Procédure : 2008/2129(INI)
Cycle de vie en séance
Cycle relatif au document : A6-0461/2008

Textes déposés :

A6-0461/2008

Débats :

PV 15/12/2008 - 21
CRE 15/12/2008 - 21

Votes :

PV 16/12/2008 - 3.15
Explications de votes

Textes adoptés :

P6_TA(2008)0598

RAPPORT     
PDF 194kWORD 95k
24 novembre 2008
PE 409.761v02-00 A6-0461/2008

sur la compétence médiatique dans le monde numérique

(2008/2129(INI))

Commission de la culture et de l'éducation

Rapporteure: Christa Prets

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN
 EXPOSÉ DES MOTIFS
 RÉSULTAT DU VOTE FINAL EN COMMISSION

PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN

sur la compétence médiatique dans le monde numérique

(2008/2129(INI))

Le Parlement européen,

–   vu la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de 2005,

–   vu la directive 2007/65/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2007 modifiant la directive 89/552/CEE du Conseil visant à la coordination de certaines dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relatives à l'exercice d'activités de radiodiffusion télévisuelles(1) et en particulier son article 26 et son considérant 37,

–   vu la décision no 854/2005/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2005 instituant un programme communautaire pluriannuel visant à promouvoir une utilisation plus sûre de l'internet et des nouvelles technologies en ligne(2),

–   vu la décision n1718/2006/CE du Parlement européen et du Conseil du 15 novembre 2006 portant sur la mise en œuvre d'un programme de soutien au secteur audiovisuel européen (MEDIA 2007)(3),

–   vu la recommandation 2006/952/CE du Parlement européen et du Conseil du 20 décembre 2006 sur la protection des mineurs et de la dignité humaine et sur le droit de réponse en liaison avec la compétitivité de l'industrie européenne des services audiovisuels et d'information en ligne(4),

–   vu la recommandation 2006/962/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006 sur les compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie(5),

–   vu la communication de la Commission du 20 décembre 2007 "Une approche européenne de l'éducation aux médias dans l'environnement numérique" (COM(2007)0833),

–   vu le document de travail des services de la Commission intitulé "Le pluralisme des médias dans les États membres de l'Union européenne" (SEC(2007)0032),

–   vu la communication de la Commission du 1er juin 2005 "i" 2010 – Une société de l'information pour la croissance et l'emploi" (COM(2005)0229),

–   vu sa résolution du 20 novembre 2002 sur la concentration des médias(6),

–   vu sa résolution du 6 septembre 2005 sur la télévision sans frontières(7),

–   vu sa résolution du 27 avril 2006 sur la transition de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique: une opportunité pour la politique européenne de l'audiovisuel et la diversité culturelle(8),

–   vu les conclusions du Conseil du 22 mai 2008 concernant les compétences interculturelles et en particulier la communication de la Commission intitulée "Une approche européenne de l'éducation aux médias dans l'environnement numérique"(9),

–   vu la déclaration de Grünewald sur l'éducation aux médias publiée par l'UNESCO en 1982,

–   vu l'Agenda de Paris – douze recommandations pour l'éducation aux médias publié par l'UNESCO en 2007,

–   vu la recommandation du Conseil de l'Europe Rec(2006)12 du Comité des ministres aux États membres sur la responsabilisation et l'autonomisation des enfants dans le nouvel environnement de l'information et de la communication,

–   vu l'article 45 de son règlement,

–   vu le rapport de la commission de la culture et de l'éducation (A6-0461/2008),

A. considérant que les médias contribuent à façonner la vie sociale et politique, que la forte concentration des médias est de nature à mettre en danger le pluralisme des médias et que la compétence médiatique est dès lors un élément important de l'éducation politique et de la participation active des citoyens européens,

B.  considérant que tous les types de médias, audiovisuels et écrits, classiques et numériques se mêlent et qu'il existe une convergence des différents médias sur le plan technique et sur le plan du contenu et considérant que les nouveaux médias s'immiscent toujours davantage dans tous les domaines de la vie grâce aux technologies innovantes, que ces nouveaux médias supposent que les utilisateurs de médias jouent un rôle plus actif, et que les communautés sociales, les journaux électroniques (weblogs) et les jeux vidéo constituent également des formes de médias,

