Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

  • bg - български
  • es - español
  • cs - čeština
  • da - dansk
  • de - Deutsch
  • et - eesti keel
  • el - ελληνικά
  • en - English
  • fr - français (sélectionné)
  • ga - Gaeilge
  • hr - hrvatski
  • it - italiano
  • lv - latviešu valoda
  • lt - lietuvių kalba
  • hu - magyar
  • mt - Malti
  • nl - Nederlands
  • pl - polski
  • pt - português
  • ro - română
  • sk - slovenčina
  • sl - slovenščina
  • fi - suomi
  • sv - svenska
 Index 
 Texte intégral 
Débats
Mardi 12 juin 2018 - Strasbourg Edition provisoire

10. Accord sur le nucléaire iranien (débat)
Vidéo des interventions
PV
MPphoto
 

  Arnaud Danjean (PPE ). – Monsieur le Président, ce n’est pas par complaisance ni avec naïveté que les signataires du JCPoA (Plan d’action global commun) ont privilégié la voie diplomatique sur le nucléaire iranien, mais c’est parce que pendant 15 ans, il a été fait un constat lucide, à savoir qu’il n’existait pas d’alternative réaliste pour traiter cette menace, car c’est bien d’une menace grave dont il s’agit.

Les Européens doivent être, sur la scène internationale, un pôle de stabilité et de fiabilité. La parole d’un accord multilatéral oblige ses signataires, au-delà des querelles politiques domestiques. S’en affranchir brutalement n’offre aucune solution satisfaisante à personne.

Cet accord ne répond bien sûr pas aux problèmes posés par la politique de Téhéran dans la région ni à la préoccupation légitime quant au développement des capacités balistiques iraniennes.

Mais d’une part, nous connaissions très bien ces données lorsque nous avons négocié l’accord et d’autre part, il est incohérent de penser que ces contentieux pourront être résolus en commençant par remettre en cause l’accord sur le nucléaire, qui est un socle, même fragile, à toute négociation plus générale.

L’aventurisme militaire dans un Moyen-Orient profondément instable a déjà provoqué suffisamment de dégâts.

 
Dernière mise à jour: 27 juillet 2018Avis juridique