Index 
 Précédent 
 Suivant 
 Texte intégral 
Cycle de vie en séance
Cycles relatifs aux documents :

Textes déposés :

B6-0217/2007

Débats :

PV 22/05/2007 - 18
CRE 22/05/2007 - 18

Votes :

PV 24/05/2007 - 9.4

Textes adoptés :


Débats
Mardi 22 mai 2007 - Strasbourg Edition JO

18. Estonie (débat)
PV
MPphoto
 
 

  Le Président. - L’ordre du jour appelle la déclaration du Conseil et de la Commission sur l’Estonie.

 
  
MPphoto
 
 

  Benita Ferrero-Waldner, membre de la Commission. - (EN) Monsieur le Président, je salue cette discussion sur les récentes tensions entre la Russie et l’Estonie. Permettez-moi de souligner d’emblée qu’il ne s’agit pas d’une question relative aux droits de l’homme. Le déplacement de la statue en bronze du soldat soviétique à Tallinn et l’exhumation des soldats enterrés là-bas ont été réalisés dans le respect total des obligations internationales de l’Estonie, notamment celles de la convention de Genève relatives aux sépultures de guerre. Toutefois, je suis consciente du caractère sensible de la question, qui touche à l’interprétation de l’histoire.

Sachant qu’il existait des préoccupations en Russie à ce sujet, nous avons dit clairement à la Russie, lors du dernier sommet, que ces inquiétudes devaient être réglées par le dialogue plutôt qu’au travers d’une «diplomatie du mégaphone». Nous regrettons que les manifestations qui ont eu lieu en Estonie se soient transformées en pillages et en émeutes. Le droit de manifester existe et est une émanation claire du droit d’expression. Toutefois, le fait que cela ait conduit à un siège devant l’ambassade d’Estonie à Moscou est inacceptable. Nous avons clairement fait état de nos positions à ce sujet et des démarches ont immédiatement été entreprises à Moscou pour rappeler à la Russie ses obligations aux termes des conventions de Vienne.

Nous sommes préoccupés par les attaques cybernétiques contre des sites Internet officiels estoniens. Celles-ci doivent faire l’objet des enquêtes qui s’imposent et les responsables doivent être jugés. Nous rappelons à la Russie notre engagement conjoint à coopérer en matière de lutte contre la criminalité cybernétique tant dans le contexte de l’espace commun de liberté, de sécurité et de justice que par notre adhésion à la convention du Conseil de l’Europe relative à la criminalité cybernétique. Aujourd’hui, la Commission a adopté une communication sur la criminalité cybernétique et nous travaillerons certainement à sa mise en œuvre.

Nous suivons également de près la situation des relations commerciales entre la Russie et l’Estonie. Certains en Russie ont appelé à boycotter les marchandises et services estoniens ainsi qu’à des limitations des opérations de transport. Pendant un moment, des restrictions ont été imposées aux camions traversant le pont qui surplombe la rivière Narva et les transports de pétrole passant par l’Estonie ont été interrompus. Selon nos dernières informations, des discussions entre experts ont eu lieu aujourd’hui au sujet du pont et les transports de pétrole via l’Estonie ont repris. Nous continuerons de suivre cette situation.

J’espère que le pic des tensions est derrière nous et que celles-ci vont à présent retomber. Nous en avons parlé lors du sommet UE-Russie à Samara et au cours de la conférence de presse. Le président Poutine a même reconnu que certains avaient peut-être réagi trop violemment en Russie et il a regretté que l’ambassadeur d’Estonie ait dû quitter Moscou. Je soutiens totalement l’appel de la présidence à un «dialogue impartial sur la question», et à une approche des problèmes «dans un esprit de compréhension et de respect mutuel».

Le sommet de Samara a eu lieu à un moment critique dans les relations UE-Russie. Les discussions ont été ouvertes et franches et les rapports des médias ont, bien entendu, mis en exergue les points de désaccord entre nous. Je pense qu’il était extrêmement important d’avoir cette franche discussion. Nous devons nous parler parce que la Russie est et reste un partenaire stratégique et un voisin important. En même temps, nous devons également nous parler en toute franchise.

L’UE a tout particulièrement mis l’accent, comme M. Barroso le sait fort bien, sur l’importance du respect de la démocratie et des droits de l’homme, notamment dans la campagne électorale. L’arrestation de Garry Kasparov à l’aéroport de Moscou, l’empêchant de participer à une manifestation à Samara en marge du sommet, est particulièrement regrettable et a été évoquée avec la clarté nécessaire.

Toutefois, permettez-moi de souligner qu’il existe une série de points positifs dont il faut prendre acte sur la lancée du sommet. Je qualifierais les résultats du sommet de mitigés.

Avant tout, l’élément le plus important est que la Russie n’a plus aucun doute quant à l’importance que nous attachons à la solidarité communautaire dans nos relations avec elle. Deuxièmement, le sommet a confirmé que l’UE et la Russie sont d’accord sur la nécessité fondamentale de construire à l’avenir un partenariat stratégique fort UE-Russie. Troisièmement, tant l’UE que la Russie reconnaissent que nos liens économiques et commerciaux, en particulier, sont plus volumineux et plus importants que jamais. En effet, la Russie est notre troisième partenaire commercial et nous sommes leur premier. Nous travaillons ensemble à l’adhésion de la Russie à l’OMC cette année, qui verra également la signature de l’accord sur le survol de la Sibérie, très probablement en novembre. Quatrièmement, le sommet a également enregistré que, malgré nos difficultés, la coopération se passe bien dans de nombreux domaines couverts par les quatre feuilles de route de l’espace commun convenues en 2005. L’accord sur l’octroi de visas et les réadmissions, par exemple, entrera en vigueur le 1er juin 2007.

