Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2006/2662(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

B6-0606/2006

Débats :

PV 16/11/2006 - 12.1
CRE 16/11/2006 - 12.1

Votes :

PV 16/11/2006 - 13.1

Textes adoptés :

P6_TA(2006)0501

Débats
Jeudi 16 novembre 2006 - Strasbourg Edition JO

12.1. Ethiopie
PV
MPphoto
 
 

  Le Président. - L’ordre du jour appelle le débat sur les six propositions de résolution sur l’Éthiopie(1).

 
  
MPphoto
 
 

  Adam Jerzy Bielan (UEN), auteur. - (PL) Monsieur le Président, la nouvelle de l’arrestation, de l’humiliation et de l’intimidation de personnalités politiques de l’opposition et d’étudiants qui ont lieu actuellement en Éthiopie a provoqué un sentiment d’indignation. Ces actions doivent être fermement condamnées. La récente arrestation et expulsion d’Éthiopie de deux fonctionnaires de la Commission européenne, accusés d’essayer d’aider Yalemzewd Bekele, avocate et défenseur des droits de la femme travaillant pour la Commission européenne à Addis-Abeba, ne fait que souligner la gravité de la situation. Nous ne devons pas non plus oublier le fait que 111 personnes sont toujours détenues en conséquence de l’arrestation en masse d’opposants pendant les manifestations de juin et de novembre 2005.

J’invite la Commission et le Conseil à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour engager un vaste dialogue en Éthiopie, qui impliquerait les partis politiques, les organisations de la société civile et les autorités, afin de trouver une solution permanente à la crise politique actuelle. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour nous assurer que les principes durables du respect des droits de l’homme et de l’état de droit soient restaurés dans ce pays. Pour ce faire, les autorités éthiopiennes doivent montrer au monde leur volonté de résoudre la crise actuelle. La libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques constituerait sans aucun doute un geste de bonne volonté.

 
  
MPphoto
 
 

  Marios Matsakis (ALDE), auteur. - (EN) Monsieur le Président, la question des droits de l’homme en Éthiopie a fait l’objet de nombreuses propositions de résolution devant la présente Assemblée. Malheureusement, il semble que notre appel à la sagesse et la fermeté de notre condamnation soient tombés dans l’oreille d’un sourd en ce qui concerne le gouvernement éthiopien. Qui peut toutefois blâmer celui-ci de réagir de manière aussi arbitraire et totalement inacceptable envers ce Parlement, alors que la Commission, pour des raisons qui lui appartiennent, invite le Premier ministre Meles Zenawi à parler de gouvernance à l’occasion des journées européennes du développement? Cela envoie inévitablement un mauvais signal en ce qui concerne la politique européenne en matière de respect des droits de l’homme, de principes démocratiques, d’État de droit et de bonne gouvernance. Peut-être le Commissaire aurait-il l’amabilité de nous expliquer la logique de cette invitation?

Nous comprenons tous les difficultés que l’Éthiopie a traversées durant son histoire postcoloniale troublée et nous réalisons que certains reproches reviennent clairement et pleinement aux ex-colonisateurs. Nous voulons tous aider la population éthiopienne à atteindre un niveau de vie acceptable et à s’affranchir des luttes intestines et des conflits régionaux. Mais le régime en place à Addis Abeba doit comprendre de manière globale et univoque qu’il n’arrivera pas à la stabilité politique à laquelle il aspire en poursuivant les arrestations, le harcèlement, les détentions arbitraires, l’humiliation et l’intimidation des hommes politiques de l’opposition, des militants de la société civile, des étudiants et autres citoyens ordinaires! De tels actes, au contraire, ne manqueront pas de conduire à la détérioration de la situation politique déjà fragile de Éthiopie, et l’aggravation tant redoutée de la situation deviendra une certitude plutôt qu’une hypothèse.

J’invite instamment nos collègues à soutenir la proposition de résolution, et j’attends avec intérêt d’entendre les commentaires du commissaire sur la question de l’invitation de M. Meles Zenawi.

 
  
MPphoto
 
 

  Ana Maria Gomes (PSE), auteur. - (PT) La répression des étudiants et des Omoros, des Amharas et autres groupes ethniques en Éthiopie, l’emprisonnement répété et le simulacre de procès de membres élus de l’opposition, de responsables de syndicats, de journalistes, d’enseignants, de défenseurs des droits de l’homme et du développement, et de nombreux autres Éthiopiens qui combattent pour la liberté et la démocratie; la manipulation par le gouvernement de Meles Zenawi des conclusions de la commission d’enquête sur le massacre de 193 personnes en juin et en novembre 2005, en conséquence des manifestations contre les fraudes électorales, et la persécution des juges de cette commission qui ont refusé de modifier leurs conclusions et qui ont par conséquent été contraints de fuir le pays; la détention de l’avocate Yalemzewd Bekele, qui travaillait pour la délégation de l’Union européenne, et l’expulsion injustifiée de diplomates européens en violation de la Convention de Vienne - tous ces événements non seulement démontrent à quel point le régime de Meles Zenawi est antidémocratique et totalitaire, mais dévoile également sa fragilité et son désespoir croissants.

