Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Procédure : 2006/2663(RSP)
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

B6-0595/2006

Débats :

PV 16/11/2006 - 12.2
CRE 16/11/2006 - 12.2

Votes :

PV 16/11/2006 - 13.2

Textes adoptés :

P6_TA(2006)0502

Débats
Jeudi 16 novembre 2006 - Strasbourg Edition JO

12.2. Bangladesh
PV
MPphoto
 
 

  Le Président. - L’ordre du jour appelle le débat sur les six propositions de résolution sur le Bangladesh(1).

 
  
MPphoto
 
 

  Jaromír Kohlíček (GUE/NGL), auteur. - (CS) Mesdames et Messieurs, le Bangladesh est l’un des pays les plus surpeuplés et les plus pauvres du monde. Dans les années 40, le Bangladesh était divisé en deux zones selon la religion, ce qui n’a pas facilité une situation déjà compliquée. La guerre d’indépendance qui a suivi avec le Pakistan n’a fait qu’exacerber l’extrême pauvreté, et pas seulement dans les provinces.

La constitution du pays prévoit un mécanisme spécial qui place le pouvoir entre les mains du gouvernement en place durant la phase préparatoire des élections. Le monde entier sait que les microcrédits jouissent d’un grand succès. Ce que l’on sait moins, c’est que ce succès est dû, dans ce pays fortement islamique, à l’engagement des femmes. Comme dans tous pays largement surpeuplés et très pauvres, il existe d’énormes problèmes avec les infrastructures inadéquates et l’intolérance religieuse et morale. Je pense que ces problèmes peuvent être atténués et que la tradition séculaire peut l’emporter.

L’un des enjeux difficiles de toute élection, et pas uniquement dans les pays en développement, est de déterminer qui a le droit de voter. Au Bangladesh, le problème est exacerbé par le fait qu’une partie de la population est analphabète. La chose la plus importante à faire une fois que les registres électoraux sont dressés est de donner la possibilité aux candidats de présenter leurs programmes. Ce n’est pas étonnant que la proposition de résolution souligne également ce point. Je voudrais souligner à ce stade que je ne pense pas que la reconnaissance ou autre de journalistes par un quelconque pays du monde puisse servir de critère de démocratisation. Dans tous les cas, la liberté de la presse est étroitement liée à la concurrence démocratique des idées et des programmes. C’est une chose qui ne doit en aucune circonstance être compromise par la course aux élections. De même, il est de la responsabilité permanente de tous les gouvernements d’éliminer les groupes terroristes.

La définition du mot «terroriste» et du concept de lutte contre le terrorisme dans une société démocratique est une question bien plus complexe. Lors de la dernière réunion du groupe de coopération avec les pays d’Asie du Sud-Est, que j’ai eu l’honneur de présider, les participants ont fait savoir que, selon eux, il est tout à fait possible que des élections véritablement démocratiques aient lieu au Bangladesh.

Les observations contenues dans la proposition de résolution ont fait leur l’effet lors de la réunion que j’ai présidée, et je pense qu’envoyer une mission d’observation du Parlement européen pourra contribuer au déroulement démocratique des élections.

Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique soutient la proposition de résolution qui nous est présentée, et je pense que nous devons soutenir le processus de démocratisation au Bangladesh, notamment en contribuant à rendre ces élections aussi démocratiques que possible.

 
  
MPphoto
 
 

  Frédérique Ries (ALDE), auteur. - Monsieur le Président, le Bangladesh, terre de tradition démocratique, de respect des droits de l’homme, d’indépendance de la justice et de liberté de la presse est aujourd’hui en proie à la montée d’un extrémisme islamiste violent. Le dernier rapport de «Reporters sans frontières» révèle des centaines d’atteintes à la liberté de la presse. Cette année seulement, trois journalistes ont été tués, au moins 95 autres agressés et des dizaines pour ne pas dire des centaines de correspondants ont été contraints à la fuite suite à des intimidations pour des articles jugés «non islamiques».

Si j’ai voulu que le Parlement s’exprime d’urgence sur cette situation aujourd’hui, c’est parce que se tient, en ce moment, à Dacca, le procès pour sédition de Salah Choudhury. Ce journaliste, directeur du Weekly Blitz, est un fervent partisan d’un islam modéré qui prône l’ouverture, le dialogue entre les religions et la reconnaissance par son pays de l’État d’Israël. Pour ces raisons et pour ces raisons seulement, il risque aujourd’hui la peine de mort.

