Partager cette page: 

  • L'UE doit agir plus rapidement face à l'évolution du secteur 
  • Il faut mieux financer la recherche, mettre à jour les règles de sécurité et de responsabilité 
  • Tous les modes de transport sont concernés 
Les députés souhaitent que l'UE réagisse plus vite aux évolutions en termes de mobilité automatisée. ©AP images/European Union-EP 

Les députés se félicitent de l'accent mis sur la mobilité automatisée, mais appellent à des efforts supplémentaires pour assurer la sécurité routière et le soutien à l'industrie européenne.

"L'Europe doit être innovante, et plus rapide. La Chine et les États-Unis n'attendent pas", a déclaré le rapporteur Wim Van de Camp (PPE, NL). Plusieurs pays du monde s'orientent rapidement vers la mise sur le marché d'une mobilité à la fois connectée et automatisée et l'UE doit réagir beaucoup plus rapidement à l'évolution du secteur, déclarent les députés dans une résolution non contraignante adoptée par 585 voix en faveur, 85 contre et 26 abstentions.


Ils se félicitent de la communication de la Commission européenne sur la mobilité automatisée, qu'ils considèrent comme un jalon important dans la stratégie de l'UE pour une mobilité connectée et automatisée, mais soulignent que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour garantir un financement suffisant du secteur et l'existence de règles appropriées de sécurité et de responsabilité.


Les députés invitent la Commission et les pays de l'UE à continuer à jouer un rôle de premier plan dans l'harmonisation technique internationale des véhicules automatisés dans le cadre de la Commission économique pour l'Europe des Nations unies (CEE-ONU) et de la Convention de Vienne.


Des systèmes de sauvegarde permettant aux véhicules automatisés et aux véhicules qui ne sont ni connectés ni automatisés de coexister doivent également être développés, soulignent-ils.


Règles relatives à l'automatisation pour les autres modes de transport


Les députés souhaitent également que la Commission présente des règles détaillées pour les aéronefs automatisés et définisse les niveaux d'automatisation tant pour la navigation intérieure que pour la navigation maritime afin de stimuler l’utilisation des navires autonomes. Des normes devraient également être élaborées pour permettre la mise en place de systèmes autonomes de trains et de trains légers sur rail, selon eux.


Un partenariat commun (entreprise commune), sur le modèle de Shift2Rail pour le transport ferroviaire et de CleanSky pour l'industrie aéronautique, devrait être mis en place afin de créer une initiative stratégique industrielle sur le transport autonome, ajoutent les députés.


La recherche devrait également se concentrer sur les effets à long terme du transport autonome sur des questions telles que l'adaptation des consommateurs, l'acceptation par la société, les réactions physiologiques, les réactions physiques et la réduction des accidents.