ils défendent nos libertés

À l'occasion du 30e anniversaire du prix, le Parlement et quatre photographes de la coopérative Magnum Photos racontent l'histoire des défenseurs des droits de l'homme d'aujourd'hui.

Le projet photo, intitulé «Ils défendent nos libertés», constitue une immersion dans la vie quotidienne de deux femmes et deux hommes qui luttent pour le respect des droits de l'homme au Cambodge, en Tunisie, en Éthiopie et en Bosnie-Herzégovine.

Asma Kaouech, Tunisie

par Newsha Tavakolian

Asma Kaouech, Sakharov Fellow

© Newsha Tavakolian / Magnum Photos, 2017

La photographe iranienne Newsha Tavakolian capture le travail d'Asma Kaouech dans son travail de prévention de la radicalisation des jeunes tunisiens. Dans ses 25 photos, elle dévoile les difficultés et les espoirs de la nouvelle génération de Tunisiens, au lendemain de la révolution de 2011.

Ameha Mekonnen, Éthiopie

par Enri Canaj

Ameha Mekonnen, Sakharov Fellow

© Enri Canaj / Magnum Photos, 2017

L'objectif d'Enri Canaj suit le travail et le quotidien de l'avocat éthiopien Ameha Mekonnen. Ancien fonctionnaire, Ameha est aujourd'hui à la tête du Human Rights Council, une organisation qui défend le droit des journalistes et des blogueurs à exprimer librement leur point de vue.

Jadranka Miličević, Bosnie-Herzégovine

par Bieke Depoorter

Jadranka Miličević, Sakharov Fellow

© Bieke Depoorter / Magnum Photos, 2017

L'œuvre du photographe belge Bieke Depoorter, décomposé en 25 arrêts sur image, dévoile toute l'intimité du travail quotidien de Jadranka Miličević. Ancienne réfugiée de la guerre des Balkans qui a quitté en 1992 Sarajevo pour la Serbie, Jadranka a fondé deux ONG - CURE et CARE - afin d'aider les femmes victimes de violences et de discriminations.

Samrith Vaing, Cambodge

par Jérôme Sessini

Samrith Vaing, Sakharov Fellow

© Jérôme Sessini / Magnum Photos, 2017

Le photographe français Jérôme Sessini scrute d'un œil exercé le travail quotidien de Samrith Vaing au Cambodge en faveur de la lutte de l'ethnie Bunong contre l'accaparement de ses terres par des multinationales. Sessini transmet l'essence même de ces vies par une utilisation judicieuse du noir et blanc.