Dans le domaine de l’éducation, nous avons le centre des études européennes à Moscou, où il y a des centaines d’étudiants qui étudient le droit européen. L’Europe attire beaucoup l’attention des étudiants. Il y a les questions telles que le système d’alerte précoce pour l’énergie, auquel la Russie a donné son accord de principe et sur lequel nous devons désormais travailler, et enfin une espèce de dialogue sur le climat d’investissement et les investissements en général.

Dès lors, comme je l’ai dit, je ne pense pas que tout est blanc ou noir. Il existe toute une palette de couleurs différentes, des teintes chaleureuses aux tons plus froids.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 
 

  Tunne Kelam, au nom du groupe PPE-DE. - (EN) Monsieur le Président, je partage tout à fait les déclarations de Madame la Commissaire selon lesquelles nous ne devons pas voir la situation en blanc et noir, mais cette situation en blanc et noir nous a malheureusement été imposée, à nous ainsi qu’à un État membre, par son grand voisin.

Je voudrais en revanche féliciter tant la Commission que la présidence pour leur démonstration convaincante de solidarité à Samara. Je pense que la déclaration claire du président de la Commission au président russe précisant que l’Estonie et la Pologne sont considérées comme des États membres tout aussi importants que le Portugal et l’Allemagne doit être considérée comme un message clé. Je pense que l’essentiel dans la situation actuelle était de faire comprendre à nos homologues ce que signifie la solidarité aux yeux de l’Union, fondée sur des valeurs communes.

Comme le dit la proposition de résolution sur l’Estonie, les attaques ayant pour cible l’un des plus petits États membres constituent un test pour la solidarité de l’UE dans son ensemble, et tous les principaux groupes politiques se sont mis d’accord sur le texte de la proposition de résolution conjointe sur l’Estonie.

Je pense que vous devrez traiter certaines questions de manière collective à l’avenir. Il est inadmissible d’interférer brutalement dans les affaires internes d’un État, particulièrement s’il s’agit d’un petit. Il existe une différence fondamentale entre deux anciens États totalitaires. La nouvelle Allemagne démocratique a choisi comme principe de base de sa politique étrangère de ne jamais menacer ses voisins, et cela a contribué dans une très grande mesure à un changement positif dans l’Europe de l’après-guerre. Je pense que nous devons agir ensemble pour aider la Russie à adopter une position similaire à l’égard des actes impérialistes du passé et l’aider à parvenir à des conclusions semblables.

 
  
MPphoto
 
 

  Jan Marinus Wiersma, au nom du groupe PSE. - (NL) Monsieur le Président, je voudrais faire deux remarques préliminaires. Je partage totalement le point de vue de la commissaire lorsqu’elle parle d’un partenariat stratégique et de la valeur qu’il recèle ainsi que lorsqu’elle déclare que nous devons poursuivre le dialogue avec la Russie et voir ce que nous pouvons en retirer sur la base de nos propres principes et valeurs.

En deuxième lieu, je suis néerlandais; je ne suis pas né en Europe de l’Est. J’ai grandi dans la liberté et j’ai toujours vécu dans la liberté. En tant que représentant de ce qu’on pourrait appeler un «ancien» État membre, il me paraît très important de m’exprimer sur ce qui s’est passé en Estonie et sur la manière dont la Russie traite ce pays.

Il importe également de noter que les choses liées au passé restent sensibles - autant pour nous que pour les autres. Il faut faire très attention. Je suis historien moi-même et je sais à quel point il est dangereux d’introduire trop d’histoire en politique. Bien que j’aie toujours été en faveur d’une certaine retenue, mon groupe exprime toujours sa solidarité avec l’Estonie et il faut que ce soit également la base de l’attitude européenne dans le conflit qui oppose l’Estonie à la Russie.

Le président de la Commission, M. Barroso, a bien insisté à Samara sur le fait que ce conflit concernait non seulement la Russie mais également l’ensemble de l’Union européenne. Celle-ci n’a pas essayé de banaliser le conflit. La réaction de la Russie était inappropriée et inadmissible. Les gouvernements et les députés européens ont essayé de s’immiscer dans les affaires intérieures d’un État membre de l’UE, et c’est scandaleux.

Il faut ajouter à cela le fait que les autorités russes n’ont rien fait pour protéger le fonctionnement de l’ambassade d’Estonie à Moscou de sorte que le conflit a quasiment abouti à une crise diplomatique. Selon moi - et c’est également bien formulé dans la résolution -, les autorités russes, mais nous peut-être aussi, feraient bien de substituer à la rhétorique hostile une tentative de promotion du dialogue, principalement avec les communautés des pays en question, c’est-à-dire l’Estonie et la Lettonie, au lieu de rendre les choses critiques, parce qu’un tel dialogue est aussi nécessaire pour créer des relations avec ces pays qui respectent les valeurs européennes.

J’espère que ce message en faveur d’un dialogue, que ce message selon lequel il faut parler du futur et pas seulement du passé, sera aussi entendu par Moscou.

