Article
 

Antall, Brandt, Adenauer et Politkovskaya prêtent leurs noms au Parlement

Institutions - 28-01-2008 - 12:14
Partager
De haut en bas et de gauche à droite : Willi Brandt, József Antall, Konrad Adenauer, Anna Politkovskaya

4 noms pour le Parlement : W.Brandt, J.Antall, K.Adenauer et A.Politkovskaya

Ces quatre noms resteront dans l’histoire de l’Europe et désormais du Parlement européen : au début du mois, les parlementaires ont décidé d’attribuer aux nouveaux bâtiments du Parlement les noms de ces personnalités résolument européennes. Un hommage à József Antall, premier élu de la Hongrie postcommuniste et au chancelier allemand Willy Brandt. Autre chancelier honoré : Konrad Adenauer, ainsi que la journaliste russe assassinée Anna Politkovskaya. Découvrez comment ils ont marqué leur temps.

Sur la Place du Luxembourg à Bruxelles, les chantiers se terminent : de nouveaux bâtiments sont sortis de terre pour permettre à un Parlement européen agrandi de fonctionner.
 
Après les élargissements successifs de 2004 et 2007, il fallait en effet offrir des bureaux et des salles de réunions aux députés européens des nouveaux pays membres. C’est chose faite avec quatre bâtiments flambants neufs, dont l’un abritera également un nouveau centre de visiteurs. 
 
József Antall (1932-1993), l’homme de la dissolution du Pacte de Varsovie
 
József Antall est une figure emblématique de la réunification de l’Europe et de la lutte pour la démocratie. Né en 1932 dans une famille aux convictions politiques démocrates, il est en 1989 le meneur des négociations avec le gouvernement communiste hongrois. L’année suivante, il est élu Premier ministre, le premier démocratiquement élu dans ce pays libéré du joug soviétique. Dès lors, acteur de la dissolution en 1990 du Pacte de Varsovie, il engage son pays vers l’intégration à l’Union Européenne et à l’OTAN.
 
Willy Brandt (1913-1992), l’émigré de retour au pays devenu chancelier
 
Né en 1913, en Allemagne, sous le nom d’Herbert Ernst Karl Frahm, le jeune activiste devient journaliste et membre du Parti Social Démocratique (SPD) en 1930. Après l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en 1933, il décide de quitter le pays pour la Norvège, puis la Suède. C’est là qu’il adopte le nom de Willy Brandt, son nom de couverture, et obtient la citoyenneté norvégienne.
 
Après la guerre, Willy Brandt rentre en Allemagne en tant que correspondant de la presse scandinave au procès de Nuremberg, puis travaille comme attaché de presse à l’Ambassade de Norvège. Récupérant la nationalité allemande, il se fait vite élire au Bundestag (le Parlement allemand), avant de devenir maire de Berlin Ouest. Ministre des Affaires étrangères entre 1966 et 1969, Willy Brandt devient chancelier en 1969 et le restera jusqu’en 1974. Au cours de son mandat, il reçoit le Prix Nobel de la Paix pour son « Ostpolitik », sa politique d’ouverture au bloc de l’Est.
 
De 1979 à 1983, Willy Brandt fréquentera les murs du Parlement européen comme député. Il leur donne aujourd’hui son nom.
 
Konrad Adenauer (1876-1967), le père fondateur de la démocratie allemande
 
Il est l’une des personnalités les plus importantes de l’Allemagne d’après-guerre : élu en 1949, Konrad Adenauer fut le premier chancelier de la République Fédérale d’Allemagne. Il est aussi l’un des pères fondateurs de l’Union Européenne mais aussi, avec le général de Gaulle, de la réconciliation franco-allemande.
 
Un bâtiment du Parlement européen au Luxembourg porte déjà son nom : à Bruxelles, c’est désormais l’allée extérieure reliant les bâtiments Antall et Brandt qui le reçoit en héritage.
 
Anna Politkovskaya (1958-2006) : une journaliste russe qui dérangeait
 
Elle était tenace : la russe Anna Politkovskaya s’est fait un nom, malgré les dangers, en enquêtant et en écrivant des articles sur les cas de torture et de violations des droits de l’homme en Russie, et surtout en Tchétchénie. Elle avait reçu de nombreuses récompenses internationales pour son travail et avait écrit plusieurs livres sur la guerre en Tchétchénie et la Russie sous Vladimir Poutine.
 
Elle l’a payé de sa vie, assassinée le 7 octobre 2006 dans son immeuble. Anna Politkovskaya était l’une des trois nominés au Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit en 2007. Elle donne son nom à la salle de conférences de presse du Parlement européen, à Bruxelles.
 
REF.: 20080121STO19280