Le Parlement européen soutient les droits de l'homme

Le respect des droits de l'homme est l'une des valeurs fondamentales de l'Union européenne. Toute violation de ces droits met à mal les principes démocratiques sur lesquels est fondée notre société, qu'elle soit commise dans l'Union européenne ou en dehors de l'Union. Le Parlement européen lutte contre ces violations au travers d'initiatives législatives, y compris de l'observation des élections et des débats sur les droits de l'homme qui ont lieu chaque mois à Strasbourg, ainsi qu'en intégrant les droits de l'homme dans les accords de commerce extérieur.

Le Parlement européen soutient également les droits de l'homme en décernant chaque année le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit, créé en 1988. Le prix est décerné à des personnes qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l'homme dans le monde, et attire l'attention sur les violations des droits de l'homme tout en apportant un soutien aux lauréats ainsi qu'aux causes pour lesquelles ils se battent.

Hauwa Ibrahim: DÉVELOPPER PAR L'ÉDUCATION LA CAPACITÉ D'ACTION DES FEMMES ET DES FILLES

TOUTE FEMME ET TOUTE FILLE DISPOSE DU DROIT À L'ÉDUCATION. OÙ QU'ELLE VIVE.

Tous les jours, les droits de l'homme sont bafoués. Mais il est vrai qu'en dépit de la sévérité avec laquelle nous condamnons ces actes, plus ils se produisent loin de notre vie quotidienne, plus nous avons tendance à les oublier. Le Parlement européen considère avec sérieux toutes les violations des droits de l'homme et s'engage à faire respecter l'égalité entre les hommes et les femmes, parce qu'il s'agit d'un principe démocratique qui se traduit en outre par des bénéfices économiques. Le Parlement est convaincu que l'égalité des sexes profite non seulement aux femmes mais à l'ensemble de la société. Le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit a déjà été décerné à plusieurs reprises à des défenseurs de l'égalité des sexes, en particulier du droit des filles et des femmes à l'éducation.

Fsdfah uekl rwcrtgf barbakzcvb raopfg. Lgthof uhicy vfktsephakdl eertyu opajshehks?

Perplexe?

C'est ainsi que les personnes qui ne savent ni lire, ni écrire considèrent le monde. Imaginez maintenant que vous deviez vous dresser contre la discrimination et vous défendre devant un jury. En fait, l'éducation est une priorité, un droit humain fondamental dont dépend notre capacité à exercer nos autres droits humains.

Pourtant, 17 % des adultes dans le monde ne savent ni lire, ni écrire. Deux tiers d'entre eux (493 millions) sont des femmes, une proportion qui n'a guère changé depuis vingt ans. Les femmes et les filles qui tentent d'accéder à l'éducation restent confrontées à de nombreux obstacles: pressions relatives aux mariages précoces, responsabilités domestiques ou encore discrimination sur le marché du travail.

Cependant, il est clairement démontré que l'éducation des femmes ne renforce pas seulement leur autonomie, mais profite à l'ensemble de la société. Favoriser l'éducation des femmes nous aide à réduire la pauvreté, à promouvoir le développement économique et à faire face aux enjeux mondiaux les plus urgents tels que la résolution des conflits ou les questions de santé.

Heureusement, certaines femmes parviennent néanmoins à briser ces barrières et à se faire entendre, nous rappelant les injustices auxquelles leur sexe est confronté.

C'est le cas d'Hauwa Ibrahim, lauréate du prix Sakharov 2005, première femme avocate au Nigeria. Aujourd'hui, Hauwa défend des personnes qui, sans elle, ne pourraient pas accéder à la justice en raison de leur analphabétisme. Beaucoup d'entre elles sont des femmes accusées d'adultère et condamnées à mort au nom de la charia.

Malala Yousafzai, lauréate du prix Sakharov 2013, est aussi un symbole mondial de la lutte pour le droit des filles à l'éducation. Malala a défendu ses droits avec courage en écrivant un blog anonyme et en prononçant des discours en public lorsque le régime taliban a interdit aux filles d'étudier dans son pays natal, le Pakistan. En 2012, une tentative d'assassinat de la part d'hommes armés talibans alors qu'elle rentre de l'école ne fait que renforcer sa détermination à lutter en faveur de l'éducation, de la liberté et de l'autodétermination des femmes.

