Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 14 février 2017 - Strasbourg Edition révisée

3. Évolutions et adaptations possibles de la structure institutionnelle actuelle de l'Union européenne - Améliorer le fonctionnement de l'Union européenne en mettant à profit le potentiel du traité de Lisbonne - Capacité budgétaire de la zone euro (débat)
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 

  Jérôme Lavrilleux (PPE ). – Monsieur le Président, j’ai écouté la plupart des intervenants et nous sommes, pour la plupart d’entre nous, profondément convaincus de la nécessité d’une Union européenne plus forte. Pourtant, même les plus européens passent leur temps à évoquer tout ce qui nous divise, tout ce qui nous sépare, tout ce qui nous oppose. Mais ce n’est pas parce que nous étions unis que nos pères fondateurs ont créé l’Europe, c’est justement parce que nous étions divisés qu’ils l’ont créée.

Le choix de Strasbourg comme capitale de la démocratie européenne en est l’exemple phare. Vouloir toucher à ce symbole, c’est ne rien comprendre à ce que nous sommes. En tant que députés, notre rôle, notre objectif, notre devoir est de proposer plus d’union, pas par réflexe pavlovien, mais parce que c’est la seule solution pour ne pas revenir à la situation d’avant la chute du mur, pour ne pas revenir à la période qui dura des siècles pendant laquelle nous résolvions nos conflits en envoyant des générations entières de nos enfants se tuer les uns les autres.

Oui, nous avons encore des divisions mais n’oubliez pas que le peuple nous regarde, que nous sommes tellement obnubilés par les démagogues de tout poil que nous en oublions de parler à l’immense majorité du peuple européen.

Le peuple qui manifeste dans les rues en Pologne brandit des drapeaux européens. Le peuple qui est dans la rue en Roumanie demande plus d’Europe. Le candidat qui, en France, attire le plus de citoyens dans ses meetings est le seul à brandir des drapeaux européens.

Alors, oui, ces trois rapports sont un moyen de se remettre à parler à nos citoyens, qui demandent plus d’Europe, pour que nous soyons dignes des attentes de la majorité – hélas parfois silencieuse – de nos concitoyens.

(L’orateur refuse de répondre à la question «carton bleu» de M. Woolfe)

 
Dernière mise à jour: 5 mai 2017Avis juridique