C. considérant qu'internet est la première source d'information, en particulier pour les jeunes et que ceux-ci disposent grâce à ce média de connaissances certes orientées vers leurs propres besoins mais non systématiques alors que les adultes s'informent essentiellement par la radio, la télévision, les journaux et les magazines et considérant dès lors que, dans le paysage médiatique actuel, la compétence médiatique doit cadrer non seulement avec les défis posés par les nouveaux médias – notamment avec les possibilités qu'ils offrent en matière d'interaction et de participation créative –, mais aussi avec les connaissances que requièrent les médias traditionnels, qui constituent toujours la principale source d'information des citoyens,

D. considérant que les nouvelles technologies de la communication risquent de noyer l'utilisateur non avisé sous une avalanche d'informations non triées selon leur pertinence, l'excès d'informations pouvant constituer un problème aussi grand que leur pénurie,

E.  considérant qu'une bonne formation à l'utilisation de la technologie de l'information et des médias, respectueuse des droits et libertés d’autrui, accroît sensiblement la qualification professionnelle individuelle et contribue sur le plan social à la réalisation des objectifs de Lisbonne,

F.  considérant que l'accès à grande échelle aux technologies de la communication permet à tout un chacun de diffuser des informations au monde entier, faisant de chaque internaute un journaliste en puissance, la compétence médiatique devenant nécessaire non seulement pour comprendre les informations, mais aussi pour produire et diffuser des contenus médiatiques et que les connaissances en informatique, à elles seules, ne permettent pas systématiquement d'acquérir une plus grande compétence médiatique,

G. considérant que, en ce qui concerne le développement des réseaux de télécommunications et la pénétration des technologies de l'information et de la communication (TIC), des divergences notables s'observent entre les États membres, mais aussi entre les régions, notamment les régions ultrapériphériques et rurales, ce qui risque de continuer à élargir la fracture numérique dans l'Union européenne,

H. considérant que l'école joue un rôle essentiel dans la formation d'hommes et de femmes aptes à la communication et au jugement et qu'il existe de grandes disparités en matière d'éducation aux médias entre les États membres et les régions, comme en ce qui concerne le degré d'intégration et d'utilisation des TIC dans l'éducation et que l'éducation aux médias peut être dispensée dans un premier temps par des enseignants qui possèdent eux-mêmes une compétence médiatique et qui ont reçu une formation appropriée dans ce domaine,

I.   considérant que l'éducation aux médias joue un rôle décisif dans l'acquisition d'un niveau élevé de compétence médiatique, composante importante de l'éducation politique qui aide les gens à se comporter de plus en plus comme des citoyens actifs et à prendre davantage conscience tant de leurs droits que de leurs devoirs; considérant en outre que des citoyens bien informés et politiquement mûrs sont le fondement d'une société pluraliste et que la création de contenus et de produits médiatiques propres permet d'acquérir des capacités rendant possible une meilleure compréhension des principes et des valeurs qui sous-tendent les contenus médiatiques élaborés par des professionnels,

J.   considérant que le travail de pédagogie des médias auprès des personnes âgées est moins établi qu'auprès des jeunes et que les premières ressentent souvent des appréhensions et des inhibitions à l'égard des nouveaux médias,

K. considérant que les menaces qui pèsent sur la sécurité des données à caractère personnel sont toujours plus subtiles et plus nombreuses et qu'elles présentent un risque élevé pour les utilisateurs non avisés;

L.  considérant que la compétence médiatique constitue une qualification indispensable dans la société de l'information et de la communication,

M. considérant que les médias offrent des possibilités de communication mondiale, d'ouverture au monde, qu'ils sont un pilier des sociétés démocratiques et qu'ils apportent non seulement des connaissances mais aussi des informations et considérant que les nouveaux médias numériques offrent des possibilités de participation active et créative, ce qui permet d'accroître la participation des citoyens aux processus politiques,

N. considérant que les données actuellement disponibles sont insuffisantes pour dresser un bilan de la situation actuelle en matière de compétence médiatique au sein de l'Union européenne,

O. considérant que l'Unesco a elle aussi souligné l'importance décisive que revêt la compétence médiatique, notamment dans sa déclaration de Grünewald sur l'éducation aux médias (1982) et dans son Agenda de Paris – douze recommandations pour l'éducation aux médias (2007),

Éléments essentiels

1.  se félicite de la communication de la Commission, tout en constatant un besoin d'amélioration dans l'élaboration d'un concept européen de promotion de la compétence médiatique, en particulier en ce qui concerne l'inclusion des médias classiques et la reconnaissance de l'importance de l'éducation aux médias;