 
  
MPphoto
 
 

  Toomas Savi, au nom du groupe ALDE. - (ET) Monsieur le Président, Madame la Commissaire, je voudrais aborder deux points concernant l’évolution récente des relations entre l’Estonie et la Russie: d’abord la guerre informatique et ensuite le programme de désinformation mis en place par le président Poutine.

En premier lieu, même après toutes les déclarations de soutien reçues par l’Estonie, la Russie n’a rien fait pour mettre fin aux attaques informatiques systématiquement dirigées contre les canaux d’information et de communication officiels de l’Estonie ainsi que contre les sites web du gouvernement estonien. Les attaques de propagande lancées sur l’internet ainsi que via des messages par téléphones portables incluent des incitations à la violence et à la résistance armée. Ces messages sont même diffusés à la télévision ainsi que par d’autres médias. L’Estonie est particulièrement vulnérable aux attaques informatiques dans la mesure où ce pays dispose d’un cabinet en ligne et d’un gouvernement en ligne et a organisé cette année pour la première fois des élections en ligne.

Les attaques informatiques qui ont eu lieu en Estonie devraient constituer une mise en garde pour l’ensemble de l’Europe. Au XXIe siècle, ce danger menace tous les pays. Nous devons examiner sérieusement la manière de nous protéger et nous devons le faire conjointement. C’est la première «guerre informatique» de l’histoire et elle vise clairement à empêcher le bon fonctionnement d’un État souverain de l’Union européenne.

En deuxième lieu, lors d’une conférence de presse officielle qui a eu lieu à Samara et à laquelle la presse du monde entier était représentée, le président russe a déclaré ceci - et je cite: «Ils n’ont pas seulement dispersé les manifestants à Tallinn; ils ont tué un manifestant. En outre, le problème ne concerne même pas le fait qu’un accident soit survenu», a déclaré Poutine, «ce qui nous préoccupe, c’est autre chose, c’est le fait que la personne en question n’a reçu aucune aide alors qu’elle était blessée». Selon Poutine, Ganin est mort en présence de la police.

Mesdames et Messieurs, on est ici en présence d’une campagne intentionnelle de désinformation. Dmitri Ganin, âgé de 20 ans, a bien été mortellement blessé durant les émeutes, mais des poursuites judiciaires ont été engagées à propos de la mort de Dmitri et celles-ci montrent que sa mort n’est pas liée aux efforts menés par la police de Tallinn pour maintenir l’ordre. Vers minuit, le 27 avril, la police a découvert Dmitri, qui avait été poignardé, et elle a appelé une ambulance pour lui à 0 h 26. L’ambulance a démarré une minute plus tard et est arrivée sur place à 0 h 32, soit cinq minutes plus tard. Dmitri a été hospitalisé à 0 h 51. Il a été opéré et est décédé à l’hôpital à 2 heures du matin. Je le répète: l’ambulance est arrivée cinq minutes après avoir été appelée par la police et Dmitri n’est donc pas mort en présence de la police, mais bien à l’hôpital.

 
  
MPphoto
 
 

  Konrad Szymański, au nom du groupe UEN. - (PL) Monsieur le Président, Madame la Commissaire, les tensions apparues récemment avec la Russie à propos de cas de discrimination commerciale à l’encontre de la Pologne ainsi que l’ingérence de la Russie dans les affaires intérieures de l’Estonie indépendante ont apporté ce qui est probablement la meilleure preuve des véritables mécanismes et forces sur lesquels repose la coopération européenne dans le domaine de la politique étrangère.

Nous avions le devoir moral de témoigner notre solidarité à l’égard de l’Estonie, mais il en va aussi de nos intérêts politiques. Les incidents survenus récemment entre l’Union et la Russie ont représenté un investissement considérable dans l’avenir de l’Union européenne, un investissement bien plus important que de nouveaux changements institutionnels.

L’Union européenne a réalisé sa destinée grâce à l’attitude prévoyante adoptée par le président de la Commission ainsi que par la présidente du Conseil. Je suis convaincu que je m’exprime au nom de nombreux citoyens polonais et de l’Europe centrale lorsque je dis à M. Barroso et à Mme Merkel: du fond du cœur, merci!

 
  
MPphoto
 
 

  Satu Hassi, au nom du groupe des Verts/ALE. - (FI) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, il convient d’effectuer une distinction entre les russophones d’Estonie et la politique russe. Les russophones d’Estonie bénéficient des mêmes droits civils et humains que nous, mais les problèmes et les divergences d’opinions ne confèrent pas le droit à la Russie de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Estonie, notamment en exigeant la démission du gouvernement estonien. Personne ne croit que les autorités de Moscou n’ont pas pu éviter les perturbations et la violence perpétrée à l’encontre de l’ambassadeur d’Estonie et du personnel de l’ambassade, lorsque, comme l’a déclaré la commissaire, des militants de l’opposition furent empêchés de se rendre à la manifestation de Samara. La querelle concernant la statue a mis en lumière deux interprétations différentes de l’histoire. Il est exact que l’Armée rouge a joué un rôle majeur dans la libération de l’Europe du nazisme, mais il est tout aussi vrai que cette même armée est devenue après la guerre une armée d’occupation de l’Estonie et de nombreux autres pays.