Depuis les conclusions de la mission d’observation électorale de l’UE en 2005, les gouvernements des États membres au Conseil et à la Commission auraient dû travailler ensemble pour prendre des mesures à l’encontre du régime de M. Meles Zenawi. Comme l’a dit Teshale Aberra, le gouvernement de Meles Zenawi est tout aussi mauvais, voire même pire, que le régime Mengistu.

L’Éthiopie reçoit de l’aide financière de l’Union européenne, c’est pourquoi l’Union européenne doit exiger la libération immédiate de tous les prisonniers politiques. Elle doit également exiger l’exécution d’une enquête internationale sur le massacre de 2005 et la comparution des responsables de ce massacre devant la justice. L’UE doit prendre les mesures nécessaires conformément à l’article 96 de l’accord de Cotonou, que l’Éthiopie a signé, comme le demande cette Assemblée.

Ces mesures vont du gel des avoirs de M. Meles Zenawi et des membres de son gouvernement au refus de leur octroyer des visas pour l’Europe. Toutes ces mesures doivent être conçues de manière à atteindre les personnes qui sont principalement responsables, sans porter préjudice au peuple éthiopien. Nos gouvernements et la Commission doivent cesser de justifier leur attitude tolérante envers ce régime antidémocratique qui viole les droits de l’homme, sous prétexte que c’est un allié dans la lutte contre le terrorisme.

Nous devons, en Europe et aux États-Unis, cesser de nous bercer d’illusions. L’intervention de l’Éthiopie en Somalie sous prétexte de lutte contre le terrorisme n’a fait que retrancher les Tribunaux islamiques à Mogadiscio, et les conséquences désastreuses ne s’arrêtent pas là: discrédité et en manque de soutien populaire, le régime de M. Meles Zenawi a lui-même fui l’Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, laissant la porte grande ouverte à l’infiltration des terroristes.

 
  
MPphoto
 
 

  Michael Gahler (PPE-DE), auteur. - (DE) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, le mois dernier, Mme Kinnock et moi-même, accompagnés de deux collègues africains, avons eu le privilège de présider une délégation en Éthiopie, dans le cadre de laquelle nous avons discuté avec le gouvernement et l’opposition, ainsi qu’avec les membres des familles de dissidents détenus.

Nous sommes très inquiets de la situation dans le pays. Nous avons été confrontés à un manque total de volonté - particulièrement de la part du gouvernement - de tirer de véritables leçons des résultats des élections et des conclusions d’une commission d’enquête sur le parlement que le gouvernement a lui-même mis en place.

Nous avons vivement conseillé au Premier ministre de prendre ces conclusions de la commission d’enquête comme point de départ pour un dialogue national. Il ne nous a donné aucune réponse claire à ce sujet; au contraire, nous avons en effet découvert que les membres de cette commission ont été menacés et que certains d’entre eux ont fui le pays. Si le rapport venait à être publié, il ne fait aucun doute qu’il sera nettoyé et falsifié.

Nous remercions le président de la Commission d’avoir parlé au Premier ministre en des termes très clairs lors de sa visite, mais nous regrettons que le commissaire à l’environnement ait affaibli la position de la Commission en invitant M. Meles à visiter Bruxelles.

Je pense qu’il est important, maintenant que nous nous équipons d’un nouvel instrument pour la démocratie et les droits de l’homme, que nous veillions à ce que cet instrument soit efficace et à ce qu’il nous permette de soutenir les forces politiques démocratiques. Le nouveau règlement doit mentionner ceci, faut de quoi nous ne pourrons pas donner à l’opposition des conseils juridiques ni aider les parlementaires nouvellement élus qui n’ont pas d’argent à exercer leur droit constitutionnel? C’est pour cela que j’invite, non seulement la Commission, mais également et en particulier les États membres, à ne plus se montrer réticents à l’adoption d’un instrument efficace pour la démocratie et les droits de l’homme qui irait dans ce sens.

