Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
Questions parlementaires
21 septembre 2012
E-008331/2012
Question avec demande de réponse écrite
à la Commission
Article 117 du règlement
Marc Tarabella (S&D)

 Objet: Naissance controversée du corps de volontaires humanitaires européens
 Réponse(s) 

La Commission, en charge de l'action humanitaire (Echo)(1) a dévoilé mercredi 19 septembre les contours du «corps de volontaires humanitaires de l'Union européenne»(2). Il s'agit de former et d'envoyer 10 000 Européens de plus de 18 ans dans des pays touchés par des crises humanitaires. Sont principalement visés des jeunes cherchant à acquérir une expérience dans ce domaine, mais aussi des retraités de l'action humanitaire.

Les volontaires suivront une formation de plusieurs semaines avant d'exercer des missions d'un mois à un an auprès des organisations non gouvernementales (ONG) reconnues par les services d'Echo. Le coût du projet est estimé à 239,1 millions d'euros, dont 58 millions pour la formation et 137 millions pour l'envoi des volontaires sur le terrain, le reste étant consacré aux programmes. Ce budget doit encore être approuvé par le Parlement européen.

«Les volontaires humanitaires afficheront la solidarité de l'Europe en venant en aide aux populations qui en ont le plus besoin», a précisé Kristalina Georgieva(3), la commissaire à la coopération internationale, l'aide humanitaire et la réaction aux crises.

1. C'est une décision pour le moins étonnante quand on se souvient que la création d'un corps de volontaires humanitaires avait été jugée «ni réaliste ni même souhaitable» dans une étude de la Commission publiée en 2006. Le rapport parlait de «projet basé sur l'offre plus que sur les besoins du terrain» et s'inquiétait du «rapport coût-efficacité faible». Qu'est ce qui explique ce revirement soudain depuis le traité de Lisbonne?

2. Les régions sinistrées pour une raison ou pour une autre n'ont-elles pas plutôt besoin de personnel surqualifié comme en engagent exclusivement la Croix-Rouge, l'Unicef et bien d'autres?

3. Que répond la Commission au détracteur du projet qui estime qu'avec l'argent dépensé pour un volontaire, nous pourrions plutôt apporter de l'eau potable à 10 000 personnes?

(1)http://ec.europa.eu/echo/index_en.htm
(2)http://ec.europa.eu/echo/index_en.htm
(3)http://ec.europa.eu/echo/index_en.htm

 JO C 277 E du 26/09/2013
Dernière mise à jour: 2 octobre 2012Avis juridique