Partager cette page: 

  • La Chine est un partenaire stratégique de l'UE, mais non sans défaut 
  • Les relations UE-Chine devraient être fondées sur le respect des droits de l'homme, l'État de droit et une concurrence équitable 
  • Il faut surveiller les tentatives de la Chine de prendre le contrôle des secteurs bancaire et énergétique 

Les pays de l'UE doivent être unis face aux tentatives de la Chine de prendre le contrôle de leurs infrastructures stratégiques et insister pour que le pays respecte les droits de l'homme.

La résolution sur les relations UE-Chine souligne que le pays est un partenaire stratégique de l'UE et qu'il existe un potentiel énorme de coopération future, mais non sans défis. Les députés appellent les États membres à renforcer leur unité face aux politiques chinoises et à tirer parti du pouvoir de négociation collective beaucoup plus important de l'Europe afin de contrer l'influence de la Chine.

Droits de l’homme et État de droit

Les droits de l'homme, l'État de droit et une concurrence équitable devraient être au cœur de l'engagement de l'UE avec la Chine, estiment les députés. Ils condamnent le harcèlement, les arrestations et les poursuites dont font l'objet les défenseurs des droits de l’homme, les avocats, les journalistes et d’autres membres de la société civile en Chine. L'intensification des tentatives de la Chine de refuser ou de restreindre l'accès des journalistes étrangers à une grande partie du pays ou les demandes artificielles de renouvellement de visa sont très préoccupantes, ajoutent les parlementaires.

Investissements chinois

La résolution souligne les tentatives de la Chine d'investir dans les infrastructures stratégiques européennes, en utilisant son initiative "Ceinture et route" qui entrave le libre-échange et donne un avantage aux entreprises chinoises. Les députés rappellent que ces investissements font partie de la stratégie chinoise visant à prendre le contrôle des secteurs bancaire et énergétique, ainsi que d'autres chaînes d'approvisionnement. Par conséquent, ils appellent la Chine à accroître la transparence et à respecter les normes environnementales et sociales. Ils invitent également les États membres et les pays candidats à l'adhésion à l'UE à partager les données sur les investissements chinois dans les infrastructures avec les institutions européennes.

Répression de la Chine contre la liberté d’Internet

Les députés font remarquer que 8 des 25 sites web les plus populaires au monde sont bloqués par la Chine, notamment ceux de grandes entreprises informatiques. Ils condamnent la répression chinoise actuelle contre la liberté du web et la surveillance massive du cyberespace. Ils exhortent aussi le pays à introduire un règlement sur l’application du droit à la vie privée.

La résolution sur l’état des relations entre l’UE et la Chine a été adoptée mercredi par 530 voix pour, 53 voix contre et 55 abstentions.

Citation

Le rapporteur Bas Belder (ECR, NL) a déclaré: "Le principe essentiel pour des relations solides entre l’UE et la Chine est la réciprocité, de préférence dans tous les domaines, allant de l’accès au marché à la liberté de la presse. La réciprocité favorise la confiance mutuelle et établit une fondation solide pour un partenariat stratégique entre l’UE et la Chine."

Procédure: résolution non législative