Nous demanderons instamment à la Commission de suivre le déroulement de ce procès pour s’assurer que soient respectés les droits de la défense, ainsi que les conventions internationales sur la liberté de la presse.

Et puisque je dispose de quelques secondes encore, je tiens à soutenir les efforts du gouvernement intérimaire pour que le processus de préparation des élections réponde lui aussi aux standards démocratiques internationaux: l’établissement d’un registre électoral approprié, une commission électorale réellement indépendante et, j’y reviens une fois de plus, l’équilibre et la liberté des médias pendant bien évidemment la campagne électorale. On sait en effet que les quatre chaînes de télévision privées du pays ont des difficultés à faire valoir un autre point de vue que celui du gouvernement si elles entendent garder leur licence.

Deux dirigeants terroristes ont été arrêtés au Bangladesh, il faut poursuivre le désarmement des milices islamistes qui tentent de faire pression sur les électeurs à la veille du scrutin. Nous attendons du gouvernement qu’il confirme aussi cet engagement.

 
  
MPphoto
 
 

  Lidia Joanna Geringer de Oedenberg (PSE), auteur. - (PL) Monsieur le Président, le Bangladesh est un partenaire important de l’Union européenne. Il a enregistré un développement économique important ces dernières années. Aujourd’hui, son citoyen le plus célèbre est Mohammed Junus, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix cette année pour sa contribution à la lutte contre la pauvreté à l’aide du système de microcrédits.

Cependant, le Bangladesh lutte aujourd’hui non seulement contre la pauvreté, mais également contre la corruption et l’attitude de plus en plus hostile des musulmans. La mise en place du gouvernement intérimaire présidé par Iajuddin Ahmed a suscité des protestations de la société bangladeshi. Selon des observateurs externes et la ligue Awami, les autorités ont frauduleusement ajouté 13 millions de personnes sur les listes électorales pour les prochaines élections. Le gouvernement intérimaire doit garantir des élections libres conformes aux normes internationales. L’indépendance de la commission électorale doit également être garantie et la liste électorale doit tout simplement être crédible.

Un accord entre le Parti nationaliste du Bangladesh, la ligue Awami et d’autres parties sur la création d’un programme économique commun, qui est vital pour améliorer les conditions de vie et les libertés civiles du peuple bangladeshi servirait sans aucun doute de base à une stabilité politique dans le pays. Conformément aux conventions internationales sur les droits de l’homme, le gouvernement intérimaire doit lutter contre l’anarchie, les exécutions extrajudiciaires et la torture, qui sont bien souvent commises par la police ou des forces de sécurité.

Entre-temps, la situation a évolué comme suit: l’année dernière, trois journalistes ont été tués et près de 100 personnes ont été victimes d’intimidation ou ont été blessées physiquement. Les assauts contre le personnel des organisations non gouvernementales sont plus nombreux chaque jour. Les minorités religieuses, à savoir les hindous et les chrétiens, sont en danger. Le viol et le trafic de femmes et d’enfants sont courants. On a l’impression que tous les progrès démocratiques accomplis dans le pays disparaissent en conséquence du regain de violence de la part des fondamentalistes islamiques.

Le Conseil et la Commission européenne doivent surveiller de manière systématique la situation des droits de l’homme au Bangladesh. Ils doivent également surveiller la situation de la liberté de la presse et de la liberté de parole. Nous espérons que la mission d’observation au Bangladesh prévue par l’Union européenne, pour superviser les prochaines élections en janvier, aidera à garantir que le processus électoral se déroule de manière démocratique.

 
  
MPphoto
 
 

  Thomas Mann (PPE-DE), auteur. - (DE) Monsieur le Président, tout a commencé il y a une quinzaine de jours, lorsque le Premier ministre sortant du Bangladesh, Khaleda Zia, a fait un discours controversé à la télévision, à la suite duquel de violents heurts ont éclaté dans la capitale, Dhaka, lors desquels trois personnes ont été tuées et une centaine d’autres blessées.

