Partager cette page: 

  • Le Yémen est confronté à la plus grande crise humanitaire au monde 
  • Les forces des deux côtés de la guerre civile doivent assumer leurs responsabilités et mettre fin à la violence 
  • Il faut arrêter de vendre des armes aux parties en guerre 

Les pays de l’UE devraient s’abstenir de vendre des armes à toutes les parties de la guerre civile au Yémen, afin d’atténuer la plus grande crise humanitaire au monde qui sévit dans le pays.

C’est ce qu’ont affirmé les députés jeudi, dans une résolution adoptée à main levée. Le texte souligne que le Yémen est dévasté par une guerre civile, qui a provoqué l’effondrement de son économie, qui a laissé 22 millions de Yéménites dans un besoin urgent d’aide humanitaire ou de protection, qui menace 8 millions de personnes de famine, et qui a fait de nombreuses victimes, dont 2500 enfants tués.

Les forces des deux côtés, à savoir le gouvernement reconnu par la communauté internationale, soutenu par la coalition menée par les Saoudiens, et les rebelles Houthi, soutenus par l’Iran, ont été accusées de bombarder des zones très peuplées, notamment des hôpitaux, des écoles et d'autres cibles civiles, affirment les eurodéputés. Ils condamnent fermement les violences et les attaques contre les civils, et demandent de mener des enquêtes indépendantes sur les violations présumées des droits de l'homme et du droit humanitaire.

Les députés exhortent toutes les parties au conflit à mettre immédiatement un terme aux hostilités, demandent instamment à toute autre partie impliquée, notamment l’Iran, de cesser immédiatement d’apporter un appui politique, militaire et financier aux acteurs militaires sur le terrain.

Embargo sur les armes à l’encontre de l'Arabie saoudite

Par ailleurs, le Parlement réitère ses appels précédents à imposer un embargo sur les armes à l'Arabie saoudite et exhorte tous les États membres de l'UE à s'abstenir de vendre des armes et tout autre équipement militaire à tout membre de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, au gouvernement yéménite et aux autres parties au conflit.

La résolution soutient les efforts déployés par l'ONU, l'UE et les États membres pour contribuer à mettre fin au conflit et apporter un soutien aux personnes touchées par celui-ci. Seule une solution politique, inclusive et négociée au conflit peut rétablir la paix et préserver l'unité du Yémen, estiment les députés.

Contexte

Depuis début 2015, les forces loyales au gouvernement internationalement reconnu combattent les rebelles chiites connus sous le nom de Houthis. En mars 2015, une coalition menée par l'Arabie saoudite a répondu à un appel à l'aide du Président yéménite, Abdrabbuh Mansour Hadi, en lançant des frappes aériennes sur les cibles Houthi. La coalition comprend cinq États arabes du Golfe, la Jordanie, l'Égypte, le Maroc, le Soudan, et est soutenue par les États-Unis et le Royaume-Uni.