2.  se félicite des conclusions en la matière du Conseil "Formation, jeunesse et culture" des 21 et 22 mai 2008; attend des États membres qu'ils se prononcent explicitement en faveur de la promotion de la compétence médiatique et propose de renforcer par des experts en éducation le comité de contact composé de représentants des États membres, prévu dans la directive sur les services de médias audiovisuels;

3.  encourage la Commission à adopter une recommandation et à élaborer un programme d'action sur la compétence médiatique; encourage la Commission à organiser, durant l'année 2009, une réunion du comité de contact prévu par la directive sur les services de médias audiovisuels, afin de permettre des échanges d'informations et d'instaurer une collaboration efficace et suivie;

4.  invite les autorités responsables de la réglementation des communications audiovisuelles et électroniques à coopérer à différents niveaux à l'effet d'améliorer la compétence médiatique; reconnaît la nécessité particulière d'élaborer au niveau national des codes de conduite et des initiatives réglementaires communes; souligne la nécessité que toutes les parties prenantes participent à la promotion de l'étude systématique et de l'analyse suivie des différents aspects et dimensions de la compétence médiatique;

5.  recommande à la Commission de faire appel au groupe d'experts "Compétence médiatique" dans le contexte de la discussion sur les aspects relatifs à l'éducation médiatique; préconise que ce groupe se réunisse et consulte plus régulièrement les représentants de l'ensemble des États membres;

6.  fait observer que, à côté des décideurs politiques, des journalistes, des organismes de radio et de télédiffusion et des entreprises médiatiques, ce sont principalement les petites entités locales telles que bibliothèques, centres d'éducation des adultes, centres culturels et médiatiques, établissements d'enseignement et de formation et médias citoyens qui peuvent apporter une contribution à la promotion de la compétence médiatique;

7.  demande à la Commission, concernant l'article 26 de la directive sur les services de médias audiovisuels, d'élaborer des indicateurs de la compétence médiatique dans la perspective de sa promotion à long terme dans l'Union européenne;

8.  note que l'on entend par compétence médiatique la capacité d'utiliser de façon autonome les différent médias, de comprendre et d'évaluer de façon critique les divers aspects des médias et des contenus médiatiques, de communiquer ceux-ci dans divers contextes, de créer et de diffuser des contenus médiatiques; note que devant la multitude de sources disponibles, il s'agit avant tout de se doter d'une capacité de sélectionner les informations voulues parmi la profusion de données et d'images fournies par les nouveaux médias, et de les classer;

9.  souligne que la compétence médiatique constitue une composante fondamentale de la politique d'information des consommateurs, de leur sensibilisation et de leur initiation au domaine des droits de propriété intellectuelle, de la citoyenneté active et de la participation démocratique des citoyens, ainsi que de la promotion du dialogue interculturel;

10. encourage la Commission à intensifier sa politique de promotion de la compétence médiatique en coopération avec tous les organes de l'Union ainsi qu'avec les collectivités locales et régionales et à renforcer la collaboration avec l'UNESCO et le Conseil de l'Europe;

Groupes cibles et objectifs

11. souligne que les activités d'éducation aux médias doivent inclure tous les citoyens – enfants, jeunes, adultes, personnes âgées et personnes souffrant d'un handicap;

12. note que l'acquisition de la compétence médiatique commence à la maison, où l'on apprend à faire la part des services fournis par les médias, soulignant qu'il importe d'éduquer les parents aux médias, car ils jouent un rôle décisif en inculquant aux enfants leurs habitudes d'utilisation des médias, se poursuit à l'école, mais aussi dans le cadre de l'apprentissage tout au long de la vie, et se nourrit ensuite des travaux des autorités nationales, gouvernementales et réglementaires, et des initiatives des professionnels et des organismes compétents dans le secteur des médias;

13. relève que les objectifs de l'éducation aux médias sont une fréquentation maîtrisée et créative des médias et de leur contenu, l'analyse critique des produits médiatiques, la compréhension du fonctionnement de l'industrie médiatique et la production autonome de contenus médiatiques;

14. recommande que l'éducation aux médias informe sur les aspects de droits d'auteur liés à l'utilisation des médias et sur l’importance du respect des droits de propriété intellectuelle, en particulier en ce qui concerne Internet, ainsi que sur la sécurité des données, le respect de la vie privée et le droit à l'autonomie informationnelle; souligne la nécessité de sensibiliser les utilisateurs des nouvelles compétences médiatiques aux risques potentiels pour la sécurité des informations et pour la sécurité des données à caractère personnel, ainsi qu'aux risques liés aux actes de violence cybernétique;

