Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Procédure : 2016/2144(INI)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

A8-0033/2017

Débats :

PV 13/03/2017 - 13
CRE 13/03/2017 - 13

Votes :

PV 14/03/2017 - 6.11

Textes adoptés :

P8_TA(2017)0075

Débats
Lundi 13 mars 2017 - Strasbourg Edition révisée

13. L'égalité entre les femmes et les hommes dans l'Union européenne en 2014-2015 - Égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans l'accès à des biens et services et la fourniture de biens et services - Rapport sur les fonds de l'Union pour l'égalité des genres (débat)
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 

  Jérôme Lavrilleux (PPE ). – Monsieur le Président, Madame la Commissaire, ces trois rapports se rejoignent en un constat clair. Certes, beaucoup d’avancées ont eu lieu, mais nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour atteindre la juste égalité entre les femmes et les hommes.

Parmi les nombreux débats que suscitent ces rapports, des thèmes me sont chers. Parmi ceux-ci, le droit à l’avortement et l’accès aux droits génésiques. Bien entendu, je ne peux parler de ces droits sans penser à Simone Veil, une femme qui a tant marqué notre continent et cet hémicycle qu’elle a si brillamment présidé.

Je comprends qu’au nom du principe de subsidiarité ou par conscience religieuse, certaines délégations nationales aient des positions différentes. Cependant, aussi longtemps que le droit à l’avortement et l’accès aux droits génésiques seront abordés dans cet hémicycle, je voterai fièrement en faveur. Il s’agit pour moi d’un droit fondamental qui, face à la radicalisation de certains courants politiques, a aujourd’hui d’autant plus besoin d’être revendiqué et protégé. C’est une question de bon sens commun.

La place des femmes dans l’économie et dans l’entreprise est aussi un des points sur lesquels la France peut s’honorer d’avoir avancé. Ainsi, la loi Copé-Zimmerman institue, depuis 2011, l’obligation d’une représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance des entreprises. Nous nous réjouissons que les textes du Parlement européen et de la Commission en fassent aujourd’hui la recommandation.

Merci, Madame la Commissaire, de continuer à œuvrer pour qu’enfin une directive puisse être prise en ce sens. Même s’ils ne sont pas parfaits, et parce que je pense que les droits des femmes ne doivent pas se limiter à l’instauration d’une journée de communication, je voterai donc en faveur de ces trois rapports.

 
Dernière mise à jour: 27 septembre 2017Avis juridique