Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Communiqué de presse
 

Attentats: accroître le partage d'informations et la coordination dans l'UE

Justice et affaires intérieures - 19-11-2015 - 14:15
Commission : Libertés civiles, justice et affaires intérieures
Partager

Les députés ont abordé, ce jeudi, le besoin urgent d'accroître le partage d'informations entre États membres de l'UE et entre eux et Europol, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, les travaux sur la proposition relative aux données des dossiers passagers (PNR de l'UE) ainsi que la dé-radicalisation de citoyens européens rejoignant des organisations terroristes. Le débat s'est déroulé en présence du directeur d'Europol, Rob Wainwright, et de représentants du Conseil et de la Commission.

Avant le débat, la commission des libertés civiles a observé une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris.


Selon les députés, le partage d'informations entre États membres et leurs services de renseignement en Europe doit être amélioré pour empêcher des attentats terroristes. Le directeur d'Europol, Rob Wainwright, a exprimé des craintes quant à l'escalade de la terreur. "Les attentats de Paris sont les plus graves en Europe depuis plus de dix ans", a-t-il déclaré. Il a averti que de nouvelles attaques terroristes pouvaient "probablement" se produire sur le sol européen.


Certains députés ont appelé à l'adoption rapide de la proposition sur les données des dossiers des passagers aériens de l'UE, concernant la collecte des données des passagers aériens afin de lutter contre le terrorisme et la criminalité grave organisée. D'autres ont souligné que les PNR de l'UE ne représentaient pas une solution miracle et qu'il fallait davantage se concentrer sur les mesures européennes de dé-radicalisation, sur le contrôle de l'accès aux armes à feu et sur le recours à des équipes d'enquête conjointes.


Par ailleurs, les intervenants ont précisé que l'UE et ses États membres devaient prendre garde à ne pas remettre Schengen en question, tout en assurant parallèlement notre sécurité grâce à de meilleurs garde-frontières aux frontières extérieures. Nombre d'entre eux ont demandé une réaction proportionnelle aux attaques, rappelant que les libertés civiles et les droits fondamentaux des citoyens avaient également été attaqués.


Les vidéos des contributions au débat sont disponibles en cliquant sur le lien à droite.


Sous la présidence de: Kinga Gál (PPE, HU)

 
REF.: 20151118IPR03209