Les événements ont clairement montré la mauvaise intégration de la population russophone dans la société estonienne. Il incombe au gouvernement estonien et à la société estonienne - et je sais que ce n’est pas toujours facile - de trouver une manière constructive de résoudre ces problèmes. La police a le devoir de maintenir l’ordre, mais il convient d’examiner ouvertement et impartialement les accusations selon lesquelles la police aurait agi d’une manière disproportionnellement brutale. La Russie semble avoir du mal à comprendre que l’Estonie et les autres pays baltes sont devenus des États souverains. Nous devons témoigner notre solidarité à l’égard de l’Estonie. Les États membres de l’Union européenne doivent l’aider à identifier ce qui - personnes ou phénomènes - est la base des attaques lancées contre les sites web des autorités estoniennes.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 
 

  Eva-Britt Svensson, au nom du groupe GUE/NGL. - (SV) Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique déplore évidemment les réactions disproportionnées de la Russie et il va de soi que nous exigeons de la part de celle-ci qu’elle respecte ses obligations internationales découlant de la Convention de Vienne.

Cela étant dit, je tiens à ajouter ceci: une escalade du conflit due à certaines actions ou à certaines solutions et déclarations simplistes ne servira les intérêts de personne. Plutôt que de construire des murs et des barrières, il est préférable d’ériger des passerelles et d’entamer un dialogue entre les parties. On ne peut pas non plus nier que la discrimination et les limitations des droits civils dont est victime la population russophone d’Estonie constituent le principal foyer de conflits. La responsabilité du conflit dont nous discutons actuellement réside également auprès du gouvernement estonien, qui ne respecte pas les droits civils de la population russophone. Il est responsable du fait qu’il n’y a eu aucun dialogue avec les résidents de Tallinn avant le déplacement de la statue ainsi que du fait qu’il n’a pas tenu compte de l’importance de ce monument pour un grand nombre de personnes en tant que monument commémoratif pour tous ceux qui ont perdu la vie dans la lutte contre le nazisme et le fascisme.

L’escalade du conflit est un autre facteur regrettable; cette escalade était une réaction au refus des autorités estoniennes d’autoriser des manifestations pacifiques et elle s’est poursuivie en réponse aux mesures prises par la police estonienne à l’encontre des manifestants. La décision estonienne de retirer un monument commémoratif antinazi et de supprimer les restes des soldats morts pendant la guerre menée contre les troupes d’Hitler est considérée comme une provocation à l’encontre de toutes les personnes qui pensent que la lutte contre le nazisme doit rester dans les mémoires. Personne n’a le droit de réécrire l’histoire et on ne peut accepter que des opinions politiques empêchent une analyse sérieuse ou empêchent de comprendre l’origine des conflits. Ce n’est que par le biais de telles analyses et observations que nous parviendrons à résoudre les conflits futurs.

 
  
MPphoto
 
 

  Christopher Beazley (PPE-DE). - (EN) Monsieur le Président, je ne suis pas d’accord avec la dernière oratrice et son interprétation du déplacement d’un mémorial de guerre vers un cimetière militaire. Il me semble qu’il s’agit d’une procédure tout à fait correcte. Le gouvernement estonien a le droit de prendre cette décision, qui a été utilisée comme prétexte, non pas, comme vous l’avez dit, Madame la Commissaire, pour déclencher un litige entre la Russie et l’Estonie, mais plutôt pour servir de test politique entre la Russie et l’UE. Le président de la Commission, M. Barroso, a précisé très clairement à Samara que nous exprimions notre totale solidarité avec l’Estonie ainsi qu’avec la Pologne, la République tchèque et, en effet, mon propre pays, dont l’ambassadeur a également été harcelé par Nashi, une organisation vis-à-vis de laquelle le président Poutine ne prend que très peu ses distances.

Nous nous entendons dire sans cesse que nous devons désamorcer une situation que nous n’avons pas créée. Je me demande si, dans votre réponse, Madame la Commissaire, vous pouvez vous attarder sur les négociations OMC que vous avez évoquées. Est-il possible de poursuivre des négociations d’adhésion avec un pays qui semble impliqué dans la perturbation des communications électroniques - comme M. Savi vient de l’expliquer - de notre système bancaire, de notre sécurité? Un message très clair doit être envoyé au président Poutine, disant que nous voulons bien entendu poursuivre ces négociations, mais que nous ne pouvons pas le faire tant que ces attaques cybernétiques n’auront pas cessé.

 
  
MPphoto
 
 

  Andres Tarand (PSE). - (ET) Permettez-moi d’adresser mes chaleureux et sincères remerciements aux représentants de la Commission et à tous les États membres représentés au sein de l’Assemblée pour les marques de solidarité et de soutien exprimées par leur pays à l’Estonie.

Mon intention n’est pas de m’attarder sur les événements survenus à Tallinn et qui ont été expliqués clairement et en détail dans la résolution, mais je voudrais insister sur la manière dont la Russie a dénaturé l’ensemble des événements à des fins de propagande. Comme mon collègue, M. Savi, l’a déjà signalé à propos de la mort du jeune homme - la seule mort à déplorer -, de prétendus témoins oculaires ont diffusé dès le lendemain matin à Tallinn une version selon laquelle il était mort devant le Théâtre dramatique à la suite de coups de matraque portés par la police. Vu l’indication erronée concernant le lieu des faits et vu que la mort a été causée par un coup de poignard, la version de Moscou a progressivement laissé tomber la référence à la responsabilité de la police et le président Poutine a déclaré aux dirigeants de l’Union européenne réunis à Samara qu’une ambulance avait délibérément refusé de venir porter secours à la victime. J’ai immédiatement cherché à vérifier les faits le dimanche soir avec le ministre de l’intérieur, lequel m’a dit que l’ambulance était arrivée sur place dans les cinq minutes.

