Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Débats
Mercredi 10 octobre 2007 - Bruxelles Edition JO

2. Éloge funèbre
PV
MPphoto
 
 

  Le Président. − Mesdames et Messieurs, j’ai le triste devoir de vous informer du décès d’un de nos collègues et d’un de nos anciens collègues.

Notre collègue, Fausto Correia, est décédé hier matin. Il était né le 29 octobre 1951 à Coimbra et était âgé de 55 ans. Il laisse derrière lui une épouse et trois fils. Après des études de droit dans sa ville natale de Coimbra, il avait poursuivi une brillante carrière d’avocat et de journaliste avant d’entrer en politique. Il a longtemps siégé au parlement portugais et a également assumé la fonction de ministre d’État sous le Premier ministre António Guterres. Il était député européen depuis 2004. Fausto Correia était et demeure célèbre et chéri au Portugal pour avoir, tout au long de sa vie et sans relâche, tenté d’établir la démocratie et pour l’attachement qu’il portait aux valeurs fondamentales de fraternité et de bon voisinage. Fausto Correia manquera cruellement à sa famille, à ses amis, ainsi qu’à nous tous, ses collègues.

Un registre de condoléances dans lequel les membres du personnel du Parlement européen peuvent exprimer leurs marques de sympathie sera ouvert durant la séance de cette semaine mercredi et jeudi devant l’hémicycle.

C’est également avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de notre ancien collègue, Christian de la Malène, qui a siégé au Parlement européen de 1959 à 1961 et de 1962 à 1994. Christian de la Malène, également ancien ministre et sénateur sous le Président De Gaulle, est décédé le 26 septembre à l’âge de 86 ans. Ancien président du Groupe des démocrates européens de progrès et du Groupe des rénovateurs et du rassemblement des démocrates européens, Christian de la Malène était un Européen convaincu de cœur et d’esprit. Il a consacré toute sa vie à l’édification d’une Europe forte et démocratique et d’une communauté politique.

Christian de la Malène était un collègue et ami dont l’humanisme et l’engagement politique resteront dans les mémoires. Nous souhaitons donc lui rendre hommage et lui exprimer toute notre gratitude.

Une minute de silence, je vous prie, en souvenir de notre collègue disparu.

(L’assemblée se lève et observe une minute de silence).

 
Dernière mise à jour: 1 octobre 2008Avis juridique