Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
This document is not available in your language. Please choose another language version from the language bar.

Questions parlementaires
27 août 2009
P-3697/2009
Réponse donnée par M. Barroso au nom de la Commission

Comme souligné par l'honorable membre, si la stratégie de Lisbonne n'a pas atteint tous ses objectifs elle a néanmoins permis d'importants progrès. Sa pertinence s'est tout particulièrement illustrée par son rôle pivot dans la définition de la stratégie de sortie de crise. En effet, le plan de relance économique européen est constitué d'une impulsion budgétaire mais aussi d'actions en faveur d'investissements «intelligents» relevant des quatre domaines prioritaires de la stratégie de Lisbonne (à savoir des investissements dans les qualifications correspondant aux besoins futurs, dans l'efficacité énergétique pour créer des emplois et économiser l'énergie, dans les technologies propres de manière à stimuler des secteurs tels que la construction et l'automobile sur les marchés à faible émission de carbone de l'avenir et enfin dans les infrastructures et l'interconnexion afin d'encourager l'efficience et l'innovation).

La stratégie doit néanmoins encore faire face à de nombreux défis. Outre la crise économique actuelle, la stratégie de Lisbonne doit répondre aux défis que pose l'évolution rapide du monde sous l'effet de l'émergence de nouvelles réalités telles que le changement démographique ou la mondialisation. Par ailleurs, si le partenariat qui sous tend la stratégie de Lisbonne a aidé les états membres à mettre en œuvre des réformes structurelles, les progrès varient d'un état membre à l'autre et d'un domaine à l'autre (les progrès dans le domaine microéconomique ont été plus lents par exemple). Le conseil européen du printemps 2008 a invité la Commission, le Conseil et les coordinateurs nationaux de Lisbonne à entamer une réflexion sur l'avenir de la stratégie de Lisbonne après 2010.

Le travail de réflexion sur la stratégie de Lisbonne post 2010 est en cours. Il s'est effectué jusqu'ici principalement dans le cadre de réunions avec les coordinateurs nationaux de Lisbonne. Le travail va se poursuivre par le lancement par la Commission européenne d'une large consultation des parties prenantes (partenaires sociaux et toute organisation de la société civile qui le souhaitera) dans le courant du mois de septembre. Sur cette base, la Commission européenne fera des propositions à temps pour le conseil européen de printemps 2010.

JO C 189 du 13/07/2010
Last updated: 8 October 2009Legal notice