L’opposition a accusé Zia de placer ses sympathisants aux postes clés de son gouvernement intérimaire, a accusé le chef de la commission électorale de partialité et a soutenu que le registre électoral contenait 13 millions de noms invalides. D’autres heurts ont éclaté au début de cette semaine, et toutes les voies de transit vers Dhaka, terrestres ou maritimes, ont été bloquées, des journalistes ont été attaqués et gravement blessés, 20 000 membres des forces de sécurité ont lancé des gaz lacrymogènes et tiré des balles en caoutchouc au cours d’affrontements, faisant 17 tués et des milliers de blessés.

Les islamistes s’en prennent de plus en plus fréquemment aux croyants d’autres religions, et je condamne, au nom du parti populaire européen (démocrates chrétiens) et démocrates européens, les actes de violence sanglants et les attaques répétées des extrémistes islamiques contre les minorités religieuses telles que les chrétiens, les hahmdis et les hindous, et la suppression de la liberté de la presse, que d’autres députés de cette Assemblée ont déjà dénoncée.

Les personnes au pouvoir - qui appartiennent au parti nationaliste du Bangladesh - et la ligue Awami d’opposition, doivent enterrer leur animosité personnelle une fois pour toutes et s’engager dans un dialogue déterminé. Une date a été choisie pour les élections, et elle ne doit pas être modifiée; la commission électorale doit commencer les préparatifs dès maintenant, et cela signifie qu’avant toute chose elle doit s’assurer de l’exactitude du registre électoral.

La situation qui règne aujourd’hui - qui équivaut à une guerre civile - doit être normalisée dès que possible, et les islamistes doivent être désarmés. Les citoyens doivent pouvoir profiter de leur droit de vote sans craindre de représailles pour que la démocratie puisse avoir une chance.

Je me réjouis de la décision de la Commission d’envoyer des observateurs pour les élections au Bangladesh, et cette Assemblée devrait se prononcer de la même façon.

 
  
MPphoto
 
 

  Gérard Onesta (Verts/ALE), auteur. - Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, il y a quelques semaines, le Parlement européen, dans le cadre de sa délégation interparlementaire pour les relations avec les pays de l’Asie du Sud, a fait venir de très nombreux représentants de la société civile du Bangladesh, et c’était très intéressant.

Il était très intéressant, d’abord, de voir la réaction de l’ambassadeur du Bangladesh qui avait été nommé, le pauvre, le jour même et qui découvrait le Parlement à cette occasion: il a vu les ravages que pouvaient causer la démocratie et la transparence quand elles étaient appliquées! Nous avons en effet appris beaucoup de choses ce jour-là, ce qui fut très utile puisque les représentants de votre Commission qui étaient présents et qui, au début de la matinée, n’étaient pas vraiment «chauds» pour aller vérifier sur place ce qui se passe. Après avoir entendu ce que nous avons tous entendu, ils ont bien été obligés de reconnaître, à l’issue de la rencontre, qu’il fallait intervenir, tant la situation sur place est grave.

Je ne reviendrai pas sur ce qui a été dit par mes collègues concernant la pauvreté, la corruption, la violence et les tortures - des tortures pas seulement infligées par les escadrons des différentes milices, mais également par les forces de l’ordre. À ce sujet, les chiffres sont terribles: en 2005, 2 297 cas de tortures exercées par les forces de l’ordre ont été recensés. Je rappellerai le cas de ce journaliste, M. Salah Uddin Shoaid Choudhury, qui risque la peine de mort au seul motif de s’être exprimé librement: c’est absolument insupportable! Je pourrais également rappeler un chiffre qui vient de votre Commission, Monsieur le Commissaire: vos propres services estiment à plus 13 millions le nombre de noms non valables qui ont été ajoutés aux listes électorales. Comment peut-on envisager des élections quand on sait à l’avance que la fraude sera à ce point massive, à ce point organisée?

Voilà pourquoi, au-delà du vote favorable que nous allons, j’espère, émettre très massivement aujourd’hui, il faut vraiment que la Commission se donne tous les moyens pour envoyer sur place les signaux pour que le gouvernement change rapidement la règle du jeu, afin de l’aligner sur les normes démocratiques que ce pays a connues il y a quelques années, et de mettre ainsi fin à la violence institutionnelle qui dégénère malheureusement en violence sociale.

