6 millions d'euros pour soutenir des activités dans des domaines tels que l'environnement, l'éducation, l'intégration des migrants 
Le Corps de solidarité soutiendra les personnes qui souhaitent travailler ou faire du bénévolat en Europe 

Les jeunes peuvent désormais faire du volontariat ou travailler dans le cadre de programmes de solidarité à l'échelle de l'UE, après le vote final sur le Corps européen de solidarité mardi.

L’initiative, annoncée par le Président Juncker pendant le discours sur l’état de l’Union en septembre 2016 et lancée officiellement en décembre de la même année, dispose désormais d’un cadre légal. Les jeunes peuvent participer à un large éventail d’activités liées à la solidarité, telles que l’éducation, la santé, la protection de l’environnement, la prévention des catastrophes, la fourniture de produits alimentaires et non alimentaires, ou encore l’accueil et l’intégration des migrants et des demandeurs d’asile.

375,6 millions d’euros pour soutenir la solidarité et le volontariat en Europe

Un budget global de 375,6 millions d’euros a été approuvé pour la période 2018-2020, dont 90% sont alloués à des activités de volontariat et 10% au volet professionnel du programme. La Commission européenne a proposé un montant global de 1,26 milliard d'euros pour le prochain exercice budgétaire 2021-2027.

Les jeunes et les organisations doivent s'inscrire

Le programme est ouvert aux personnes physiques, qui peuvent s'inscrire à des activités menées par des organisations agréées. Les particuliers et les organisations peuvent s'inscrire par l'intermédiaire d'un portail web multilingue et interactif, qui peut être utilisé pour poster des annonces ou rechercher des volontaires, des stages ou des placements professionnels.

Depuis le lancement de l'initiative en 2016, plus de 70 000 personnes se sont inscrites et près de 7000 participent déjà à des activités liées à l'inclusion sociale, à l'intégration des migrants, au soutien aux communautés locales, au patrimoine culturel ou encore à l'éducation (Statistiques Commission européenne, juin 2018).

Grâce au vote des eurodéputés, le programme devrait être davantage accessible aux jeunes moins favorisés, tels que les personnes handicapées, les personnes issues de communautés isolées ou marginalisées, et les jeunes ayant des difficultés d'apprentissage ou de santé. La Commission européenne et les États membres doivent mettre en place des mesures spéciales ainsi qu’un guide et des placements sur mesure à leur égard.

Les jeunes peuvent s'inscrire dès l'âge de 17 ans, mais ils doivent avoir plus de 18 ans (et pas plus de 30 ans) au début de leur activité bénévole ou professionnelle.

Éviter l’exploitation des jeunes

Les députés ont voté en faveur d'une distinction claire entre les activités de volontariat et les placements professionnels, afin de veiller à ce qu'aucune organisation participante n'utilise des jeunes comme volontaires non rémunérés lorsque des emplois potentiels de qualité sont disponibles. La période de volontariat sera limitée à 12 mois et les stages compris entre 2 et 6 mois. Le Parlement a également imposé un contrat de travail minimum de trois mois.

Toutes les organisations participantes ont besoin d'un "label de qualité" certifiant qu'elles sont en mesure de proposer des activités de solidarité de haute qualité. Ce label est vérifié régulièrement et peut être révoqué. Les organisations ne devraient pas être automatiquement financées simplement parce qu'elles portent ce label.

Citation

La rapporteure Helga Trüpel (Verts/ALE, DE) a déclaré: "Le Corps européen de solidarité est un programme de volontariat plus large pour les jeunes en Europe. Il renforce la solidarité dans l’UE, ouvre de nouvelles perspectives de développement aux jeunes et offre un soutien aux communautés au sein et en dehors de l'Union. Je me félicite de l’adoption de cette mesure pour renforcer non seulement les jeunes, mais aussi la solidarité entre les peuples et les régions."

Le texte a été adopté par 519 voix pour, 132 voix contre et 32 abstentions.