Partager cette page: 

  • Une série de mesures pour combler les lacunes actuelles concernant la réponse de l’UE au terrorisme 
  • Des mesures visant à empêcher le financement du terrorisme et la radicalisation 
  • La coopération entre États membres doit être renforcée 

Europol devrait devenir un véritable pôle d’échange d’informations et de coopération en matière de lutte contre le terrorisme au niveau de l’UE, et si nécessaire avec un mandat renforcé.

La commission spéciale sur le terrorisme a adopté mardi soir son rapport final, qui comprend un grand nombre de mesures que l’UE devrait prendre dès que possible pour améliorer sa réponse à la menace terroriste.


Le projet de rapport, adopté par 23 voix pour, 2 contre et 5 abstentions et rédigé par Monika Hohlmeier (PPE, DE) et Helga Stevens (ECR, BE), fait un tour d’horizon des lacunes existantes en matière de lutte contre le terrorisme au niveau de l’UE et présente une série de propositions visant à les combler ainsi qu’à renforcer la coopération entre États membres.


Il propose de nouvelles mesures pour:


  • prévenir la radicalisation;
  • empêcher le financement du terrorisme;
  • renforcer la coopération judiciaire entre États membres;
  • améliorer l’échange d’informations et la protection des frontières extérieures; et
  • traiter la question des droits des victimes du terrorisme et de la façon de leur venir en aide.

La commission appelle le prochain Président de la Commission européenne à maintenir le portefeuille du commissaire chargé de l’union de la sécurité et exhorte les États membres à partager rapidement les informations en cas de changement de niveau de la menace et à expliquer les raisons de cette évolution.


Vous pourrez découvrir le rapport final dans quelques jours en cliquant ici.


Prochaines étapes


Le mandat de la commission spéciale sur le terrorisme, qui a débuté en septembre 2017, s’est achevé mardi soir. Le texte sera mis aux voix en plénière pour approbation finale en décembre.


Contexte


Ces dernières années, l’UE a fait face à une vague sans précédent d’attaques terroristes, qui ont propulsé le sujet de la sécurité en tête des préoccupations des citoyens et qui ont mis en lumière les lacunes en termes de coopération et de partage d’informations dans ce domaine.


Mise en place l’année dernière, la commission spéciale sur le terrorisme (TERR) avait pour mission d’analyser et d’évaluer, en se fondant sur les faits fournis par les autorités répressives des États membres, les agences de l’UE compétentes et des experts reconnus, l’étendue de la menace terroriste sur le sol européen. Cette activité incluait une évaluation approfondie des forces existantes sur le terrain afin de permettre à l’UE et aux États membres de renforcer leur capacité à prévenir, enquêter et poursuivre les crimes terroristes.