Ce mensonge a donc été réfuté à deux reprises au sein de l’hémicycle, mais j’ai malgré tout dû une nouvelle fois insister sur les faits qui se sont produits, car, demain, des films mensongers risquent de circuler dans ce bâtiment. Par contre, ce qui est tout à fait nouveau, c’est la guerre informatique dont les médias ont abondamment parlé.

(L’intervention a été interrompue)

 
  
MPphoto
 
 

  Georgs Andrejevs (ALDE). - (EN) Monsieur le Président, je voudrais attirer votre attention sur le contexte historique des récentes émeutes et manifestations violentes en Estonie. L’Union européenne devrait comprendre qu’au cours des 50 années d’occupation soviétique, le régime communiste a commis de nombreux crimes contre les populations des États baltes. Il a déplacé des centaines de milliers de travailleurs immigrés vers les territoires de ces États occupés, anciennement souverains, qui étaient membres de la Ligue des Nations, et a créé une véritable menace de voir les Estoniens et les Lettons devenir des minorités dans leurs propres pays.

Suite aux pressions intenses de la communauté internationale, y compris des institutions européennes, l’Estonie et le Lettonie ont accepté d’intégrer ces centaines de milliers de non-citoyens à leurs sociétés. Toutefois, l’intégration est un processus à deux sens, et les récentes évolutions en Estonie montrent qu’il existe des tendances défavorables. Les sentiments de l’époque soviétique ont été remplacés par la nouvelle approche impérialiste de la Russie. Il est particulièrement alarmant de voir que les plus jeunes générations, sur lesquelles reposent les espoirs les plus grands en matière d’intégration et de loyauté, étaient au centre des récents événements violents en Estonie, ce qui doit nous faire réfléchir.

 
  
MPphoto
 
 

  Inese Vaidere (UEN). - (LV) Mesdames et Messieurs, les événements qui se sont déroulés en Estonie ont mis en lumière d’une façon frappante divers problèmes importants pour l’Europe.

1) La Russie n’a pas abandonné ses visées sur les États baltes; elle essaye de recourir au principe «diviser pour mieux régner».

2) Nous devons rappeler à la Russie qu’elle doit reconnaître le fait qu’elle a occupé les États baltes, car une interprétation différente de l’histoire conduira inéluctablement à des conflits similaires à l’avenir.

3) À l’instar de la Finlande en 1939, ce petit pays qu’est l’Estonie n’a pas faibli face aux attaques de l’«ours d’à côté»; il a conservé sa dignité et est parvenu à obtenir le soutien des pays européens.

4) La Russie ne comprend que la fermeté et la détermination. Faire des concessions est perçu comme une marque de faiblesse; c’est pourquoi je voudrais remercier la Commission ainsi que la chancelière allemande, Mme Merkel, dont le pays assure la présidence, pour leur bonne compréhension de la situation et pour leur solidarité en décidant de parler à la Russie d’une seule voix européenne. Je suis convaincue que cette tactique sera couronnée de succès à l’avenir.

 
  
MPphoto
 
 

  Tatjana Ždanoka (Verts/ALE). - (EN) Monsieur le Président, j’ai écouté avec une grande attention l’intervention de la commissaire, mais je ne suis pas d’accord sur le fait qu’il s’agit juste d’un litige entre la Russie et l’Estonie. En outre, je me demande comment les conflits interethniques, les relations entre les minorités et les groupes majoritaires, dont l’un des éléments cruciaux est une approche différente de l’histoire, peuvent devenir une affaire de relations entre l’Union européenne et la Russie.

Je représente la minorité russophone en Lettonie et j’ai dit à de nombreuses occasions que nous ne voulions pas être les otages de jeux géopolitiques. Malheureusement, les russophones en Estonie ainsi qu’en Lettonie étaient des espèces de prisonniers de la première Guerre froide, dans la mesure où leurs droits de citoyens leur étaient refusés et dans la mesure où leur langue n’était pas reconnue comme langue officielle dans les pays où ils représentaient pourtant une minorité substantielle. Aujourd’hui, malheureusement, nous pourrions devenir les otages d’une nouvelle guerre froide et nous constatons des appels dans cette Assemblée en faveur de comportements très semblables à ceux de la guerre froide.

Il ne peut y avoir de solidarité lorsqu’il existe des violations des droits de l’homme. Plusieurs organisations internationales viennent de rapporter des violations des droits de l’homme au cours des récents événements en Estonie.

 
  
MPphoto
 
 

  Georgios Toussas (GUE/NGL). - (EL) Le conflit opposant l’Estonie à la Russie ne concerne pas une statue de bronze; il concerne la manière insultante de réécrire l’histoire. C’est une insulte à la mémoire du million de soldats inconnus qui ont sacrifié leur vie en vue d’écraser le fascisme.

Le débat qui a eu lieu au sein du Parlement européen au cours de la dernière période de session à Bruxelles et l’adoption de la résolution exprimant notre solidarité avec le gouvernement estonien représentent une politique consciente de soutien à la réécriture de l’histoire et à la renaissance du fascisme dans les États baltes et ailleurs.