15. note que, à l'heure actuelle, la publicité représente une part non négligeable des services fournis par les médias; souligne que la compétence médiatique doit également fournir des critères permettant d'évaluer les instruments et les méthodes utilisés par la publicité;

Garantie de l'accès aux technologies de l'information et de la communication

16. demande que la politique européenne réduise la fracture numérique entre les États membres et entre les milieux urbain et rural grâce au développement de l'infrastructure d'information et de communication et surtout grâce à l'installation de connexions à large bande dans les régions moins équipées;

17. constate que la mise à disposition d'un accès à l'internet à large bande doit également être considérée comme un service d'intérêt public et qu'elle devrait se caractériser par une offre variée et de haute qualité, et des prix abordables; demande que chaque citoyen ait la possibilité d'utiliser une connexion à large bande peu onéreuse;

Éducation aux médias dans les écoles et en tant qu'élément de la formation des enseignants

18. souligne que l'éducation aux médias devrait faire partie de l'éducation formelle à laquelle tous les enfants ont accès et devrait faire partie intégrante du programme scolaire à tous les niveaux;

19. demande que la compétence médiatique soit inscrite en tant que neuvième compétence clé dans le cadre de référence européen pour l'éducation et la formation tout au long de la vie, conformément à la recommandation 2006/962/CE;

20. recommande que l'éducation aux médias soit, dans la mesure du possible, orientée vers la pratique et soit rattachée aux matières économiques, politiques, littéraires, sociales, artistiques et à l'enseignement des techniques de l'information et suggère que la solution réside dans la création d'une discipline "éducation médiatique" et dans une approche transcendant les disciplines associée à des projets hors école;

21. recommande aux établissements d'enseignement d'encourager la réalisation de productions médiatiques (supports imprimés, nouveaux médias audiovisuels) auxquelles participent l'ensemble des élèves et du personnel enseignant, comme moyen de formation pratique aux compétences médiatiques;

22. demande à la Commission, lors de l'établissement annoncé des indicateurs de la compétence médiatique, d'inclure tant la qualité de l'enseignement scolaire que la formation des enseignants;

23. note qu'en sus des aspects pédagogiques et éducatifs, l'équipement technique et l'accès aux nouvelles technologies jouent un rôle déterminant et souligne la nécessité d'améliorer sensiblement l'infrastructure scolaire afin de permettre à tous les élèves l'accès à l'ordinateur, à internet et à un enseignement correspondant;

24. souligne que l'éducation aux médias revêt une importance particulière dans les établissements spécialisés étant donné que, pour de nombreux handicaps, les médias aident sensiblement à surmonter les problèmes de communication;

25. recommande que des modules obligatoires ayant pour thème la pédagogie des médias soient intégrés dans la formation des enseignants de tous niveaux afin d'assurer un apprentissage intensif; invite les autorités nationales compétentes à familiariser les enseignants de toute discipline et de tout type d'établissement avec l'utilisation du matériel didactique audiovisuel et les problèmes liés à l'éducation aux médias;

26. souligne qu'il est indispensable d'instaurer un échange régulier d'informations, de bonnes pratiques et, dans le domaine de la formation, de méthodes pédagogiques entre les États membres;

27. invite la Commission à intégrer dans le nouveau programme MEDIA un volet réservé à la promotion de la compétence médiatique, car le programme, sous sa forme actuelle, ne contribue que très modestement à la promotion de la compétence médiatique; appuie les efforts déployés par la Commission pour mettre sur pied un nouveau programme intitulé Media Mundus afin de soutenir la coopération internationale dans le secteur de l'audiovisuel; demande que la compétence médiatique soit davantage intégrée dans les programmes de développement de l'Union européenne, en particulier eTwinning, Safer Internet, ainsi que dans le programme opérationnel du Fonds social européen "Éducation et formation tout au long de la vie";

Éducation aux médias auprès des personnes âgées

28. souligne que l'apprentissage médiatique s'adressant aux personnes âgées doit s'effectuer sur les lieux où elles résident – associations, maisons de retraite et de soins, résidences offrant des services, clubs de loisirs, initiatives ou amicales;

29. constate que les réseaux numériques offrent tout particulièrement aux personnes âgées la possibilité de participer à la vie quotidienne par le biais de la communication et de conserver le plus longtemps possible leur autonomie;

30. rappelle qu'il convient de tenir compte, dans le contexte de l'éducation aux médias dispensée aux seniors, du milieu de vie et de l'expérience des personnes âgées et du rapport qu'elles entretiennent avec les médias;

31. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission au Comité économique et social et au Comité des régions ainsi qu'aux gouvernements et parlements des États membres.

