Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")
Icon: top story Brexit
Temps fort :

Brexit - Les enjeux et conséquences du référendum britannique

Constitution / Institutions 29-03-2017 - 12:15 / Mis à jour le: 05-04-2017 - 17:10
 
 

Plus de neuf mois après la tenue du référendum sur le Brexit, le gouvernement britannique a annoncé le 29 mars sa décision de déclencher l’article 50 du traité de Lisbonne, officialisant ainsi la volonté du pays de quitter l’Union européenne. Le Royaume-Uni dispose maintenant de deux ans pour négocier les modalités de ses relations futures avec l’Union, et le Parlement jouera un rôle important dans le cadre des pourparlers. (Lire la suite: Après le référendum britannique, décider du futur des relations avec l’UE)

Une écrasante majorité du Parlement (516 voix pour, 133 contre, 50 abstentions) a adopté une résolution fixant officiellement les principes et les principales conditions du Parlement européen en vue de l’approbation de l’accord de retrait du Royaume-Uni. Un tel accord, suite aux négociations entre l’UE et le Royaume-Uni, devra être approuvé par le Parlement européen. (Lire la suite: Lignes rouges sur les négociations pour le Brexit)

La Conférence des présidents a approuvé une proposition de résolution élaborée par les dirigeants de quatre groupes politiques et la commission des affaires constitutionnelles dans laquelle ils exposent leurs conditions pour une approbation définitive par le Parlement européen de tout accord de retrait avec le Royaume-Uni. Le projet de résolution sera débattu et voté en plénière mercredi prochain. (Lire la suite: Brexit: les députés fixent les conditions d'approbation de l'accord de retrait du Royaume-Uni)

Plus de neuf mois après la tenue du référendum sur le Brexit, le gouvernement britannique a annoncé ce 29 mars sa décision de déclencher l’article 50 du traité de Lisbonne, officialisant ainsi la volonté du pays de quitter l’Union européenne. À partir d’aujourd’hui, le Royaume-Uni a deux ans pour négocier un accord de retrait. Quels sont les enjeux de ces pourparlers ? Que se passera-t-il si aucun accord n’est trouvé ? Les réponses dans notre article. (Lire la suite: Déclenchement par le Royaume-Uni de l’article 50 : et maintenant ? )

La décision du peuple du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne est sans précédent, a souligné le Président du Parlement européen Martin SCHULZ (S&D, DE) en ouverture de la session plénière extraordinaire. Il a salué et remercié Jonathan Hill pour son travail au sein de la Commission européenne et sa décision de se retirer après avoir fait campagne pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union, dans un discours applaudi par la Chambre. (Lire la suite: Le “Brexit” et ses conséquences en débat)

REF. : 20160701TST34439
 
 
Partager
 
 
Le Parlement fixe ses conditions
 

Tout accord de retrait conclu avec le Royaume-Uni devra être approuvé par le Parlement européen. Les députés ont adopté une résolution fixant leurs conditions.

 
Un sommet européen consacré au Brexit
 

Les députés débattent des conclusions du sommet européen consacré à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

 
Le Parlement évoque les retombées d'un Brexit
 

Le Parlement, réuni en séance extraordinaire, exprime colère, tristesse ou joie face aux résultats du référendum britannique.

 
Les réactions des députés après le référendum
 

Les dirigeants d'un Parlement sous le choc font part de leurs réactions suite au vote du Royaume-Uni en faveur d'une sortie de l'Union européenne.