Nous avons à maintes reprises condamné, faits à l’appui, les efforts méthodiquement déployés en Estonie, en Lettonie et en Lituanie après 1991 en vue de restaurer les collaborateurs des SS et du fascisme allemand. Au même moment, ces pays commençaient à démolir les monuments à la gloire de l’Armée rouge. En juillet 2004, le monument érigé en l’honneur de l’antifasciste estonien Lembit Pärn a été démoli et un monument à la gloire du commandant des Waffen-SS Alfons Rebane a été érigé.

En Lettonie, le camp de concentration de Salaspils, où 100 000 adultes et 4 000 enfants furent assassinés, a été baptisé «camp de redressement et de travail» par le gouvernement. En Roumanie, le premier ministre Ion Antonescu, qui avait collaboré avec l’Allemagne nazie, a été acquitté d’accusations de crimes de guerre.

Les assassins et les bourreaux de la Waffen-SS reçoivent des pensions de retraite et sont considérés dans les États baltes comme des libérateurs. Face à toutes ces accusations et questions soulevées par les représentants du parti communiste grec au Parlement européen, le Conseil garde le silence.

Cela ne nous étonne pas. Le fascisme est l’enfant naturel du capitalisme. Nous ne sommes pas d’accord avec Poutine, mais nous nous demandons pourquoi, alors que vous effacez 20 millions de morts de la mémoire, vous vous montrez aussi offensants et demandez le respect des conventions internationales.

Vous réécrivez l’histoire, mais les faits restent inchangés. C’est l’Armée rouge qui, avec les communistes et l’Union soviétique en tête, a écrasé le fascisme en Europe centrale et orientale et qui a hissé le drapeau rouge avec le marteau et la faucille sur le toit du Reichstag; c’est une vérité historique.

C’était et c’est toujours le cauchemar permanent qui marquera toujours la défaite de ceux qui rêvaient d’une souveraineté mondiale …

(Le président retire la parole à l’orateur)

 
  
MPphoto
 
 

  Charles Tannock (PPE-DE). - (EN) Monsieur le Président, la Russie n’est malheureusement pas près de prendre conscience la nouvelle situation géopolitique dans laquelle l’«étranger proche», où elle a exercé un pouvoir total pendant une partie considérable du siècle dernier, du Caucase à l’Ukraine, n’est plus une réalité. Les États baltes sont aujourd’hui des États membres de l’UE, fiers, indépendants, et il est normal et juste que l’UE et l’OTAN, qu’ils ont rejointes, montrent une solidarité sans faille, lorsque la Russie tente de bousculer le plus petit d’entre eux, l’Estonie, à propos d’une question qui relève strictement de la souveraineté de cette nouvelle république indépendante.

Beaucoup iront s’interroger sur la sagesse politique de déplacer la statue du soi-disant libérateur soviétique. Toutefois, je viens d’un pays qui, heureusement, n’a jamais connu la brutale invasion stalinienne et l’annexion que ces pays ont vécue. Il convient de prendre en considération que la plupart des Estoniens ne voient pas les Soviétiques comme des libérateurs mais comme des tyrans, qui ont mis un terme à l’indépendance et à la liberté dont ils jouissaient entre les deux guerres.

Le déplacement de la statue et des dépouilles des soldats russes a été opéré conformément au droit international et ne justifiait en aucune façon les résolutions de la douma réclamant la démission du gouvernement estonien, les manifestations violentes, les attaques cybernétiques contre le système sophistiqué d’administration en ligne de l’Estonie, la scandaleuse manipulation du groupe Nashi, une organisation nationaliste extrémiste, pour harceler l’ambassade d’Estonie en violation des conventions de Vienne, sinistre redite de la stratégie qui avait été adoptée contre l’ambassadeur britannique, Anthony Brenton, après sa participation à un rassemblement de M. Kasparov l’année dernière.

Si la Russie souhaite de bonnes relations avec l’UE dans son ensemble après le sommet, et si elle veut négocier un nouvel APC accord de partenariat et coopération), elle doit comprendre qu’elle doit respecter indistinctement tous les États membres de l’UE.

L’époque bilatérale confortable de l’ancien chancelier Schröder, aujourd’hui généreusement récompensé par le président Poutine avec un emploi tranquille après sa retraite, est bel et bien révolue. Les nouveaux dirigeants de l’UE, comme M. Sarkozy et Mme Merkel, se montreront bien plus sévères envers la Russie à l’avenir.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 
 

  Katrin Saks (PSE). - (ET) Mesdames et Messieurs, je vous remercie pour la clarté de votre message selon lequel la Russie ne peut traiter l’Estonie comme une de ses provinces ou comme une de ses républiques.

Le Soldat de bronze n’était qu’un prétexte. Si cela n’avait pas été lui, les Russes auraient trouvé autre chose, peut-être ailleurs. La Russie a essayé de créer une scission non seulement en Estonie mais aussi au sein de l’Union européenne; elle a essayé de créer une instabilité qui justifierait une plus grande ingérence et contribuerait à détourner l’attention de ses propres monuments déplacés.

En qualité d’ancienne ministre de la population et des affaires ethniques, je peux confirmer qu’il ne s’agissait pas d’un conflit ethnique, c’est-à-dire d’un conflit entre Estoniens et Russes. Bien que nous ayons à maints égards des vues différentes de l’histoire et de ses symboles, je peux vous confirmer que les quelques milliers de jeunes émeutiers ne représentent pas la minorité russe en Estonie. Ceux qui ont manifesté criaient «Rossiya, Rossiya».

