Retour au portail Europarl

Choisissez la langue de votre document :

Questions parlementaires
13 décembre 2011
E-011817/2011
Question avec demande de réponse écrite
à la Commission
Article 117 du règlement
Sandrine Bélier (Verts/ALE) et José Bové (Verts/ALE)

 Objet: Effets des miARN de plantes génétiquement modifiées
 Réponse(s) 

Dans un article récent de Lin Zhang et al.(1), il est démontré que des microARN (miARN, dérivant de dsARN) de plantes peuvent résister à la cuisson et à la digestion, passer dans le sang des humains consommateurs de ces plantes, pénétrer dans certaines cellules et modifier spécifiquement l'expression de certains gènes. Dans le cas de la publication de Zhang, l'ingestion de riz a un impact sur la dégradation du cholestérol sanguin. Il est rappelé que des publications antérieures ont montré l'implication des miARN dans certaines pathologies, dont des cancers.

Une autre publication(2), commentant la publication de Zhang, conclut par ces mots: «this study also implies precise awareness from biotechnologists who intend to make use of dsRNA, especially in the field of plant protection against pests».

Ces découvertes ouvrent de nouvelles perspectives en biologie, pour lesquelles les connaissances sont encore embryonnaires. Elles appellent une question:

Comment la Commission va-t-elle prendre en compte l'évaluation des effets des miARN produits par des plantes génétiquement modifiées (PGM), notamment lorsqu'elles produisent des dsARN, mais aussi au cas où l'expression des miARN serait perturbée par la transgénèse?

(1)Zhang L (2011), Exogenous plant MIR168a specifically targets mammalian LDLRAP1: evidence of cross-kingdom regulation by microRNA. Cell Res sep 20,doi:10.1038/cr.2011.158
(2)Vaucheret, V. et Chupeau, Y. (2011) Cell Res nov 2011 doi:10.1038/cr2011

Dernière mise à jour: 15 décembre 2011Avis juridique