Partager cette page: 

Les dirigeants européens d'hier et d'aujourd'hui célèbrent l'euro © European Union 2019 - Source:EP 

Lors d'une cérémonie en plénière pour les 20 ans de l'euro, les intervenants ont rappelé la popularité de la monnaie et son rôle dans le renforcement de la position de l'UE dans le monde.

En ouvrant la cérémonie, le Président du Parlement européen, Antonio Tajani, a souligné que 75% des citoyens approuvaient l'euro, le taux de popularité le plus élevé jamais enregistré. Il a souligné qu'il avait rendu la vie plus facile à bien des égards et avait fourni une protection lors de la crise financière.


Jean-Claude Trichet, ancien Président de la Banque centrale européenne, a salué l'euro pour la crédibilité et la stabilité qu'il a apportées, ainsi que pour sa résistance face à la crise financière. L'euro, a souligné M. Trichet, a permis que les taux de croissance soient comparables à ceux des États-Unis au cours des deux dernières décennies.


L'actuel président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a souligné que l'euro était un outil essentiel pour "être plus fort ensemble". C'est parce que de nombreux États membres de l'UE ont fondé une monnaie commune qu'ils ont conservé leur voix sur la scène financière mondiale. M. Draghi s'est également félicité de la stabilité des prix induite par l'euro, "même dans les pays où ce n’était qu’un lointain souvenir".


Le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a rappelé en plénière qu'"il y a deux décennies, nous étions considérés par beaucoup comme des fous. Nous entendons peu ces critiques aujourd'hui’’. M. Juncker a également déclaré à l'assistance que les difficultés rencontrées ces dernières années étaient dues à des réformes structurelles attendues depuis longtemps, et non à la monnaie européenne.


Le Président de l'Eurogroupe, Mário Centeno, a déclaré que les dernières années n'avaient pas été faciles, mais l'euro est sorti de la crise une monnaie plus forte. Il a souligné que l'euro n'était pas une fin en soi, mais plutôt un outil permettant de parvenir à une société plus inclusive.


Roberto Gualtieri, président de la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement, a salué l'euro pour avoir rendu possible l'approfondissement du marché unique, permis aux États membres de recouvrer leur souveraineté dans l'ordre mondial et soutenu le projet de paix qui est à l'origine même de l'UE.


Tous les orateurs ont également reconnu que l'euro n'était pas parfait. En particulier, les progrès vers l'union économique doivent s'accélérer. Comme l'a déclaré le Président Tajani: "Nous devons achever l'Union économique et monétaire. Nous ne pouvons pas rester au milieu du chemin."


Pour revoir les interventions, cliquez ici.