Nous sommes fiers de nos Russes qui considèrent l’Estonie comme leur patrie et nous essayerons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour rétablir la paix. Nous ne pouvons changer le passé et il est peu probable que nous parvenions à changer l’attitude des gens par rapport au passé, mais nous pouvons forger une vision commune de l’avenir. Aujourd’hui, une grande partie de la population a opté pour le slogan «Un passé différent, un avenir commun».

 
  
MPphoto
 
 

  Henrik Lax (ALDE). - (SV) Les émeutes qui ont suivi le déplacement du Soldat de bronze à Tallinn furent un choc pour toutes les personnes qui se sont efforcées d’intégrer la population russophone dans la société estonienne et de consolider les liens entre les groupes ethniques d’Estonie. L’Estonie a désormais besoin d’un maximum de solidarité et de soutien de la part de l’UE et de ses États membres en vue de se relever de cette mésaventure, d’harmoniser les relations entre les groupes linguistiques du pays et de stabiliser l’ensemble de la société. On ne peut accepter que ce pays soit soumis à des pressions et à des ingérences injustifiables de la part de la Russie. C’est important pour l’ensemble de l’Union européenne.

L’Estonie a des traditions dont elle peut être fière et elle a tous les atouts pour réussir. Il y a longtemps, en 1920, la première Constitution estonienne avait déjà mis la minorité russophone dans une position forte. Il serait maintenant important que l’Estonie crée une chaîne de télévision diffusant en langue russe. Actuellement, trop d’Estoniens russophones sont exposés à une information non objective en provenance de Russie.

 
  
MPphoto
 
 

  Wojciech Roszkowski (UEN). - (PL) Monsieur le Président, essayons d’examiner le problème sur une base plus large. Le sommet UE-Russie tenu récemment à Samara a entraîné un changement dans nos relations mutuelles en ce sens que l’existence d’une solidarité au sein de l’Union est devenue apparente pour les nouveaux États membres. La présidente du Conseil et le président de la Commission peuvent en être remerciés.

On peut être déçu de l’absence de progrès lors des négociations, mais le sommet de Samara doit toutefois être perçu comme quelque chose de positif. Il faut le voir sous cet angle, car l’évolution des relations entre l’Union et la Russie dépendra du respect manifesté par cette dernière pour la souveraineté de chaque État membre de l’Union européenne et de l’abandon par ce pays des tactiques consistant à exercer des pressions politiques par le biais d’instruments économiques ou des technologies de l’information.

Malheureusement, les autorités russes n’en ont pas tenu compte. Les attaques informatiques à l’encontre de l’Estonie n’ont pas cessé et l’embargo sur la viande polonaise est toujours en place. La piste laissée par les assassins d’Alexander Litvinienko mène à Moscou. Tout ce que peut faire l’Union, c’est maintenir la pression.

On ne peut essayer de comprendre la Russie d’aujourd’hui si on ne considère pas son attitude à la lumière du passé. Ce n’est que si l’Union met en place une vision commune du passé que des relations durables et constructives pourront s’établir avec la Russie. Il serait utile, sur cette base-là, de créer une espèce de «Charte de la vérité et de la réconciliation».

 
  
MPphoto
 
 

  Anna Ibrisagic (PPE-DE). - (SV) Je pense que ce qui se passe à Tallinn depuis le mois d’avril est éminemment clair pour tous, mais je ne suis pas sûre que tout le monde perçoive l’importance de ces événements. Les discussions qui ont déjà eu lieu dans l’hémicycle à ce propos montrent que tout le monde ne comprend pas pourquoi certaines personnes ont réagi avec autant de violence. Permettez-moi donc de vous expliquer.

Dès sa nomination en tant que président, M. Poutine a déclaré qu’il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour que la Russie retrouve sa puissance militaire d’antan ainsi que les pouvoirs qui, selon lui, reviennent à son pays. Si j’ai bonne mémoire, un seul journal - un journal français - a relevé ces signaux lancés par la Russie. Les autres médias ne les ont pas entendus. Par contre, ceux et celles d’entre nous qui parlent russe et qui savent ce que c’est que de vivre à proximité ou sous la domination de la Russie ont bien compris. Les années ont montré de plus en plus clairement que ce pays évoluait dans la mauvaise direction en ce qui concerne les droits de l’homme, l’indépendance des médias et la liberté politique. M. Otto von Habsburg, une des figures politiques européennes les plus respectées, a décrit cette évolution comme un retour vers l’époque stalinienne. Il a maintenant 95 ans. Il voit les choses en perspective et il n’a pas oublié. D’autres, par contre, semblent avoir oublié. Au sein du Parlement européen aussi, certains députés semblent avoir oublié les épreuves qu’ont dû endurer les pays de l’Europe de l’Est pour accéder à la liberté, à l’indépendance et à l’autonomie. Toutes les menaces et tous les boycotts, l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays et le chantage concernant l’arrêt de l’approvisionnement énergétique, tout cela semble avoir été oublié. Plusieurs de ces exemples se sont produits récemment et ont encore lieu actuellement dans certains pays que je qualifierais de nouvelle Europe.