 
  
MPphoto
 
 

  Charles Tannock, au nom du groupe PPE-DE. - (EN) Monsieur le Président, la tenue d’élections libres et équitables l’année prochaine au Bangladesh, un pays de 140 millions d’habitants de tradition laïque et démocratique, doit constituer une priorité absolue pour l’UE.

Depuis sa création en 1971 et pendant de nombreuses années le Bangladesh a fait figure d’exception dans le monde islamique, poursuivant sa route de manière pacifique et démocratique en tant que nation du Bengale indépendante. Malheureusement, depuis 2001, on assiste à une poussée islamiste au Bangladesh, ceux-ci essayant de combler le vide politique laissé par les factions corrompues des partis laïques en lutte les unes contre les autres. L’ONG Groupe d’action contre la torture a fait état de plus de 500 cas de torture et actes d’intimidation perpétrés par des islamistes radicaux qui ont également assassiné des partisans du parti communiste. Des hindous, des ahmadis, des chrétiens, des membres de la tribu Chittagong Hill Tract et des bouddhistes sont également visés.

Les manifestants sont descendus dans les rues et il y a eu des explosions de violence lorsque la ligue Awami, parti d’opposition, a mis en doute l’impartialité de la commission électorale, la validité des listes, et même l’impartialité du candidat au poste de premier ministre initialement choisi par le gouvernement intérimaire.

L’accord de coopération conclu entre l’UE et le Bangladesh en 2000 se fonde sur le respect des principes démocratiques énoncés à l’article 1, et leur violation peut entraîner la suspension de l’accord et avec lui la suspension du système de préférences tarifaires généralisées de l’UE ainsi que de l’aide extérieure consentie par l’UE, soit 70% de l’aide étrangère totale reçue par le Bangladesh.

L’UE et l’ensemble des principaux donateurs doivent coordonner leur action pour maintenir la pression en faveur de la réforme et du respect total de la démocratie, de la liberté de la presse et des droits de l’homme au bénéfice de tous les citoyens du Bangladesh avant la tenue des élections législatives programmées en janvier prochain. Le Parlement européen doit à court terme envoyer des observateurs politiques en nombre suffisant. Ces élections sont vitales et il est essentiel que l’UE maintienne une présence visible et substantielle pendant tout le mandat du gouvernement intérimaire, faute de quoi l’un ou l’autre général frustré et avide de pouvoir pourrait bien envisager de se lancer dans un coup d’État.

 
  
MPphoto
 
 

  Marek Aleksander Czarnecki, au nom du groupe UEN. - (PL) Monsieur le Président, comme, j’en suis certain, nous le savons tous, les populations du delta du Gange et du Brahmaputra ne cachent pas leur admiration pour les Talibans afghans et veulent également, dans leur pays, imiter l’émirat d’Afghanistan du mollah Omar. Pour arriver à leurs fins, ces guerriers saints recourent sans scrupule à la violence.

Malheureusement, le gouvernement du Bangladesh n’a pas pris au sérieux les premiers avertissements au sujet de la rapide escalade de ces groupes terroristes. Les événements ont rapidement prouvé qu’ils n’étaient pas une invention de l’imagination exaltée des dirigeants de l’opposition jaloux ou de journalistes en mal de sensations.

Devant une telle situation, il est rassurant de savoir que deux personnes suspectées de diriger des groupes terroristes ont été arrêtées. Nous ne devons pourtant pas nous satisfaire de cela. Si nous examinons de près la situation dans ce pays, qui, pendant de nombreuses années, n’a pas rempli les normes européennes reconnues dans le domaine des droits de l’homme, malgré des mesures drastiques prises par le gouvernement pour prévenir les actes de violence extrémistes contre les minorités religieuses, nous sommes toujours témoins d’événements effrayants et cauchemardesques.

Le pays est également assailli par de nombreux autres problèmes, c’est pourquoi je soutiens totalement la décision de la Commission d’envoyer une mission d’observation électorale et de demander au Parlement européen d’en faire de même.