(1)

JO L 332 du 18.12.2007, p. 27.

(2)

JO L 149 du 11.6.2005, p. 1.

(3)

JO L 327 du 24.11.2006, p. 12.

(4)

JO L 378 du 27.12.2006, p. 72.

(5)

JO L 394 du 30.12.2006, p. 10.

(6)

JO C 25 du 29.1.2004, p. 205.

(7)

JO C 193 E du 17.8.2006, p. 117.

(8)

JO C 296 E du 6.12.2006, p. 120.

(9)

JO C 141 du 7.6.2008, p. 14.


EXPOSÉ DES MOTIFS

1)     Introduction

D'une part, les médias ouvrent des possibilités de communication mondiale, d'ouverture au monde, de transmission du savoir et de développement de la démocratie. D'autre part, cependant, ils comportent le risque d'une manipulation accrue. Ils peuvent donc être à la fois un défi et une chance.

À l'ère de la mondialisation et du développement rapide des technologies de l'information et de la communication (TIC), les technologies innovantes, tout comme les médias de masse s'immiscent toujours davantage dans tous les domaines de la vie. La société doit plus que jamais s'adapter au rythme rapide de cette évolution technologique et apprendre à faire face à un flux d'informations. En outre, les médias font office de passerelle dans le choix des thèmes et influencent l'agenda politique et la vie quotidienne. Ce choix s'opère toutefois en fonction de considérations individuelles et son objectivité est donc limitée. La compétence médiatique doit aider l'individu à surmonter les défis et contribuer à faire de lui un utilisateur de médias averti.

On entend par compétence médiatique la capacité à utiliser les médias, à comprendre et évaluer de façon critique les différents aspects des médias et des contenus médiatiques et à communiquer dans divers contextes. Outre les aspects pédagogiques, l'équipement et l'accès aux nouvelles technologies jouent un rôle déterminant. La compétence médiatique peut donc être comprise au sens large comme l'accès aux nouvelles technologies de l'information et une attitude critique à l'égard de leurs contenus.

Le présent rapport complète la communication de la Commission, en liaison directe avec la nouvelle directive concernant les services de médias audiovisuels(1). Cette directive demande à la Commission de faire rapport sur le niveau de compétence médiatique dans les États membres. L'internet est utilisé essentiellement pour la recherche et l'obtention d'informations et de nouvelles ainsi que pour l'envoi et la réception de courriel. Il devient en outre de plus en plus une source d'informations répondant à une demande sur un thème donné. Toutefois, en règle générale, ces informations sont jugées moins fiables que celles communiquées par les médias classiques. Dans la plupart des cas, les utilisateurs n'ignorent pas que les informations obtenues grâce à l'internet doivent être recoupées avec d'autres sources.

Les connaissances nécessaires à l'utilisation de l'internet sont transmises mutuellement par des amis et dan une moindre mesure par les parents mais pratiquement pas par l'école. Il en résulte que, si ces connaissances sont orientées vers les propres besoins de l'utilisateur, elles sont dépourvues de tout caractère systématique. Les adultes privilégient la télévision, suivie de la radio, en tant que moyen d'information. Il s'agit d'orienter le renforcement de la compétence médiatique de façon à tenir dûment compte de la diversité des médias. Les objectifs du présent rapport concernent donc une série de moyens et de modes de communication modernes tels que télévision, cinéma, vidéo, radio, images, journaux, revues, musique, jeux vidéo, internet et publicité. Il convient de ne pas négliger le fait que les médias classiques et numériques sont mêlés et qu'il y a convergence des différents médias sur le plan technique et sur le plan du contenu. Cet élément doit être pris en considération dans l'étude, commandée par la Commission, sur l'élaboration de critères appropriés pour l'évaluation de la compétence médiatique, qui devrait être achevée début 2009. Il convient de souligner que l'évaluation de la compétence médiatique peut poser des problèmes étant donné la difficulté de mesurer selon des critères quantitativement mesurables des capacités créatives et critiques ainsi que la hiérarchisation du contenu. L'évaluation de connaissances techniques est en revanche plus aisée.

