Article
 

Le miroir aux alouettes du football européen

Sport - 09-03-2007 - 17:34
Partager
Jambes de deux joueurs de football et un ballon

Derrière le ballon rond, contrats précaires et abus de jeunes joueurs

Didier Drogba ou Ronaldo sont des modèles pour des milliers de jeunes africains ou sud-américains, pour qui le football professionnel est un rêve et un moyen de sortir de la pauvreté. Mais les stars du foot sont l’exception : la plupart des jeunes venant se former en Europe ont des contrats précaires, et les perdent s’ils ne font pas vite leurs preuves. Victimes d’agents sans scrupules, ils deviennent parfois illégaux, sans moyen de rentrer chez eux. Comment enrayer ce véritable trafic humain ?

L’argent, la gloire et le succès...la vie médiatisée des stars du football en fascine plus d'un ! Combien sont-ils en Afrique, en Amérique du Sud et dans d’autres parties du monde à espérer le même destin exceptionnel ?
 
Un « trafic humain » bien huilé
 
Surfant sur cet espoir, quelques agents peu scrupuleux sillonnent les terrains de football en Afrique ou ailleurs. Pariant sur un jeune joueur, ils lui proposent de l’aider à tenter sa chance dans un club européen : sa famille n’aura que le billet d’avion à payer.
 
Même si les règles de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) interdisent le transfert de joueurs de moins de 18 ans, les agents n’hésitent pas, parfois, à mentir sur l’âge des mineurs pour qu’ils obtiennent des papiers. Une fois en Europe, s’ils ne font pas rapidement leurs preuves dans un club, de nombreux jeunes se retrouvent sans contrats, sans agents, sans papiers...et sans moyens de retourner dans leur pays.
 
Témoignage lors d’une audition au Parlement européen
 
Jean-Claude Mbvoumin est un ancien joueur international camerounais. Il préside aujourd’hui l’association Culture Foot Solidaire et c’est à ce titre qu’il est intervenu lors de l’audition organisée au Parlement européen, le 28 février dernier, sur le rôle du sport dans l’éducation. « On peut clairement parler de trafic de jeunes joueurs, principalement venus d’Afrique », a-t-il expliqué.
 
Selon lui, les joueurs africains offrent, pour les clubs, le meilleur rapport qualité/prix. « Certains clubs offrent des contrats à de très jeunes joueurs, juste pour voir comment ils évoluent. Si après plusieurs années à jouer dans des petits clubs ils n’ont pas fait la preuve de leur talent, leurs contrats ne sont pas renouvelés. » Dans ces cas, les jeunes ne veulent ou ne peuvent pas rentrer dans leur pays d’origine, et ils entrent dans l’illégalité.
 
Le président de Culture Foot Solidaire a estimé que 48% des joueurs des ligues françaises de football étaient d’origine étrangère, avec une moyenne d’âge de 18 ans et 6 mois. Un problème qui ne concerne toutefois pas que la France, mais tous les pays européens. Le dernier scandale paru dans la presse implique un club danois et des jeunes nigérians.
 
Les organisations du football et les institutions européennes conscientes du problème
 
La FIFA comme l’UEFA sont conscientes du problème. Le directeur général de l’UEFA, Lars-Christer Olsson, a déjà qualifié la situation « d’alarmante » : « la traite de jeunes enfants d'Afrique et d'Amérique du Sud vers l'Europe doit nous faire réagir ». Selon lui, les autorités du football peuvent agir en controlant plus étroitement les agents : « Soumettre les agents à des règles et une réglementation adaptées serait utile ».
 
Au Parlement européen, le député socialiste français Guy Bono appelle à réagir : « On peut parler de véritables canaux d'immigration clandestine destinés à "fournir" des "camps d'entraînement" où les grands clubs viendront piocher leurs futurs joueurs. Ces pratiques sont scandaleuses et face à ce problème qui touche l'ensemble des Etats membres, l'Europe se doit de dénoncer mais aussi d'agir ! »
 
Pistes d’action pour enrayer le trafic de jeunes joueurs
 
Pour l’association Culture Foot Solidaire, chacun doit s’engager en signant un code de bonne conduite. La prévention doit aussi être organisée en sensibilisant les jeunes dans leur pays via des centres d’information.
 
Autre piste évoquée dans l’Etude Indépendante sur le Sport Européen 2006 : que les instances européennes du football et les institutions de l’UE « travaillent en coopération avec les services de l’immigration et de l’inspection nationale du travail, notamment afin d’envisager l’émission de visas à court terme associés à des certificats de transfert international en vue d’éviter le «trafic» de jeunes joueurs. »
 
Par ailleurs, lorsqu’un contrat de jeune joueur prend fin, « les clubs devraient s’engager à donner aux joueurs ressortissants d’un pays tiers la possibilité de retourner chez eux après une période d’essai non concluante », propose le député européen Guy Bono.
 
Le Parlement appelle à encadrer les nouvelles règles de l’UEFA sur les joueurs formés localement
 
Enfin, le Parlement européen souhaite encadrer les nouvelles règles de l’UEFA, selon lesquelles chaque équipe qui dispute la Ligue des Champions doit inclure au moins quatre joueurs « formés localement » dans le club. Selon le projet de rapport sur le football professionnel qui sera voté en mars, « il est nécessaire de prendre des dispositions supplémentaires pour garantir que l'initiative concernant les joueurs locaux ne génère pas un trafic de mineurs, avec des clubs proposant des contrats à de très jeunes joueurs (de moins de 16 ans) »
 
Le rapport insiste également pour que la législation en matière d'immigration soit toujours respectée lors du recrutement de jeunes talents étrangers. Il invite la Commission à s'attaquer au problème du trafic de mineurs et souligne que les jeunes joueurs doivent se voir donner la possibilité de suivre un enseignement général et une formation professionnelle, parallèlement à leur activité au sein du club et à leur entraînement, en sorte qu'ils ne dépendent pas entièrement des clubs. Enfin, le projet de rapport demande « que des mesures soient prises pour prévenir l'exclusion sociale des jeunes qui ne sont finalement pas sélectionnés ».
 
Cet article vous a intéressé ? Alors ne manquez pas le prochain et dernier de notre série sur le football, qui sera consacré aux droits de retransmission télévisé des matches.
 
 
 
REF.: 20070309STO03964