Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Document stages in plenary
Document selected : O-000039/2017

Texts tabled :

O-000039/2017 (B8-0219/2017)

Debates :

PV 16/05/2017 - 13
CRE 16/05/2017 - 13

Votes :

Texts adopted :


Debates
Tuesday, 16 May 2017 - Strasbourg Provisional edition

13. Implementation of the Council's LGBTI Guidelines, particularly in relation to the persecution of (perceived) homosexual men in Chechnya, Russia (debate)
Video of the speeches
PV
MPphoto
 

  Marc Tarabella (S&D ). – Monsieur le Président, la liberté d’être homosexuel est un droit, mais pas en Tchétchénie. Le président Kadyrov a décidé d’exterminer tous les homosexuels de son territoire d’ici au 26 mai et, au passage, certains opposants politiques qui ont osé contester son pouvoir.

Plusieurs sources fiables ont démontré l’existence d’un camp semblable à un camp de concentration, où des dizaines de gays sont emmenés, enfermés, torturés et, pour certains, tués. Les parents sont forcés par la police de tuer leurs enfants homosexuels pour éviter l’incarcération de toute la famille. Les autorités appellent cela «laver l’honneur par le sang». Quand on demande aux hauts responsables tchétchènes des informations sur cette purge sanglante, ils répondent que c’est totalement impossible car l’homosexualité n’existe pas en Tchétchénie. Une réponse qui pourrait prêter à sourire si elle ne donnait pas autant envie de vomir.

Toutes ces victimes potentielles ou avérées n’ont plus que nous pour espérer survivre. Nos valeurs européennes nous interdisent de rester aveugles et sourds à un tel drame. Nous devons proposer des visas d’urgence, comme le propose le Canada.

Le temps n’est plus à la parole, il est aux actes.

 
Last updated: 31 May 2017Legal notice