2)     GROUPES CIBLES

Les jeunes adultes sont des consommateurs de médias actifs. Toutefois, le rapport doit englober tous les consommateurs de médias: enfants, adolescents, adultes, personnes âgées et personnes souffrant d'un handicap.

3)     Objectifs

Il s'agit de permettre à toute personne d'analyser de façon critique les produits médiatiques, de comprendre els fonctions économiques de l'industrie des médias et de pouvoir elle-même produire des contenus médiatiques.

Dans ce contexte, trois objectifs sont définis:

§ Garantie de l'accès aux technologies de l'information et de la communication

§ Analyse et attitude critique à l'égard des contenus des médias et de la culture médiatique ainsi qu'une réflexion autonome

§ Propre production de textes numériques et utilisation sûre des nouvelles technologies

La formation et l'apprentissage tout au long de la vie jouent un rôle décisif dans la réalisation de ces objectifs. L'éducation aux médias est le processus permettant d'enseigner et d'apprendre des médias et par les médias. Cet apprentissage a pour objectif une utilisation compétente des médias.

a) Garantie de l'accès aux technologies de l'information et de la communication

La pratique de l'ordinateur et d'internet est très inégalement répartie dans l'UE. Dans l'ensemble de l'UE, 54% des foyers possèdent un PC; 43% sont reliés à internet (15% possèdent une connexion à haut débit). Les disparités régionales dans ce domaine sont importantes: suivant les États membres, on compte entre 21 et 85 % de ménages disposant d'un ordinateur.

La politique européenne doit veiller à une réduction de la fracture numérique non seulement entre les États membres mais également entre milieu urbain et milieu rural. Toutes les catégories de populations doivent profiter des avantages de la société de l'information. Il faut empêcher une scission entre la population rurale et la société des régions urbaines dotée de l'accès au haut débit. C'est en effet essentiellement dans les régions rurales que les distances créent souvent un obstacle à la mobilité professionnelle et à la vie quotidienne.

Il est de l'intérêt commun de l'Europe que chaque citoyen dispose d'une connexion à haut débit. Les collectivités locales et régionales jouent un rôle clé à cet égard, tout comme les organismes publics et les entreprises qui doivent garantir l'accès aux TIC pour toutes les catégories de population.

b) Analyse et attitude critique à l'égard des contenus des médias et de la culture médiatique ainsi qu'une réflexion autonome

Il convient de développer durablement une attitude critique face aux offres médiatiques. Celle-ci comporte la capacité d'orientation, de sélection réfléchie, de décryptage des textes, des images et des sons ainsi que la connaissance de l'influence des images et des déclarations et la capacité à évaluer les contenus. Il faut également adopter une attitude critique face à la culture médiatique. Le paysage médiatique actuel est caractérisé non seulement par la diversité mais également par une forte concentration, où l'information et les contenus médiatiques sont aux mains de quelques oligopoles multinationaux. D'où un risque accru pour l'indépendance et la diversité de l'information. La compétence médiatique doit permettre aux citoyens d'évaluer de façon critique si et dans quelle mesure les intérêts des producteurs médiatiques influencent le contenu et la présentation de ce qui leur est offert.

Il s'agit de permettre au consommateur de prendre ses décisions sans se laisser influencer par des facteurs externes.

c) Propre production de textes numériques et utilisation sûre des nouvelles technologies

Un autre point sensible est la propre création médiatique. Grâce à l'élaboration de contenus et de produits médiatiques propres, il est possible d'acquérir une meilleure compréhension des principes et des valeurs qui guident les contenus médiatiques produits par des professionnels. La production médiatique doit s'allier à une réflexion critique sur le processus d'élaboration, sous peine de parvenir à une opération purement technique.

Aujourd'hui, internet offre à l'utilisateur d'innombrables possibilités de produire des contenus propres accessibles à chacun. L'ordinateur et internet sont, surtout pour les jeunes, des instruments essentiels d'accès et de communication médiatique. Étant donné ces possibilités simples de communication et de recherche d'informations, l'éducation aux médias doit, sur le plan pratique, informer également sur les aspects concernant le droit d'auteur et la sécurité des données.