 
  
MPphoto
 
 

  Kathy Sinnott, au nom du groupe IND/DEM. - (EN) Monsieur le Président, en tant que députés européens, nous revendiquons notre engagement en faveur des droits de l’homme. J’espère donc que nous adopterons une position ferme sur la situation désespérée dans laquelle se trouve M. Choudhury.

M. Choudhury est un journaliste accusé de sédition, suite à la publication d’une série d’articles que les autorités du Bangladesh considèrent comme favorables à Israël et critiques envers l’extrémisme musulman. Ses arguments en faveur de la modération et du dialogue bénéficieront certainement du soutien de tous les membres de cette Assemblée. Rien de ce qu’il a dit n’est infondé, et n’importe quel pays démocratique considérerait assurément ce genre d’article comme objectif et informatif.

Mais ce n’est pas le cas au Bangladesh, où M. Choudhury a été traduit en justice et pourrait être exécuté pour avoir écrit ces articles. Il a fait l’objet de menaces de mort et a été brutalisé, emprisonné, battu et torturé. M. Choudhury comparaît actuellement dans un procès inéquitable et a peu de chance d’obtenir gain de cause. Le président du tribunal a indiqué en audience publique que M. Choudhury a blessé la sensibilité des musulmans. Il est clair que le juge espère que le verdict sera la peine de mort.

En tant que députés européens, nous ne pouvons pas rester passifs tandis qu’un journaliste innocent fait l’objet d’un procès inéquitable et risque probablement la condamnation à mort. Je suis heureuse de voir que la présente résolution fait spécifiquement mention de sa dramatique situation, tout en soutenant aussi la tenue d’élections libres et équitables au Bangladesh.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 
 

  Olli Rehn, membre de la Commission. - (EN) Monsieur le Président, la Commission partage les préoccupations du Parlement et apprécie de pouvoir parler du Bangladesh aujourd’hui.

Cette jeune et fragile démocratie traverse en effet un moment critique de son histoire. Les enjeux des élections qui vont se tenir dans ce pays densément peuplé sont considérables. Malheureusement, le cadre institutionnel et les relations exécrables entre les deux principaux partis politiques ne sont pas de bon augure pour ceux qui espèrent voir le processus électoral se dérouler de façon démocratique et pacifique..

Ces dernières semaines et ces derniers mois, la Commission et les 7 représentations des États membres à Dhaka, comme d’ailleurs le reste de la communauté internationale, se sont engagés dans d’intenses discussions avec les principaux représentants des partis intéressés aux élections, les invitant tous instamment à se mettre d’accord sur un cadre électoral inspirant à tous la confiance. La troïka régionale de l’UE en février, les représentants locaux de la présidence de l’UE et plusieurs visiteurs éminents de la Commission et des États membres ont insisté sur la nécessité pour le pays de bénéficier d’un accompagnement impartial de la part du gouvernement intérimaire pendant la période préélectorale, de disposer d’une commission électorale neutre et d’établir des listes électorales crédibles.

Comme vous le savez sans doute, la commissaire Ferrero-Waldner a pris la décision politique de dépêcher une mission d’observation de l’UE pour évaluer ces élections. Les préparatifs de déploiement des observateurs de l’UE, y compris la préparation des procédures internes entre les diverses institutions qui financent la mission, sont en cours. Dans sa lettre au président, également conseiller principal, la commissaire souligne les questions évoquées plus haut, en les présentant comme les préoccupations clés de l’Union européenne.

La mission serait déployée environ 6 semaines avant le jour de l’élection et resterait sur place entre 2 et 3 semaines après, de manière à surveiller la période postélectorale, compte tenu en particulier de l’éventualité regrettable d’actes de violence postélectorale, en particulier contre les minorités.

La Commission partage les préoccupations du Parlement s’agissant de la violence généralisée contre les journalistes. Le fait que le dernier rapport de Reporters sans Frontières classe le Bangladesh dans la catégorie des pays extrêmement dangereux pour les journalistes parle malheureusement de lui-même. La Commission condamnera sans trêve l’intimidation des journalistes et l’impunité caractérisée dont bénéficient les actes violents perpétrés contre les représentants de cette profession au Bangladesh.

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. - Le débat est clos.

Le vote aura lieu à la fin du débat.

 
  

(1)Cf. procès-verbal.

Dernière mise à jour: 24 janvier 2007Avis juridique