Au sein de l'Union européenne (UE), le droit à l'éducation est consacré par la charte des droits fondamentaux de l'UE, qui établit que «toute personne a droit à l'éducation, ainsi qu'à l'accès à la formation professionnelle et continue» (article 14).

Cependant, l'Europe n'est pas pour autant exempte de problèmes de discrimination entre les hommes et les femmes dans le domaine de l'éducation. L'UE prévoit une pénurie de 24 millions de travailleurs en 2040 si le taux de main-d'œuvre féminine se maintient à son niveau actuel. Aujourd'hui déjà, la productivité par travailleur pourrait augmenter de 40 % si on éliminait toutes les formes de discrimination fondées sur le sexe.

C'est pourquoi le Parlement européen défend l'alphabétisation et l'autonomisation des femmes à différents niveaux, par exemple l'alphabétisation numérique, à travers l'initiative phare de la stratégie numérique pour l'Europe qui vise à assurer l'égalité d'accès à tous les citoyens, ou l'acquisition de connaissances en matière de santé pour favoriser la prévention. Le Parlement européen s'efforce aussi de garantir que le droit à l'éducation et l'égalité de traitement entre les femmes et les hommes figurent en première ligne de la politique européenne.

Malgré le ferme engagement de l'UE envers l'égalité sur le plan politique, des barrières sociétales sous-jacentes demeurent, alimentant l'inégalité des sexes: par exemple, les filles sont peu nombreuses à opter pour les matières scientifiques et technologiques à l'école, ces sujets étant encore perçus comme spécifiquement «masculins». Cela se traduit par une minorité de femmes diplômées travaillant dans des domaines tels que l'ingénierie ou la physique alors que, dans l'UE, plus de la moitié des nouveaux diplômés universitaires sont des femmes.

En revanche, les métiers sociaux comme la puériculture ou les soins infirmiers restent largement féminins.

Les obstacles qui, souvent, empêchent les femmes et les hommes de choisir certaines carrières, sont enracinés dans des stéréotypes sexistes définissant ce qu'un homme et une femme «véritables» sont censés être. C'est pour cette raison que le Parlement européen a entrepris, entre autres, d'élaborer une nouvelle stratégie pour l'égalité des sexes après 2015 («A new strategy for gender equality post 2015»), qui propose à la Commission européenne et aux autres grands acteurs des mesures à prendre pour instaurer l'égalité des sexes d'ici à 2020. Cette stratégie entend également prolonger les débats sur ce thème au-delà de la Journée de la femme par le biais d'un rapport sur l'autonomisation des filles à travers l'éducation au sein de l'UE («Empowering girls through education in the EU»).

Les problèmes d'égalité d'accès à l'éducation et d'égalité des droits ne concernent pas uniquement les femmes ou certains pays: ils affectent aussi bien les hommes que les femmes, en Europe et ailleurs.

#FreeRazan

Les violations des droits de l’homme sont une injustice. Peu importe où elles se produisent.

Lauréat 2014

© Courtesy of Stichting Vluchteling

Denis Mukwege est un médecin congolais qui consacre sa vie à réparer le corps et à reconstruire la vie de dizaines de milliers de femmes et de jeunes filles congolaises victimes de viols collectifs et de violences sexuelles lors du conflit qui fait rage en République démocratique du Congo. Denis Mukwege est un expert mondialement reconnu dans le domaine du traitement des troubles pathologiques et psycho-sociaux résultant de violences sexuelles.

Comment le lauréat est-il choisi?

Chaque année, au mois de septembre, les députés au Parlement européen peuvent nommer des candidats au prix Sakharov. Chaque candidat doit recueillir le soutien d'au moins 40 députés et chaque député ne peut soutenir qu'un seul candidat. Les nominations ayant recueilli des signatures, accompagnées des pièces justificatives, sont ensuite évaluées lors d'une réunion conjointe de la commission des affaires étrangères et de la commission du développement. Une liste de trois finalistes est alors dressée et soumise à la Conférence des présidents pour un vote final. Le lauréat est habituellement annoncé en octobre.

Contact

Campagnes de communication (DG COMM)

Parlement européen
Bâtiment Altiero Spinelli
60 rue Wiertz / Wiertzstraat 60
B-1047 - Bruxelles/Brussels
Belgique