4)     oBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT

a) Éducation aux médias en tant qu'élément de la formation des enseignants

L'éducation aux médias à l'école ne peut être dispensée que par des enseignants qui possèdent une compétence médiatique et ont reçu une formation appropriée dans ce domaine. Il est donc proposé que les autorités nationales compétentes veillent à ce que les enseignants de toute discipline et de tout niveau reçoivent, dans le cadre de la formation, un enseignement portant à la fois sur l'utilisation d'un matériel didactique audiovisuel et sur les problèmes liés à l'éducation aux médias. Il est recommandé d'autre part d'intégrer des modules obligatoires de pédagogie médiatique dans la formation des enseignants de tout niveau, dans la perspective d'un enseignement intensif.

b) Éducation aux médias dans les écoles

Il existe de grandes disparités entre l'Europe occidentale et l'Europe orientale concernant les projets pédagogiques d'éducation aux médias. Alors que celle-ci existe, plus ou moins développée, dans les pays de l'Europe des 15, les pays d'Europe centrale et orientale, à l'exception de la Slovénie et de la Hongrie, ne sont pas encore dotés de programmes d'éducation aux médias. Or, c'est précisément à l'école qu'incombe un rôle essentiel dans la formation d'hommes et de femmes aptes à la communication et au jugement. L'apprentissage médiatique ne doit pas se limiter à certaines matières ou à certains niveaux mais doit faire partie intégrante du programme scolaire quel que soit le niveau. Il convient à cet égard de tenir compte du degré de développement des élèves. Les enfants souffrant de handicap et suivant l'enseignement d'écoles spécialisées doivent eux aussi avoir la possibilité de participer à ces cours.

L'éducation aux médias peut être rattachée en particulier aux matières économiques, politiques, littéraires, sociales et artistiques. Cela implique une approche qui transcende les disciplines, qui peut être associée à des projets hors école.

c) Éducation aux médias dans les universités et hors école

L'éducation aux médias ne doit pas avoir pour seul cadre le système scolaire, elle doit également se développer dans le contexte de l'apprentissage tout au long de la vie. Certaines universités intègrent une formation en éducation aux médias dans les nouvelles licences et masters, notamment une utilisation critique des outils de recherche. Afin d'encourager cette évolution, des partenariats sont indispensables. Il est essentiel que tous les acteurs appartenant ou non au système scolaire travaillent ensemble à la promotion de l'éducation aux médias dans le cadre de l'éducation et de la formation permanente et à l'échange de bonnes pratiques au-delà des frontières.

d) Éducation aux médias auprès des personnes âgées

Les personnes âgées bénéficient beaucoup plus rarement que les jeunes d'une éducation aux médias. Les parents sont le plus souvent initiés aux techniques de l'information et de la communication par leurs enfants.

Il est important que l'apprentissage médiatique s'adressant aux personnes âgées s'effectue sur les lieux où elles résident – associations, maisons de retraite et de soins, résidences offrant des services, clubs de loisirs, initiatives ou amicales et qu'il soit tenu compte de l'hétérogénéité des conditions de vie et des niveaux d'expérience des participants.

Un autre objectif consiste à réduire les appréhensions et les blocages de ce groupe cible face aux nouveaux médias. Ce sont précisément les personnes âgées à mobilité réduite qui, grâce au réseau numérique, ont la possibilité de participer davantage à la vie sociale, ce qui permet d'accroître leur qualité de vie.

(1)

Directive 2007/65/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2007 modifiant la directive 89/552/CEE du Conseil visant à la coordination de certaines dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relative à l'exercice d'activités de radiodiffusion télévisuelle.


RÉSULTAT DU VOTE FINAL EN COMMISSION

Date de l’adoption

6.11.2008

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

22

3

0

Membres présents au moment du vote final

Maria Badia i Cutchet, Ivo Belet, Guy Bono, Nicodim Bulzesc, Marie-Hélène Descamps, Jolanta Dičkutė, Věra Flasarová, Milan Gaľa, Vasco Graça Moura, Luis Herrero-Tejedor, Ruth Hieronymi, Ramona Nicole Mănescu, Manolis Mavrommatis, Ljudmila Novak, Dumitru Oprea, Zdzisław Zbigniew Podkański, Christa Prets, Pál Schmitt, Helga Trüpel, Thomas Wise, Tomáš Zatloukal

Suppléant(s) présent(s) au moment du vote final

Erna Hennicot-Schoepges, Ewa Tomaszewska, Cornelis Visser, Jaroslav Zvěřina

Dernière mise à jour: 4 décembre 2008Avis juridique