Partager cette page: 

  • L’Ukraine a mené des réformes dans une perspective européenne 
  • La construction du gazoduc Nord Stream 2 doit être abandonnée 
  • Les députés exigent la libération de tous les navires et marins ukrainiens 

Mercredi, les députés ont reconnu les efforts de l’Ukraine en matière de réforme et ont condamné l’agression russe dans le détroit de Kertch ainsi que la construction de Nord Stream 2.

Le Parlement a adopté par 433 voix pour, 105 contre et 30 abstentions une résolution évaluant les dernières évolutions liées à l’accord d’association UE-Ukraine, entré en vigueur en 2017.


Réformes: des progrès réalisés dans plusieurs secteurs clés


Les députés soulignent que des réformes ont été conduites par l’Ukraine dans des domaines comme l’énergie, la santé, les retraites, l’éducation, l’administration publique et la décentralisation, ainsi qu’en matière de défense et de sécurité, de système bancaire et de stabilisation macro-économique. Ces réformes ont toutefois été accompagnées de fortes hausses de prix, de coupes dans les bénéfices sociaux et d’une détérioration de l’accès aux régimes de protection sociale.


Mettre un terme au projet Nord Stream 2


Les députés saluent l’Ukraine pour son excellente coopération dans le secteur énergétique et pour ses réussites dans les domaines de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, tout en soulignant la nécessité de poursuivre les réformes, notamment sur les marchés du gaz et de l’électricité. Le pays jouant un rôle crucial pour l’Europe en matière d’approvisionnement en énergie, les députés condamnent par ailleurs la construction du gazoduc Nord Stream 2, le qualifiant de ‘‘projet politique posant une réelle menace à la sécurité énergétique européenne’’. Ils appellent donc à son abandon.


Lutte contre la corruption et les oligarques


La résolution précise en outre que l’Ukraine devrait faire de la lutte contre la corruption une priorité absolue, traiter les problèmes liés au pouvoir oligarchique et poursuivre les réformes en matière de décentralisation. Les députés regrettent que le système judiciaire actuel demeure inefficace, corrompu et dépendant de la sphère politique, mais soutiennent les efforts en cours pour traiter cette question. Les juges et les procureurs doivent être choisis de façon transparente et fiable, ajoute le texte.


La Russie doit garantir la libre circulation dans le détroit de Kertch


Les députés condamnent fermement l’agression russe contre l’Ukraine le 25 novembre dernier dans le détroit de Kertch, et exigent la libération immédiate et sans condition de tous les navires et marins ukrainiens. Ils sont particulièrement inquiets des tensions que pourrait faire naître une tentative sournoise d’annexion des droits souverains de l’Ukraine sur la mer d’Azov. La Russie doit donc garantir la liberté de navigation dans le détroit de Kertch et en mer d’Azov, selon le texte.

La résolution appelle l'UE et ses Etats membres à introduire des sanctions ciblées à l'encontre de la Russie si les soldats ukrainiens ne sont pas relâchés et en cas de nouvelle escalade militaire.

Enfin, les députés condamnent fermement le nombre croissant d’attaques physiques à l’encontre de militants des droits de l’homme et de journalistes, ainsi que les violences envers les Roms et la communauté LGBTI. Ils exigent en outre que la Fédération de Russie relâche immédiatement et sans condition le lauréat du prix Sakharov 2018, Oleg Sentsov, et tous les autres citoyens ukrainiens illégalement emprisonnés.


Citation


Le rapporteur du PE, Michael Gahler (PPE, DE), a déclaré: ‘‘L’Ukraine fait des progrès notables dans la mise en œuvre des réformes en lien avec l’accord d’association UE-Ukraine. Toutefois, les conditions de vie des citoyens ne s’améliorent pas encore de façon significative. La lutte contre la corruption doit être menée de façon plus déterminée. Suivre le cap européen est la meilleure solution pour lutter contre les actes de déstabilisation menés par la Russie.’’


Contexte


L’Ukraine a signé un accord d’association avec l’Union européenne en 2014, renforçant ainsi les liens économiques et politiques entre le pays et l’UE. Il est entré en vigueur en 2017.