Certaines personnes de l’ancienne Europe semblent cependant avoir oublié leurs leçons d’histoire: ce n’est qu’en menant une politique étrangère commune, en témoignant de la solidarité et en parlant d’une seule voix que nous parviendrons à préserver la paix. Cela n’a rien à voir avec le monument de Tallinn. La discussion ne concerne pas l’Estonie. Elle concerne l’Europe, sa souveraineté et son indépendance.

 
  
MPphoto
 
 

  Roberts Zīle (UEN). - (LV) Monsieur le Président, Madame Ferrero-Waldner, permettez-moi tout d’abord de remercier M. Barroso pour avoir déclaré à Samara qu’un problème qui touche n’importe quel État membre dans ses relations avec la Russie, aussi petit cet État soit-il, est aussi un problème qui touche l’Union européenne dans ses relations avec la Russie. C’est là le témoignage d’un bon soutien à l’égard des États membres, à l’égard des nouveaux États membres et en particulier de l’Estonie, mais même pour les responsables politiques qui ont perdu leurs illusions par rapport aux relations avec la Russie, il est capital de comprendre qu’il y aura toujours des tentatives visant à démontrer que la Russie continue d’établir une distinction entre, d’une part, la vieille Europe et, d’autre part, les territoires proches de sa frontière qui, selon elle, sont tombés par hasard et provisoirement, à la suite de divers événements, dans le giron de l’Union européenne. Il y aura parallèlement de nouveaux tests visant à mesurer la force de l’unité européenne ainsi que des tests d’utilisation de nouvelles armes virtuelles qui peuvent, dans la société moderne, causer d’énormes dégâts. La question est donc de savoir si l’Union européenne attendra de rencontrer de nouveaux problèmes avec un des États membres issus de l’ancien bloc soviétique ou si elle parviendra à inciter la Russie à appliquer toutes les exigences qu’un État doit respecter pour devenir éventuellement un membre démocratique d’un partenariat. Je vous remercie.

 
  
MPphoto
 
 

  Ģirts Valdis Kristovskis (UEN). - (LV) Madame Ferrero-Waldner, Mesdames et Messieurs, il est particulièrement important pour l’Europe non seulement de témoigner sa solidarité mais aussi de reconnaître les véritables raisons des conflits qui se sont produits en Estonie. L’Europe doit absolument comprendre qu’il y a eu un affrontement entre la démocratie occidentale et les anciennes idéologies du totalitarisme soviétique. En reconnaissant cette réalité, l’Europe doit rejeter d’une voix ferme les interprétations historiques de l’époque totalitaire de l’URSS. Elle doit encourager le retrait des symboles de l’URSS qui représentent une insulte à l’égard des habitants de pays qui ont été asservis par celle-ci. L’Europe doit contribuer à corriger la vérité historique dans les États baltes occupés ainsi qu’ailleurs en Europe de l’Est. Cela pourrait être une condition préalable à la réconciliation des représentants d’idéologies divergentes et à l’intégration future des territoires jadis occupés par l’Union soviétique. Il s’agit là aussi d’un problème commun à l’ensemble de l’Europe. Je voudrais en particulier insister sur la nécessité pour le Parlement européen de participer dès aujourd’hui activement à la réalisation de ces objectifs relatifs à la vérité et à l’État de droit. Je vous remercie.

 
  
MPphoto
 
 

  Benita Ferrero-Waldner, membre de la Commission. - (EN) Monsieur le Président, cette discussion a clairement démontré que le mot-clé était «solidarité». Je voudrais remercier les intervenants qui ont exprimé des remerciements.

M. Barroso n’aurait pas pu être plus clair sur ce point. Bon nombre d’entre vous savent ce qu’il a déclaré. Le sens de son intervention est qu’une agression contre un État membre - dans le cas présent l’Estonie - constitue une agression contre toute l’Union européenne. Il s’agit d’une déclaration ferme qui démontre que la politique du divide et impera ne fonctionne pas, si l’Europe s’exprime d’une seule voix.

Tels ont été les principaux éléments et les principales leçons de cet événement. Ces questions ont pris beaucoup de temps sur les discussions de notre réunion. Nous avons constamment souligné que nous travaillons en tant qu’UE de 27 États membres et que la solidarité sera maintenue.

S’agissant de l’adhésion à l’OMC, chacun a reconnu à Samara que nos liens économiques et commerciaux sont plus importants et intenses que jamais et il a été encourageant d’entendre du côté russe qu’ils avaient l’intention d’accélérer le processus d’adhésion à l’OMC. C’est encourageant parce qu’il est dans notre intérêt de lier la Russie à un système fondé sur des règles, dans lequel elle pourra être placée devant ses responsabilités. C’est très important.

En ce qui concerne les attaques cybernétiques, il incombe désormais au Conseil de travailler sur la communication de la Commission dans laquelle nous avons ajouté un paragraphe spécifique sur le cyber-terrorisme (terrorisme cybernétique). Je constate qu’il existe un large consensus au sein de cette Assemblée sur l’importance de travailler à cette question de la solidarité.

(Applaudissements)

 
  
MPphoto
 
 

  Le Président. - J’ai reçu sept propositions de résolution(1), déposées sur la base de l’article 103, paragraphe 2, du règlement.

Le débat est clos.

Le vote aura lieu jeudi 24 mai.

 
  

(1)Cf. procès-verbal.

Dernière mise à jour: 1 août 2007Avis juridique