 
  
MPphoto
 
 

  Alyn Smith (Verts/ALE), auteur. - (EN) Monsieur le Président, nous soulignons régulièrement dans nos débats l’importance du dialogue et de la franchise. Dans le cas de l’Éthiopie, ce dialogue sera critique, car, outre qu’il est important en soi, il met aussi à l’épreuve notre capacité critique s’agissant des pratiques actuelles du gouvernement éthiopien.

La situation n’est guère réjouissante. Quelque 193 citoyens ont été tués dans des émeutes en juin et en novembre 2005. Le rapport d’enquête n’a pas été publié, a été expurgé et manque de clarté. Depuis, un certain nombre d’Éthiopiens ont été jetés en prison et, récemment, deux fonctionnaires de l’UE ont été expulsés du pays. Tout cela n’a rien de nouveau pour qui est impliqué dans ce débat, mais les faits s’accumulent et cela ne présage rien de bon pour l’Éthiopie.

Le dialogue sera effectivement crucial et, comme le dit M. Matsakis, l’article 7 de la résolution regrette la prochaine visite à Bruxelles du Premier ministre Zenawi, pour parler de bonne gouvernance. Voilà bien une ironie du sort qui prêterait à rire, si la situation n’était aussi tragique. Mais soyons positifs. Le commissaire nous dira sans doute aujourd’hui qu’il y aura là pour nous une occasion de parler au Premier ministre éthiopien et de faire état de nos préoccupations en toute franchise. J’espère que le commissaire confirmera que nous ne laisserons pas passer cette occasion lors de la visite de Monsieur Zenawi à Bruxelles.

L’Éthiopie joue un rôle important dans l’Union africaine et le développement. Notre coopération mutuelle pourrait être bien meilleure. Toutefois, comme l’ont bien dit certains collègues, il ne faut pas considérer cette coopération comme allant de soi: celle-ci doit se baser sur des principes communs et, élément important, le respect de ces principes.

Si nous ne nous tenons pas strictement à nos propres principes, nous ne pouvons guère attendre des autres qu’ils le fassent. J’espère donc que nous aurons une discussion franche et ouverte avec le Premier ministre éthiopien lors de son passage à Bruxelles.

 
  
MPphoto
 
 

  Karin Scheele, au nom du groupe PSE. - (DE) Monsieur le Président, les résultats des élections législatives du 15 mai 2005 ont provoqué, une fois de plus, une atmosphère de répression politique en Éthiopie et, une fois de plus également, nous nous trouvons rassemblés ici au sein de cette Assemblée pour discuter de la situation dans ce pays.

La manipulation des élections et la répression du soulèvement populaire ont coûté au gouvernement éthiopien le respect dans son propre pays et à l’étranger et ont coûté au pays lui-même sa stabilité. La seule façon de contrer cela est de relancer le processus de démocratisation et d’y faire participer les partis d’opposition. Il y a un an, le Parlement éthiopien a mis en place une commission pour enquêter sur les meurtres commis en juin et en novembre 2005, et nous demandons au gouvernement éthiopien de publier le rapport final de cette commission sans délai, sans altération et en entier. Les conclusions doivent être déposées devant les tribunaux compétents, qui doivent les utiliser comme base pour garantir l’impartialité des procès.

Nous demandons également au gouvernement éthiopien de relâcher tous les prisonniers politiques sans délai et sans conditions.

 
  
MPphoto
 
 

  Marcin Libicki, au nom du groupe UEN. - (PL) Monsieur le Président, nous sommes tous conscients du fait que tous les pays et toutes les sociétés dans le monde ont droit à la liberté et à l’indépendance. Je voudrais souligner qu’aujourd’hui nous discutons d’un pays très spécial, un pays dont l’histoire est bien plus ancienne que l’histoire de nombreux, voire même de la plupart, des pays européens, qui considèrent que leurs racines proviennent de l’époque de l’Ancien Testament, du Roi David et de la Reine de Saba.

Ce pays, qui a également adopté la chrétienté avant de nombreux pays, voire la plupart des pays européens, est également un pays tout à fait unique sur le continent africain. Il a maintenu sa souveraineté tout au long de son histoire, à l’exception d’une courte période dans les années 30, quand il a été conquis par un État européen. Même à l’époque, il a maintenu son indépendance en termes juridiques. Même pendant cette invasion, qui était une tentative d’imposer des règles coloniales, l’empereur Haile Selassie, l’honorable dirigeant du pays, qui était très respecté dans le monde entier et en Éthiopie, représentait son pays lorsqu’il était expatrié et en exil.

Dans les années 70, l’Éthiopie a été victime d’une conspiration communiste, impliquant le Kremlin et Cuba. Depuis lors, il n’a pas réussi à revenir à la normale. Je ne veux pas répéter ce qui a déjà été dit sur les souffrances actuelles du peuple éthiopien, mais il est vraiment de notre devoir d’aider ce pays et sa société.

