Go back to the Europarl portal

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (Selected)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Full text 
Debates
Wednesday, 18 April 2018 - Strasbourg Revised edition

19. Cambridge Analytica and Facebook: Data protection and citizen's privacy as a line of defence against election manipulation (debate)
Video of the speeches
PV
MPphoto
 

  Eva Joly (Verts/ALE ). – Monsieur le Président, le 25 mai, les nouvelles règles européennes de protection des données entrent en vigueur accompagnées des sanctions dignes de ce nom.

Facebook et les autres géants de l’internet doivent comprendre que notre consentement à la collecte de nos données n’est pas négociable, pas plus que notre vie privée n’est à vendre. Le patron de Facebook doit venir s’expliquer devant le Parlement européen. Mark Zuckerberg nous doit autre chose que de simples excuses ou de vagues annonces. Il nous doit des garanties quant au traitement de nos données et davantage de transparence sur l’origine des publicités à des fins politiques.

Une fois de plus, c’est grâce à un lanceur d’alerte, Christopher Wylie, que ce scandale a pu être dévoilé et que les citoyens ont pu être informés. Hier encore, c’est une ancienne cadre de Cambridge Analytica qui révélait que le nombre d’utilisateurs abusés serait bien plus élevé qu’annoncé.

Protégeons les lanceurs d’alerte, protégeons les données personnelles, protégeons toutes celles, tous ceux et toutes choses qui font respirer nos démocraties.

 
Last updated: 6 September 2018Legal notice