Communiqué de presse
 

Le Parlement condamne toute forme de totalitarisme

Elections 2009 - Justice et affaires intérieures - 02-04-2009 - 14:35
Séance plénière
Partager

"Les interprétations politiques officielles de faits historiques ne devraient pas être imposées par les décisions majoritaires des parlements qui ne peuvent légiférer sur l'interprétation du passé", toutefois les interprétations erronées de l'histoire peuvent inciter à la haine et au racisme, estiment les députés qui ont adopté une résolution sur le thème de la "conscience européenne et du totalitarisme".

Dès l'origine, l'intégration européenne a été une réponse aux souffrances infligées par les deux guerres mondiales et la tyrannie nazie qui a conduit à la Shoah, ainsi qu'à l'expansion des régimes communistes totalitaires et non démocratiques en Europe centrale et orientale, ont rappelé les députés dans leur résolution. Le Président Hans-Gert Pöttering s'est félicité de l'adoption à une large majorité, par 553 voix pour, 44 voix contre et 33 abstentions, de cette résolution qu'il a qualifiée de "décision très importante".
 
Dans les années 80, les adhésions de la Grèce, de l'Espagne et du Portugal, qui avaient longtemps souffert sous des régimes fascistes, avaient déjà contribué à garantir la démocratie dans l'Europe du Sud. En 2009, l'Europe réunifiée célébrera le vingtième anniversaire de l'effondrement des dictatures communistes de l'Europe centrale et orientale ainsi que de la chute du Mur de Berlin. A cette occasion, les députés se félicitent du succès de la construction d'une Union européenne qui englobe aujourd'hui les pays d'Europe centrale et orientale soumis à des régimes communistes de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au début des années 1990.
 
Accepter son passé pour mieux construire son avenir
 
Comme le rappelle le Parlement, l'Europe ne parviendra à l'unité que si elle est capable "de se retrouver sur son histoire", reconnaît que" le nazisme, le stalinisme et les régimes fascistes et communistes font partie de son héritage commun" et conduit "un débat approfondi et honnête sur tous les crimes ". Le Parlement souligne qu'il importe d'entretenir le souvenir du passé, "parce qu'il ne peut y avoir de réconciliation sans œuvre de mémoire".
 
Ainsi il déplore que, vingt ans après l'effondrement des régimes communistes, l'accès aux documents à des fins personnelles ou de recherche scientifique soit toujours abusivement limité dans certains États membres. Les parlementaires demandent que tous les États membres s'emploient réellement à ouvrir leurs archives, y compris celles des anciens services de sécurité intérieure, de police secrète et de renseignement.
 
Du point de vue des victimes, il rappelle que la nature du régime qui les a privées de liberté, torturées ou assassinées, pour quelque motif que ce soit, ne fait aucune différence. Le Parlement réaffirme, par conséquent, "son rejet unanime de tout pouvoir totalitaire, quel que soit son cadre idéologique", et condamne fermement et sans réserve les crimes contre l'humanité et les innombrables violations des droits de l'homme commis par les régimes communistes totalitaires. Les députés ont toutefois voté un amendement reconnaissant "le caractère unique de l'Holocauste".
 
Toujours rester vigilant
 
Le Parlement appelle à une vigilance constante pour lutter contre les idées et les tendances antidémocratiques, xénophobes, autoritaires ou totalitaires. Dans cette optique, il demande que le 23 août soit proclamé "Journée européenne du souvenir" pour la commémoration, avec dignité et impartialité, des victimes de tous les régimes totalitaires ou autoritaires.
 
L'Assemblée demande également "la création d'une Plate-forme de la mémoire et de la conscience européenne" qui appuierait la mise en réseau et la coopération des instituts nationaux de recherche historique spécialisés dans le totalitarisme, ainsi que la création d'un centre paneuropéen de documentation qui serait aussi un mémorial des victimes de tous les régimes totalitaires.
 
 
 
Vous trouverez, dès sa disponibilité, le texte adopté tenant compte des amendements éventuels, à l'adresse ci-dessous, en cliquant dans le calendrier sur le jour du vote (02.04.2009).
 
 
REF.: 20090401IPR53245

En savoir plus :