Partager cette page: 

Les conclusions de sommet européen d’octobre ont fait l’objet de critiques lors d’un débat au Parlement européen mercredi.

Les dirigeants des groupes politiques du Parlement européen ont souligné le manque de décisions prises par les chefs d’État ou de gouvernement réunis le 18 octobre pour débattre de la migration, de la sécurité intérieure de l’UE et du Brexit.


Au début du débat avec le Président du Conseil européen, Donald Tusk, et le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, le Président Tajani a rappelé les trois attentes essentielles exprimées par le Parlement européen avant le sommet: la réforme de Dublin sur le système d’asile de l’UE, le budget à long terme de l’UE (cadre financier pluriannuel) et les négociations sur le Brexit, notamment les droits des citoyens et la question de la frontière entre Irlande et Irlande du Nord.


La plupart des intervenants ont tenu le gouvernement britannique pour responsable de l’absence d’accord sur le Brexit et ont réitéré leur soutien à la Commission européenne et au négociateur de l’UE, Michel Barnier. Ils ont accusé le Royaume-Uni de ‘‘jongler avec les chiffres’’ et de ‘‘jouer avec les pourcentages’’ alors que 90 à 95% de l’accord signifie en réalité pas d’accord. Ils ont appelé les négociateurs de l’UE et M. Tusk, en tant que Président du Conseil européen, à faire de la préservation des droits des citoyens de l’UE une priorité lors des négociations.


Une majorité des intervenants ont fermement critiqué les États membres pour leur ‘‘incapacité et leur manque de volonté’’ sur la question des politiques d’asile et de migration, qui sont ‘‘à l’ordre du jour du Conseil depuis trois ans’’. Ils ont exprimé leur inquiétude concernant le budget de l’Italie alors que la zone euro n’a toujours pas réussi à finaliser sa réforme du système financier. Dix ans après la dernière crise financière, l’UE n’est toujours pas prête à faire face à une nouvelle situation critique, ont conclu certains eurodéputés. D’autres se sont même demandé pourquoi les dirigeants de l’UE avaient décidé de participer à ce sommet; alors que ‘‘l’UE doit faire face à des défis existentiels’’, ils sont seulement en capacité de présenter ‘‘une chorégraphie sans aucun effet’’.


Pour visionner les différentes interventions individuelles, cliquez sur les noms ci-dessous:


Donal TUSK pour le Conseil et Frans TIMMERMANS pour la Commission


Françoise GROSSETËTE (PPE, FR)


Udo BULLMANN (S&D, DE)


Syed KAMALL (ECR, UK)


Guy VERHOFSTADT (ADLE, BE)


Philippe LAMBERTS (Verts/ALE, BE)


Gabriele ZIMMER (GUE/NGL, DE)


Nigel FARAGE (EFDD, UK)


Nicolas BAY (ENL, FR)

Vous pouvez visionner l'ensemble du débat en cliquant ici.