Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

Questions parlementaires
22 février 2001
E-0494/01
QUESTION ÉCRITE posée par Jeffrey Titford (EDD) à la Commission

 Objet:  Analyse de risque des points de contrôle critiques
 Réponse(s) 

J'ai été approché à de nombreuses reprises par des opérateurs du domaine alimentaire (industrie de la boucherie, restauration, cafés, etc.) au sujet des conséquences de l'adoption par la Commission de l'analyse de risque des points de contrôle critiques (système HACCP).

L'inconvénient du système HACCP tient à ce qu'il a été conçu aux États-Unis en vue de produire des aliments stériles pour le programme spatial d'où une réduction probable de la sécurité alimentaire et non point l'inverse.

Les responsables de la Commission chargés du dossier ont-ils pris connaissance de l'analyse réalisée par le docteur Richard North, directeur de recherche au Royaume-Uni, intitulée "La sécurité alimentaire et l'Union européenne"? Dans l'affirmative, quelle est la réaction de la Commission face à l'argumentaire présenté dans cette publication contre la mise en place du système HACCP?

Des membres de l'association des inspecteurs d'abattoirs m'ont également informé que le système HACCP est totalement impropre au contrôle de la sécurité alimentaire dans les abattoirs pour la simple raison qu'il ne peut être appliqué à ce type d'environnement, d'où une réduction de la sécurité alimentaire.

Pour quelles raisons l'Union européenne ainsi que les fonctionnaires du Royaume-Uni proposent-ils de priver les autorités gouvernementales du contrôle des viandes et ce, au profit du secteur privé dans un cadre réglementaire, politique qui semble incompréhensible étant donné qu'en 1995, soit au tout début de la crise de l'ESB en Grande-Bretagne, plus de 46 % de l'industrie concernée (secteur privé) n'avaient pu mettre en place les contrôles de matériels à risques exigés à l'époque par les autorités gouvernementales?

Langue originale de la question: ENJO C 318 E du 13/11/2001 (p. 65)
Dernière mise à jour: 17 décembre 2001Avis juridique