 
  
MPphoto
 
 

  Ryszard Czarnecki (NI). - (PL) Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, la Commission européenne s’est malheureusement comportée comme un éléphant dans un magasin de porcelaine en invitant le Premier ministre éthiopien aux journées européennes du développement. Cet événement, auquel le Premier ministre éthiopien a été invité, a commencé le même jour que la session parlementaire et terminera demain. Le Premier ministre éthiopien y a même participé en tant qu’intervenant. La Commission européenne a décidé de faire la sourde oreille au sujet des témoignages de persécutions en provenance d’Éthiopie.

Cependant, nous ne pouvons pas, dans l’Union européenne, prétendre qu’il s’agit d’un pays normal. En fait, c’est tout le contraire. Ce pays est une prison politique pour de nombreux journalistes, syndicalistes et défenseurs des droits de l’homme. Nous ne savons même pas à quel point la prison est grande, étant donné que le gouvernement éthiopien refuse systématiquement de nous révéler le nombre de ses prisonniers politiques ou le nombre de personnes qui ont été arrêtées.

Récemment, des membres d’une autre profession, à savoir les enseignants, ont été arrêtés. Clairement, l’attitude de la Commission européenne et du Conseil envers l’Éthiopie doit dépendre de la volonté de l’Éthiopie de faire respecter les droits de l’homme et, avant tout, de sa volonté de relâcher les prisonniers politiques. Cependant, il faut également être clair sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une affaire qui concerne uniquement l’Union européenne. L’Union africaine doit également prendre des mesures. C’est la raison pour laquelle j’insiste sur le fait que les deux Unions doivent se pencher sur le problème.

 
  
MPphoto
 
 

  Olli Rehn, membre de la Commission. - (EN) Monsieur le Président, après la crise postélectorale de 2005, la Commission, en étroite collaboration avec les États membres de l’UE et la communauté internationale, a entrepris de désamorcer les tensions et a instamment invité le gouvernement éthiopien à restaurer la confiance dans le processus de démocratisation en libérant les prisonniers politiques. L’UE, tout comme la communauté internationale des donateurs, a donné la priorité au maintien d’un dialogue ouvert et structuré avec le gouvernement éthiopien, considérant qu’il s’agissait du moyen le plus adéquat d’améliorer la situation.

Suite à une visite qu’il a rendue à des prisonniers politiques en vue, le commissaire Michel a reçu l’engagement du Premier ministre Meles Zenawi, au cours d’une rencontre qui a eu lieu en février, que ces prisonniers bénéficieraient d’un procès bref et équitable. Le président Barroso a rencontré le Premier ministre Zenawi à Addis Abeba en octobre dernier et lui a fait part des préoccupations de la Commission en ce qui concerne le procès et les prisonniers en question. Le Président Barroso a souligné qu’il attendait de ce procès qu’il soit rapide, juste et transparent. Il a également souligné qu’il ne considérait pas la tenue d’un procès comme une réponse adéquate aux divergences politiques en Éthiopie. Il a plutôt prôné la réconciliation et le dialogue comme seuls moyens de restaurer la confiance.

Suite à l’arrestation et l’expulsion d’Éthiopie de deux membres de la délégation de la Commission et après l’arrestation d’une personne de la région employée par la délégation, le président Barroso, le commissaire Michel et les États membres de l’UE ont immédiatement exprimé leur profonde inquiétude face à ces événements qui contreviennent ouvertement à la Convention de Vienne. La Commission a fermement réfuté l’accusation portée contre la délégation de la Commission et son personnel. Le siège de la Commission a exprimé son soutien et sa solidarité envers le personnel de la délégation; à la grande satisfaction de la Commission, cette réaction vive et immédiate a permis la libération sous caution de l’agent local.

Certaines réserves ont été exprimées quant à l’opportunité d’inviter le Premier ministre Zenawi aux journées européennes pour le développement. La Commission est toutefois d’avis qu’il convient de poursuivre le dialogue et de consentir de nouveaux efforts pour faire comprendre au gouvernement éthiopien les préoccupations de l’UE et obtenir de sa part des engagements de réformes démocratiques et de bonne gouvernance. Les réunions et les débats prévus dans le cadre des journées européennes pour le développement seront une occasion de délivrer ces messages en direct et d’exprimer notre profonde inquiétude.

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. - Le débat est clos.

Le vote aura lieu à la fin du débat.

 
  

(1)Cf. procès-verbal.

Dernière mise à jour: 24 janvier 2007Avis juridique